Top news

Partagez sur vos réseaux

Migration, Trump, Biden et ce qui est à venir

USA. Migration, Trump, Biden et ce qui est à venir

4/5

USA. Jeudi 8 février 2024. CCN/RESUMEN. En abordant la question de l’immigration aux États-Unis, deux erreurs sont couramment commises : la une est de considérer que le pays rejette les flux d’immigration sur une base permanente et, deuxièmement, de considérer qu’un parti fédéral ou un autre est pro- ou anti-migrant.

Les États-Unis ont été formés comme un pays à partir d’un afflux d’immigrants qui ont subjugué et dépossédé la population autochtone de ses territoires d’origine. La croissance actuelle de son économie s’arrêterait brutalement si un tel afflux était arrêté. L’action exécutive fondamentale sur cette question est d’essayer de réglementer les flux et de les rendre prévisibles, afin qu’ils puissent être accompagnés à la fois des fonds fédéraux et des budgets des entreprises privées, ce qui permet une assimilation ordonnée par la société.

Un document du Cato Institute a récemment caractérisé la contradiction à laquelle sont confrontés les États-Unis dans le traitement de la question de l’immigration, déclarant que l’économie américaine était en expansion, ce qui en soi génère une demande de main-d’œuvre non qualifiée, mais en même temps ne trouve pas de moyens légaux d’entrer dans le pays.

Pour cette raison, les migrants arrivant principalement des pays voisins des Caraïbes, d’Amérique centrale et du Sud n’auraient d’autre choix que d’essayer de traverser la frontière illégalement, avec l’aide de réseaux de trafic d’êtres humains bien établis.

Aux raisons mentionnées par l’Institut Cato, il convient d’ajouter les facteurs de poussée présents dans les pays d’origine, tels que le sous-développement, la corruption et l’effet des mesures coercitives unilatérales comme dans les cas du Venezuela et de Cuba.

Jusqu’en 2016, le débat sur l’immigration entre les politiciens démocrates et républicains était plus lié au traitement à donner aux immigrants sans papiers résidant déjà aux États-Unis, plutôt qu’à la réglementation de l’ampleur du transit de masse humain sans visa ou documents d’identité à travers les frontières terrestres ou maritimes.

Le but de la soi-disant réforme de l’immigration proposée par les démocrates était de régulariser le statut juridique d’environ 12 millions de personnes vivant dans le pays, mais sans documents prouvant leur statut de résidents ou de citoyens. L’objectif ultime était qu’une bonne partie de ce total aille jusqu’à obtenir la citoyenneté, de sorte que, par gratitude, ils exercent leur droit de vote en faveur de leurs “saveurs” démocrates.

S’ils avaient réussi à cet égard, les démocrates auraient retourné les totaux de vote dans plusieurs États et au niveau fédéral, ce que les républicains auraient pris de nombreuses années pour balancer. Essayant de gagner le soutien du Congrès et des principaux dirigeants républicains pour sa réforme, l’administration Obama a poursuivi une politique lourde à la frontière et a procédé à des déportations d’immigrants sans papiers en nombre record, ce qui lui a valu le surnom de déporteur en chef.

Ces actions ont toutefois été exécutées au milieu de contradictions qui présupposaient des programmes spécifiques dirigés contre certains pays qui poursuivaient des objectifs de déstabilisation très bien calculés.

Pour leur part, les républicains, qui détenaient la majorité aux États-Unis. La Chambre et le Sénat au cours du dernier trimestre de l’administration Obama ont imaginé à plusieurs reprises des solutions partielles au problème, également avec un objectif électoral, mais qui opposant souvent les dirigeants fédéraux aux intérêts de pays spécifiques. Ils n’ont pas réussi à articuler un programme qui leur serait bénéfique en termes de nombre de votes en leur faveur, au détriment de la régularisation de l’immigration d’un groupe humain, mais ils ont travaillé de manière intensive avec la direction politique de diverses communautés de migrants, dans le but de les mobiliser au moment des élections.

En bref, jusqu’en 2016, les principales forces politiques américaines ont raisonné l’équation de l’immigration en termes de faveurs procédurales en échange de votes. C’est alors que la troisième vision d’un homme d’affaires devenu cadre supérieur est apparue.

