Top news

Partagez sur vos réseaux

After Work rézo pou nou menm

Guadeloupe. Entreprises : Succès de l'After Work "Rézo pou nou menm"

4/5

Baie Mahault. Mercredi 26 avril 2023. CCN. Dans le cadre des After Work “Rézo pou nou menm” organisée par l’association du même nom, il s’agissait de mettre en avant 4 chef(fe)s d’entreprises guadeloupéen.ne.s connu.e.s. désormais sur la place, afin qu’ils témoignent de leurs expériences respectives. Naomi Martino, Steve Salim, Christelle Jean-Marie Paul et Sébastien Célestine étaient les invités de cette manifestation.

On peut sans aucun doute saluer l’initiative des organisateurs de Rezo pou nou menm et du choix des intervenants. On peut aussi féliciter l’intervention des 4 invités qui n’ont pas hésité à se livrer en toute sincérité, en toute transparence pour nous compter les joies et les déboires qu’ils ont traversés dans leurs ascensions de chef(fe) d’entreprise. Être chef d’entreprise n’est pas chose facile à les entendre.

 

C’est un parcours du combattant, qu’ils nous ont livré ce soir avec émotion. Créer son entreprise ici, en Guadeloupe, semble encore plus dur qu’ailleurs…

 

Pourtant ils ont su résister contre vents et marées, depuis plus de 20 ans pour certains, et surtout ils ont foi en ce qu’ils font.

 

Oui, ce sont des passionnés, qui ont le souci de bien faire, de transmettre et faire perdurer ce qu’ils ont entrepris.

 

Ce sont de vaillantes et vaillants chefs d’entreprise qui ne craignent pas de s’épuiser à la tâche tant ils croient en eux-mêmes avant tout.

 

Certains ont parlé de mission…. C’est à dire à quel point l’engagement est puissant.

 

Quand Naomi Martino, parle de former son peuple sur les notions basiques d’une production locale, c’est faire le pari que demain nous aurons peut-être une partie de la population qui aura compris, qu’il est préférable de déguster un carré de chocolat produit localement avec la matière première qui pousse au pays, que d’avaler une tablette issue des conteneurs et dont les bienfaits ne sont pas garantis.

 

L’expérience de Steve Salim est d’autant plus intéressante, qu’il est un pur produit « Self made man », ayant démarré son activité sans aucune connaissance en agriculture. Son mode de questionnement sur ce qui l’entoure, et sa confiance accordée aux anciens qui lui ont montré le chemin, ont accentué sa volonté d’aller plus loin.

 

Visionnaire, Christelle Jean-Marie Paul l’est. En créant un restaurant pesco-végétarien du nom d’Archibon, c’était miser sur la possibilité de bousculer les habitudes alimentaires guadeloupéennes. Tout en couleur dans l’assiette, elle n’a jamais lâché, et la réputation de son établissement s’est faite grâce aux bouches à oreilles. Le choix de s’implanter à Jarry depuis quelques années maintenant, n’est surement pas le fruit du hasard car il lui permet avec le restaurant Eywa, de mettre en avant nos pépites artistiques guadeloupéennes, trop souvent délaissées par les scènes plus connues.

Enfin, Sébastien Célestine, membre fondateur de Allmol, première billetterie d’évènements culturels en ligne aux Antilles, repreneur de la librairie historique Jasor entre autres, défend la position qu’on ne change pas les gens…. Pourtant lui et son groupe, ont pu assister à l’évolution progressive de l’achat des billets en ligne. Zéro papier (si on le décide), rapide et facile, et surtout pas d’impayé. Ce qui prouve que l’homme peut changer par lui-même….

 

Le relooking de la librairie Jasor n’est pas passé inaperçu. Son nouveau nom Librairie Générale by Caribbean Culture House a intrigué et attiré une nouvelle clientèle, tout en confortant celle qui existait déjà, que tout est là !

 

Quatre entrepreneurs qui se sont exprimés avec leurs cœurs, avec franchise, qui considèrent que faire le choix de poursuivre malgré les embuches que l’on rencontre, est une expérience riche qui les a fait grandir et qu’ils ont envie de transmettre.

 

Parler, s’ouvrir aux autres qui ont l’expertise quand on ne sait pas, mesurer ses forces et ses faiblesses, avoir l’appui des siens même s’ils ne comprennent pas forcément tout ce que l’ont fait, sont des ingrédients importants pour asseoir la confiance en soi.

Mais ce qui semble être le fil conducteur qui relie nos quatre interlocuteurs, c’est la persévérance, associé au sérieux et au professionnalisme de chacun, sublimé par le célèbre « I have a dream » auquel ils continuent de croire.

 

On pourrait regretter qu’il n’y ait pas eu plus d’interaction entre les protagonistes et le public, mais il est aussi probable que ce dernier avait besoin d’entendre ces témoignages pour s’assurer que l’entreprenariat c’est possible chez nous, mais pas n’importe comment.

 

 

Déborah Vey

1 réflexion sur “Guadeloupe. Entreprises : Succès de l’After Work “Rézo pou nou menm””

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com