Partagez sur

Partagez sur

Actualité en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe !

Venezuela. Chavez visionnaire du nouvel ordre multipolaire

Venezuela : Chavez visionnaire du nouvel ordre multipolaire

Venezuela : Chavez visionnaire du nouvel ordre multipolaire

4/5

Caracas. Lundi 11 mars 2024. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. La mort est habituellement à un moment pendant lequel on regarde en arrière pour rappeler ce qui a été, mais avec le commandant Hugo Chávez, c’est le contraire. La contemplation de son héritage politique se dresse comme un appel à la réflexion et au débat à propos de la direction que le Venezuela, l’Amérique latine et le monde sont en train de prendre.

Depuis le moment où il est devenu président, Chavez a défendu l’idée d’un «monde multipolaire » comme alternative à la domination unipolaire dirigée par les États-Unis. Dans sa vision, cette nouvelle configuration mondiale impliquerait la formation de blocs régionaux au sud, unis par des intérêts communs et avec la capacité d’influer sur les affaires politiques et économiques au niveau mondial.

Dire que ce point de vue a été son objectif primordial, dès le début n’est pas une exagération. Le politologue est analyste international Omar Hassan Fariñas signale que même avant d’être président, cette position pouvait être prévue.

« Le 12 août 1998, lors d’une conférence au palais des académies de Caracas, celui qui était alors le candidat à la présidence, pour ce qu’on appelait le « Pole Patriotique »,Hugo Chávez Frías proclamait ce qui suit : « Le monde du XXIe siècle, qu’on aperçoit à l’horizon ne sera ni bipolaire ni unipolaire, grâce à Dieu, il sera multipolaire. »

À ce moment-là, les États-Unis faisaient pression pour une guerre au Kosovo et se préparaient à envahir l’Irak en 2003. La nouvelle politique étrangère du néoconservateur Paul Wolfowitch envers Bagdad éliminait la stratégie de contention en faveur du fait de frapper d’abord pour éliminer les menaces. En décembre 1998, Bill Clinton ordonnait des attaques aériennes contre l’Irak, lors de la célèbre « opération Renard du Désert », laissant des centaines de morts sur son passage sans que la communauté internationale puisse faire quoi que ce soit.

 

C’était l’époque à laquelle Washington exerçait son pouvoir de manière démesurée et sans limite, agissait dans une totale impunité hors de ses frontières alors que le reste du monde restait en marge, sans offrir une résistance réelle face aux agressions des États-Unis. Hassan signale alors que la prédiction de Chavez ne se réfère pas au monde unipolaire de l’époque dominé par les États-Unis, mais à un nouvel ordre mondial qui s’est matérialisé à notre époque.

 

Le dirigeant sud-américain, ne se référait pas à son propre monde, celui qui semblait « unipolaire », dans lequel les ennemis les plus puissants du Gouvernement des États-Unis étaient les adversaires républicains du président au Congrès et ses actions imprudentes avec une boursière de la Maison Blanche. Mais bon, il se référait à un monde qui a surgi depuis, un monde qui était encore à naître, qu’il pouvait sentir, mais qui n’était pas encore arrivé. »

 

L’intégration de l’Amérique latine, en tant que projet d’unité et de coopération solidaire entre ses nations a aussi été l’un des piliers fondamentaux de l’ordre du jour politique de Chavez. Il a travaillé infatigablement pour renforcer cette vision, dans la ligne de sa perspective d’un monde multipolaire.

Pendant son mandat, on a vu une stimulation importante du renforcement d’accords de coopération et de programmes destinés à renforcer les liens entre les pays de la région. Cette vision intégrationniste visait non seulement a donner plus de pouvoir au développement économique et social de la région, mais aussi à promouvoir une plus grande autonomie face aux puissances étrangères.

 

À travers des accords comme ceux de L’ALBA et de la création d’initiatives comme PÉTROCARIBE., le pays a cherché à renforcer les nations les plus faibles d’Amérique latine et des Caraïbes. Le renforcement d’organisations régionales comme l’UNASUR, la CARICOM et la CELAC a également été fortement stimulé. La participation active du Venezuela à ces espaces a contribué à établir sa position d’acteur clé dans la construction d’un bloc régional solide et autonome.

 

Le renforcement d’un nouvel ordre multipolaire grâce à des alliances stratégiques avec des nations d’Eurasie, d’Asie occidentale, du Sud-Ouest asiatique et d’Afrique, ainsi que la promotion de l’intégration régionale en Amérique latine et dans les Caraïbes sont des aspects prioritaires dans l’ordre du jour du Gouvernement du président Nicolas Maduro, et concorde avec la vision du commandant Chavez. Des points de vue qu’il n’a jamais abandonnés même lorsqu’il s’est trouvé dans une situation intense de siège politique et économique sans précédent au Venezuela.

Il est évident qu’on a obtenu une avance plus importante dans la construction d’alliances internationales avec ces régions que dans le renforcement de l’unité latino-américaine et caribéenne. Cela est dû, dans une grande mesure, aux complexités et aux divergences internes présentes dans les pays de la région qui rendent difficile la pleine synchronisation autour de l’idée d’intégration, sans que cela implique l’abandon de cet espace de travail.

La perspective que nous donne la distance nous permet d’apprécie plus clairement les grandes choses. 11 ans après sa mort,  les traces laissées par Chávez sont plus claires et plus significatives. Elles nous rappelent son importance sur la scène politique régionale et mondiale.

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2024/03/venezuela-chavez-visionnaire-du-nouvel-ordre-multipolaire.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com