Top news

Partagez sur vos réseaux

Sommes-nous (toujours) des colonisés ou (déjà) décolonisés ?

Danik Zandwonis.
4/5

Une telle question mérite-t-elle d’être posée ? nombreux sont ceux qui répondront allégrement et sans le moindre doute : NON !

On me dira la colonisation, c’est bien fini et dépassé. Nous sommes donc des français au même titre que les parisiens, les marseillais ou les lyonnais ! est-ce la bonne réponse ?

D’autres diront c’est une question stupide

Parce qu’en fait depuis la loi de mars 1946 qui a transformé magiquement les dernières colonies françaises, (qui dépendaient jusque-là du ministère de la Marine) en Département français. La question a-t-elle été résolue pour autant ?

Il faut tout de même vérifier (quitte à enfoncer des portes ouvertes), quelques paramètres avant de fermer le ban.

1/ Au niveau économique. Ces territoires ont tous le même profil. Leur balance commerciale est méga déficitaire.

Pour la Guadeloupe en 2020, Le montant total des importations atteint 2,8 milliards d’euros, Les exportations diminuent de 9 % et s’élèvent à 251 millions d’euros (insee).

Cela signifie que l’essentiel de ce que consomment les Guadeloupéens provient de l’étranger et principalement de la France. Même “l’industrie” touristique qu’on présente souvent comme étant axe de développement a pour client majoritaire des franco-français (70%). Signalons en passant, que nos océans font de la France, une puissance maritime de 1er plan. Ce qui sous-entend que la-dite “économie bleue” ne nous appartient vraiment pas. Il en est à même pour notre biodiversité. Est-ce utile de préciser que la canne et la banane toujours atouts majeurs de notre agriculture sont des productions issues de la colonisation. L’autonomie alimentaire dont on parle souvent est à un horizon sans date.

2/ Au niveau politique. La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, ont toutes des parlementaires dans les assemblées françaises. Mais on s’aperçoit au fil des épreuves que leur pouvoir décisionnel est plus que très limité. Les lois votées au parlement français ont beaucoup de mal à s’appliquer dans nos pays. Les Assemblées (Région, Conseil Général, Collectivités Territoriales) de nos pays ne sont que les gestionnaires des lambeaux de pouvoir qui leur accorde la Constitution de l’Etat Français. (Articles 71, 73 même 74)

Autant dire que nos élus sont sous contrôle Parisien.

3/ Au niveau culturel. La liberté est totale, du moins en apparence. Nous pouvons (et c’est déjà bien) effectivement conter, zouker, biguiner, gwokater, débouler tant que cela ne remet pas en cause l’ordre établi. Mais l’aspect principal de la question culturelle, c’est l’éducation et donc l’école. Qui décide des programmes scolaires ? des ouvrages ? des examens ? des concours pour le recrutement des enseignants ? C’est encore Paris et le ministère français de l’Éducation.

Le pouvoir éducationnel et culturel est hors de nos murs.

4/ L’Armée la Police, la Justice sont les “zouti filé” de l’État Français, qui s’en sert si besoin pour “réprimer” souvent dans le sang (14 fev 1952, Mai 67, ou en mode non-lieu : Chlordécone, Affaire Clodo, toutes velléités revendicatives populaires.

De 1635 à 1945, nos pays étaient des colonies classiques et les habitants des “colonisés. En Mars 1946 une loi du parlement français (soutenue par des élus qui ont cru au grand rêve français) a transformé ces “colonies classiques” en “départements d’outre-mer” ; la question de notre identité était semble-t-il résolue.

Ainsi donc les Martiniquais, les Guyanais, les Réunionnais, sont devenus sur le papier des ”citoyens français à part entière”, comme ne le dirait pas Aimé Césaire, qui lui affirmait que nous sommes des ”français entièrement à part”.

Mais depuis les choses ont beaucoup évolué, puisque nous sommes devenus des “européens”, d’autres fois des “Domiens”, et depuis récemment des “ultramarins”.

La constitution française ne nous considère pas comme un peuple, mais comme une population et notre langue officielle c’est le français.

Qui a oublié qu’il y a encore peu que ”nos ancêtres” n’étaient ni Kalinagos, ni Africains mais des Gaulois. (N’est-ce pas un ex Préfet-Gouverneur installé en Guadeloupe, qui a récemment tout mis en œuvre pour bloquer le projet de création d’une école Panafricaine ?)

Venons-en au champ lexical qui est lui-même très parlant donc révélateur. Que dire de cette appellation dont se servent au quotidien et sans réserve aucune : des journalistes, même des universitaires, et surtout nos hommes politiques, pour désigner La France ?

Ils préfèrent et de loin le terme de “Métropoleet s’agissant des franco-français installés ou de passage en Guadeloupe, Ils sont des métropolitains

Qui n’a pas entendu lors d’un reportage sportif sur la Coupe de France (j’ai bien dit Coupe de France) les journalistes parler de footballeurs “métropolitains” ?

Chaque année au mois d’août, les cyclistes français qui participent au Tour de la Guadeloupe, sont toujours pour nos reporters sportifs des coureurs “métropolitains”.