Donald Trump était un candidat qui a capitalisé sur les sentiments de frustration des secteurs économiques qui ont été lésés par les politiques de libre-échange, en particulier la soi-disant “vieille économie”, qui comprend tout, de l’exploitation des combustibles fossiles à l’agriculture et à la construction.

Trump et son équipe n’ont jamais aspiré à courtiser les groupes d’immigrants ou d’autres minorités. Ils ont rassemblé derrière leur ordre du jour environ 30 à 33 % du tableau de vote des immigrants, ce qui était suffisant en soi pour placer leur représentant à la Maison Blanche.

Pour Donald Trump, l’essence du débat sur l’immigration n’était pas en termes de votes, mais sur la façon de réduire de manière exponentielle la valeur de la main-d’œuvre immigrée non qualifiée. Pour cette raison, il a déclenché un langage haineux contre ce groupe de population, il a été enthousiasmé par l’idée d’un mur fortifié à la frontière avec le Mexique, et il a maintenu un taux élevé de déportations. En conséquence, l’immigrant non qualifié a abandonné l’activisme social, a accepté le même emploi pour moins de salaire et a vécu dans une peur constante. Mais sous ce manteau d’une attitude descendante contre une “menace”, le flux de scientifiques, de professeurs, de médecins, d’informaticiens et d’autres spécialistes a continué à affluer aux États-Unis pour répondre aux exigences des industries de haute technologie et d’autres institutions du secteur le plus avancé de l’économie.

Depuis les résultats des élections de 2020, l’accession de Joe Biden au pouvoir et le retour aux propositions démocrates avant 2016, un groupe d’initiatives non liées sur la question de l’immigration a été générée, dont aucune n’a attaqué les causes profondes de ce mouvement humain désordonné. Au contraire, ces actions dans leur développement parallèle ont augmenté et n’ont pas diminué les flux migratoires à travers la frontière sud.

Le cas de Cuba.

L’un des derniers protocoles d’accord signés dans l’administration de Barack Obama et du gouvernement cubain en janvier 2017 était précisément sur la question de la migration, qui résumait d’une certaine manière l’expérience d’initiatives similaires précédentes (1984, 1994, 1995) et d’autres mesures spécifiques. La mise en œuvre du paquet de décisions contenue dans l’accord a été la principale raison pour laquelle, en 2018, il n’y a eu près d’aucune émigration sans papiers de Cuba vers les États-Unis.

Cet accord a été conclu et a commencé à être mis en œuvre dans un contexte dans lequel des vols commerciaux réguliers entre les deux pays ont été mis en œuvre et élargis, le flux de navires de croisière a été stabilisé et un groupe d’actions d’échange de personne à personne a eu lieu qui ont favorisé et n’ont pas empêché un mouvement humain prévisible, ordonné et sûr.

Mais le panorama a radicalement changé, d’abord avec la fermeture du bureau consulaire américain à La Havane, le non-respect par les États-Unis de leurs obligations en vertu des accords d’immigration, et enfin avec l’arrêt brutal de la circulation des avions et des navires entre les deux pays. À cela s’est ajoutée une série de mesures économiques asphyxiantes contre l’île, qui ont amené sa population à une limite existentielle lorsqu’elles sont combinées aux effets de la pandémie de COVID19.

En conséquence, on estime qu’un demi-million de Cubains ont quitté leur pays d’origine par des moyens légaux ou ont quitté d’autres lieux de résidence temporaire (Europe, Amérique latine) entre 2021 et 2023 et ont accédé à la frontière entre les États-Unis et le Mexique avec l’aide de coyotes et de passeurs locaux. À leur arrivée aux postes frontaliers, leurs compagnons guatémaltèques, honduriens et autres ont pour la plupart été rejetés, mais les Cubains ont été admis sous la présomption de « peur crédible » des conséquences du retour dans leur pays.

C’est un nombre très élevé, mais il est relatif par rapport au nombre de Cubains qui se sont rendus chaque année aux États-Unis pour des visites temporaires avant la fermeture de Trump.

