Partagez sur

Partagez sur

Actualité en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe !

Nations Unis. Le futur du travail : productivité, inclusion et durabilité

ECOSOC

Nations Unis. Le Futur du Travail : Productivité, Inclusion et Durabilité

4/5

New-York. Mardi 23 janvier 2024. CCN. Pour la deuxième fois de son histoire, l’un des organes les plus importants des Nations Unies organise une réunion extraordinaire au siège de la CEPALC à Santiago, au Chili, sur le thème « L’avenir du travail : vers une société mondiale productive, inclusive et durable ». »

Un groupe de personnes assises sur un podium Description générée automatiquement

(23 janvier 2024) Les plus hautes autorités du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) ont appelé aujourd’hui à intensifier la coopération internationale et le travail commun à une époque de grande incertitude mondiale, lors d’une réunion extraordinaire qui se tient à Santiago, au Chili, à le siège central de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

C’est la deuxième fois en 73 ans que cet important organe de l’ONU tient une session au Chili. Le premier cas remonte à 1951, sous la présidence chilienne de l’ECOSOC et grâce aux efforts de l’ambassadeur chilien Hernán Santa Cruz, lors de la douzième session de l’organisation à Santiago. C’était la première fois dans l’histoire des Nations Unies que l’un de ses principaux organes se réunissait en dehors du siège officiel (New York) dans un pays en développement.

 

Aujourd’hui, en 2024, et sous la bannière « L’avenir du travail : vers une société mondiale productive, inclusive et durable » , l’ECOSOC et sa présidence – assurée à nouveau par le gouvernement du Chili – ont décidé de déplacer cette réunion du Conseil de New York et le ramener une fois de plus au Sud, dans le but de garantir que le dialogue politique mondial reflète les réalités régionales et nationales et que les réflexions et les orientations puissent contribuer au travail des décideurs politiques à tous les niveaux.

La réunion a été inaugurée par l’Ambassadeur Paula Narváez, Présidente de l’ECOSOC et Représentante permanente du Chili auprès des Nations Unies. Le haut responsable international a indiqué que l’incertitude était la marque de notre époque et que l’on pouvait y discerner une perspective internationale, certes complexe. « À mi-parcours du Programme de développement durable à l’horizon 2030, nous laissons de côté plus de la moitié du monde. Nous avons besoin de mesures urgentes. Nous devons travailler encore plus, dans un effort dont nous savons qu’il ne peut être réalisé qu’en commun », a-t-elle souligné.

« Nous devons accroître les investissements pour créer des emplois plus décents. Une plus grande coopération, un financement international supplémentaire et une assistance technique qui peuvent compléter les ressources nationales pour développer le travail décent et l’accès à la protection sociale. Un effort coordonné est nécessaire pour lutter contre l’informalité et créer des politiques qui exigent des salaires décents, des contrats sûrs et de bonnes conditions de travail », a déclaré Narváez.

Parallèlement, le ministre chilien des Affaires étrangères, Alberto Van Klaveren, a déclaré que les inégalités persistantes, l’insécurité économique, les impacts croissants du changement climatique, la multiplication des conflits et la fracture numérique qui se creuse sont des obstacles qui menacent notre objectif de prospérité pour tous. . « La Déclaration politique du Sommet des ODD, en septembre 2023, a établi une feuille de route, mais elle a également appelé à adopter une perspective critique pour promouvoir des transformations profondes et urgentes vers des politiques de développement plus durables et inclusives. Le travail décent apparaît comme un élément clé à cette fin. Ce n’est pas seulement un moyen de réduire la pauvreté et les inégalités, cela favorise également l’inclusion », a-t-il réaffirmé.

Dans un message vidéo envoyé à la réunion, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, a déclaré que « le monde du travail évolue, tout comme notre approche visant à responsabiliser les travailleurs qui naviguent dans la nouvelle ère des marchés du travail. Le travail décent n’est pas seulement un droit, mais une nécessité pour la dignité et la prospérité des salariés. Agissons aujourd’hui avec des politiques et des protections sociales inclusives, le renforcement des compétences et des innovations pour les travailleurs du monde entier. »

Dans son discours de bienvenue, José Manuel Salazar-Xirinachs, Secrétaire exécutif de la CEPALC, a indiqué que l’ECOSOC continue d’être l’un des forums les plus pertinents de l’ONU pour aborder les questions économiques et sociales dans une perspective globale et multilatérale, favorisant les relations et facilitant un processus plus juste et plus durable. monde.

« Les transformations sans précédent que connaît le marché du travail sont motivées par une série de facteurs, tels que les innovations technologiques, les changements démographiques et la demande croissante de soins, ainsi que la mobilité humaine et la migration accrues, entre autres », a-t-il noté. « Il est impératif que nous comprenions mieux les facteurs à l’origine de ces changements, ainsi que les risques et opportunités correspondants, afin de concevoir des réponses appropriées pour créer des emplois décents et remédier aux effets sociaux et économiques. »

Par la suite, les économistes de renom Mariana Mazzucato et Jeffrey Sachs ont prononcé deux discours sur le thème central de la réunion.

Mariana Mazzucato, directrice fondatrice de l’Institut pour l’innovation et l’utilité publique (IIPP) de l’University College London (UCL), a souligné qu’il est nécessaire de prendre au sérieux toutes les questions de développement durable. « Ce qui changera réellement le monde, c’est de placer les Objectifs de développement durable (ODD) au centre, et non à la périphérie, des orientations de l’économie », a-t-elle affirmé.

Jeffrey Sachs, directeur de l’Earth Institute du Centre pour le développement durable de l’Université de Columbia (États-Unis), a déclaré que nous vivons à une époque de progrès technologique et que la capacité d’avancer technologiquement détermine les progrès globaux de nos économies. « Cela dépend des compétences de la main-d’œuvre, qui, à leur tour, dépendent dans une large mesure de la qualité de l’éducation », a-t-il souligné.

La réunion extraordinaire de l’ECOSOC sur « L’avenir du travail » se poursuivra ce mardi 23 janvier avec deux tables rondes intitulées « Équilibrer les opportunités et les défis d’un marché du travail en évolution pour garantir un travail décent pour tous » et « Exploiter les impacts des technologies émergentes pour soutenir des marchés du travail inclusifs.

Entre-temps, demain (mercredi 24 janvier), une cérémonie aura lieu pour commémorer le 75e anniversaire de la CEPALC et une troisième table ronde intitulée « Façonner un avenir de travail décent et de protection sociale pour tous » se tiendra. En outre, il y aura un événement spécial à l’occasion du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui comprendra une célébration de l’héritage de l’ambassadeur Hernán Santa Cruz, l’un des premiers rédacteurs de la Déclaration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com