Ces appellations erratiques ne sont pas le fruit du hasard. Elles participent d’une volonté de bien faire “entrer” dans nos têtes crépues que la France est la “mère patrie” et que nous devons quasiment pour marquer le respect en tant indigènes colonisés nous mettre à genoux dans notre façon de nous exprimer.

Sur l’origine de ces termes voilà ce qui est dit : “Dans un empire colonial, le terme de « métropole » désigne le pays conquérant (en l’occurrence, la France).

Le terme de « colonie » renvoie aux territoires outre-mer conquis par la « métropole » et dont la caractéristique principale est d’être non-libres. Ce ne sont pas des territoires autonomes ou indépendants. Ils sont dans la dépendance de la « métropole », d’où l’expression d’ « empire colonial ».

Ceux qui ont choisi de populariser, voire de banaliser dans leurs médias, articles, discours, interventions, cette terminologie ne peuvent plus en 2023 en ignorer la portée idéologique. Ils contribuent, consciemment ou pas au niveau lexical à maintenir notre peuple dans une forme de dépendance psychologico-identitaire. C’est la porte d’entrée de l’aliénation culturelle. Car ce vocabulaire “spécial” a d’abord été “transmis” voire imposé par l’administration coloniale puis repris par les colonisés qui n’avaient pas mesuré le trauma au niveau psychologique et identitaire

Car on vous met dans le crâne que vous êtes un “français d’outre-mer” et que dans le même temps que les français qui débarquent ici sont des “métropolitains” venus de la “métropole”, que votre territoire est un“département français”, que votre langue native n’est qu’un vulgaire patois. I Pa mol !

On peut comprendre, sans l’accepter, que les femmes, les hommes et les enfants qui vivent dans ces pays sous domination soient pour une grande partie “perdus” et que le problème de l’identité ait été pendant longtemps une question centrale. Ce sont les patriotes guadeloupéens, qui dès le début des années 60, ont abordé cette problématique en la contestant. Le psychiatre-militant Frantz Fanon dans ses ouvrages indispensables et toujours d’actualité, “Peaux noires et Masques blancs”, “les Damnés de la Terre” a lui aussi beaucoup écrit et dit pour aider les colonisés français à sortir de l’étau de l’aliénation coloniale.

Une dernière remarque langagière. Elle concerne l’utilisation du mot “National”

Ce sont encore les mêmes : les élus, les journalistes, les hommes politiques, les universitaires, qui ont depuis peu confirmé qu’ils étaient de vrais français. Dès lors, qu’en abordant une problématique ou un sujet concernant la France, ils parlent du “national”. Sans se douter que le terme révèle à la fois une ambiguïté ou une appartenance acceptée.

Et souvent entendu : “Au National, les prix à la consommation sont inférieurs au niveau local. On pourrait très bien dire : En France les prix à la consommation sont inférieurs à ceux de la Guadeloupe” car en fait l’utilisation du mot “national” pour désigner ce qui se passe en France sous-entend que le Guadeloupéen est un “français” au même titre que le citoyen de Noisy Le sec, de Bordeaux ou de Nice..

Même si le langage, les mots ne sont pas les outils les plus violents du système colonial, force est de constater qu’ils contribuent amplement à la domination. Nous sommes par la volonté du colon bilingue. Mais les progrès mis en œuvre et réalisés pour valoriser notre langue nationale, le gwadloupéyen, ne doivent pas cesser. Car sur la question identitaire, la langue est un atout d’une grande importance. Fanon disait “Parler une langue c’est assumer une culture”.

Nos frères caribéens de la Dominique, de Trinidad, de Ste-Lucie, pourtant pays indépendants ont parfois pris un peu de retard sur cette question. Résultat, la langue anglaise s’est partout imposée.

Politiquement, on y revient, que dire des actions parfois récurrentes mais sans effets notables de nos parlementaires ?

On se rend bien compte aussi bien que pour le Chlordécone, que pour le meurtre de Klodo, ou pour la question de l’eau, ou pour le prix des billets d’avion, la “réintégration” des soignants suspendus, les motions, les amendements et autres tentatives des parlementaires sont tous passés à la trappe.

Tout se joue et se décide loin de Basse-Terre, de Cayenne ou de Fort-de-France. La vraie “capitale” des dernières colonies françaises c’est bien Paris. Les seuls moments ou nos voix ont compté, sont les actes de résistance ; attentats de l’ARC (1980/86) et début de négociations avec l’Etat.

Affaire Faisans (juillet 1985) la Guadeloupe totalement “barrée” le pouvoir libère Georges Faisans.

En janvier/ février 2009, la grève historique de 2009, LKP oblige le pouvoir à discuter et à lâcher quelques “mailles”.

Cela signifie que le pouvoir colonial garde la main et n’entend pas lâcher prise, si nous restons dans son “larel” et dans ses clous !

Oui la Guadeloupe, est donc toujours une colonie française systémique et nous sommes donc très loin de l’indépendance. La faiblesse actuelle du Camp Patriotique, l’impéritie de nos politiques, l’aliénation d’une grande partie de notre peuple, sont des obstacles majeurs qu’il va falloir surmonter, défaire, briser

Men, ki tan ? ki jan ?

Danik I. Zandwonis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com