CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Venezuela : Démantèlement d’un groupe de trafic de personnes

Caracas. Dimanche 6 septembre 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le commandement stratégique opérationnel de la Force Armée Nationale Bolivarienne du Venezuela (CEOFANB) a fait savoir qu’il a réussi à démanteler un réseau délictueux de trafic illégal de ressortissants vénézuéliens qui, en plus, violent les mesures de biosécurité établies dans les municipalités frontalières pour freiner la propagation du COVID-19.

Le message posté sur le compte Twitter du CEOFANB explique que l’opération secrète “Macizo Guayanés” a été menée à bien vendredi dans la municipalité de Gran Sabana, et en particulier dans le quartier de Santa Elena de Uairen, état de Bolívar.

L’objectif était de démanteler un groupe structuré de délinquance organisée (GEDO) qui se consacrait à la traite de personnes en passant par les trochas  en violant les protocoles établis.

Lors de cette opération, 12 personnes qui « faisaient partie de la structure du GEDO et agissaient sous la protection et sous la façade d’agences de voyage et d’entreprises de tourisme » ont été arrêtées.

Avec des ramifications internationales (U.S.A – Brésil – Chili- Venezuela)  consacré au trafic illégal de ressortissants vénézuéliens et à la traite de personnes en passant par les trochas pour en pas respecter les protocoles établis par l’OMS, le MPPS et les autorités de la migration du Venezuela pic.twitter.com/FJ5FYrIryK

Parmi les personnes arrêtées se trouvent 4 fonctionnaires publics et il a été prouvé que des médecins et des employés de la mairie facilitaient l’obtention de certificats attestant que « des tests de COVID-19 avaient été réalisés avec des résultats négatifs et les saufconduits obtenus pour pouvoir se déplacer sur tout le territoire national. »

Pour cela, les personnes impliquées touchaient 50 $ par test et jusqu’à 900 $ « pour le paquet qui comprenait le fait d’échapper aux contrôles et à la qu arantaine  mais pas les billets, la nourriture et les jours de séjour dans des auberges et des hôtels qui coûtaient environ 1.800 $. »

Le commandant de la force Nationale Bolivarienne (FANB), Remigio Ceballos, a affirmé que l’enquête continuait et qu’on recherchait encore « au moins 10 citoyens impliqués directement dans ce trafic illégal de personnes. » Et qu’on combat encore fermement et sans répit « les groupes structurés de délinquance organisée. »

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

0