Outre le fait que les citoyens d’origine cubaine continuent de bénéficier de certains privilèges avant le reste des migrants potentiels, grâce aux dispositions de la loi dite d’ajustement cubain du 2 novembre 1966, d’autres réalités ont pesé pour un tel traitement “préférentiel”.

Les États-Unis sont un pays avec un déficit de professionnels dans des domaines tels que la santé (déficit de 124 000 médecins au cours des 10 prochaines années), l’éducation (51 000 enseignants n’ont quitté leur poste qu’en 2023 et 86 % des écoles ont un personnel incomplet), les technologies de l’information et les communications (le secteur exige 750 000 professionnels de la cybersécurité seulement). Ce sont précisément des domaines de connaissances dans lesquels Cuba prépare des spécialistes qui se démarquent de la moyenne régionale et qui accèdent au marché américain par des canaux d’immigration illégale et qui, par conséquent, sont prêts à accepter des emplois pour un salaire inférieur à celui des professionnels venant d’autres latitudes.

Le scénario post-2024

À l’approche de l’élection présidentielle de novembre 2024, une nouvelle dynamique a émergé qui pourrait déterminer la façon dont la question est traitée par tout gouvernement élu à cette élection. Les autorités de l’État dans les territoires limitrophes du Mexique, en particulier ceux du Texas, ont commencé à jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre l’immigration sans papiers qui aborde une attitude de mépris pour les autorités fédérales.

Le fait de répandre les nouveaux arrivants sans papiers à plusieurs États, par voie aérienne et terrestre, et d’assumer la responsabilité du contrôle des frontières au détriment des capacités des agences fédérales, ajoute une nouvelle contradiction à une situation déjà complexe.

L’attitude proactive du gouverneur du Texas a reçu le soutien de 25 autres homologues républicains, contrairement à un accord supposé négocié par les deux partis au Sénat fédéral. Le fait a été utilisé par le toujours candidat Donald Trump pour oxygéner davantage le soutien de ses bases dans le sud des États-Unis et pour marquer le terrain devant un Joe Biden équivoque et incohérent.

Ces politiciens représentent des régions du pays avec une demande inégale de main-d’œuvre importée et des temps, des rythmes et des coûts inégaux d’assimilation des nouveaux arrivants dans leurs tissus sociaux.

Ces contradictions ne disparaîtront pas avec le passage de l’élection présidentielle. Quel que soit le résultat, les États-Unis maintiendront des pratiques discriminatoires face à l’immigration sans papiers, criminalisant ceux qui ont des qualifications et des opportunités économiques inférieures, tout en encourageant l’entrée de spécialistes hautement qualifiés dans des secteurs clés de leur économie par le biais de programmes fédéraux.

Il faut s’attendre à ce que, de manière pratique, même sans modifier les lois et règlements, les privilèges existants en ce qui concerne des groupes spécifiques de migrants par nationalité, qui n’ont été déterminés que pour des raisons de politique étrangère, soient éliminés.

Dans le cas de Cuba, il faut s’attendre à ce qu’il y ait une combinaison de plusieurs dynamiques dans lesquelles la fuite sélective des cerveaux, le retour accru des migrants sans papiers, le traitement différentiel à l’égard des représentants de nouvelles formes productives et intellectuelles, et l’encouragement des départs illégaux qui sont ensuite avortés avec la frustration conséquente de leurs commissaires seront entrelacés.

Pour toute négociation future qui pourrait avoir lieu entre les deux pays sur cette question, il convient de rappeler à maintes reprises qu’il s’agit d’une question qui n’a été réglée dans le différend bilatéral que sur la base de la volonté politique des deux parties. Cuba a fait preuve de cette volonté sur une base permanente ; dans le cas des États-Unis, son attitude a été conditionnée par des ambitions particulières qui ne servent pas nécessairement l’intérêt national de ce pays.

José Ramón Cabañas Rodríguez est directeur du Centre international de recherche sur les politiques (CIPI) à La Havane, Cuba et ancien ambassadeur de Cuba aux États-Unis.

traduction : Resumen Latinoamericano – États-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com