CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Pérou : Empêcher le pays d’avoir une politique étrangère souveraine

Lima. Mercredi 18 août 2021. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez/ (RHC). L’ex-ministre des Affaires Étrangères du Pérou, Héctor Béjar, a déclaré aujourd’hui que la raison de fond de son retrait du gouvernement est la volonté de droite d’empêcher le Pérou d’avoir une politique étrangère souveraine et il a exprimé son espoir de voir cette politique se poursuivre.

Interviewé par Prensa Latina après confirmation mardi de sa démission, il a précisé qu’il n’avait pas démissionné mais qu’il lui avait été demandé de démissionner. Le résultat a été précédé d’une intense campagne politique et médiatique de droite.

La campagne l’a accusé d’insulter la Marine dans une vieille vidéo de la fin 2020, dans laquelle il rappelait des actes terroristes d’il y a près d’un demi-siècle attribués à des agents du renseignement de la Marine.

Cependant, les membres de la droite du Parlement se sont jetés sur lui presque dès sa nomination, il y a moins de trois semaines, préparant l’interpellation et très possible (sic!) censure (destitution virtuelle).

L’ancien guérillero et prestigieux universitaire a indiqué que la raison de fond de la campagne contre lui est autre.

‘Il y a un groupe dans la Marine et dans l’extrême droite péruvienne, qui veut à tout prix empêcher le Pérou d’avoir ou de retrouver une politique étrangère indépendante, souveraine, voilà la vraie raison; je représente pour eux ce danger’, a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il espère que le gouvernement du président Pedro Castillo maintiendra la décision de revenir à cette politique étrangère, que le Pérou a abandonnée depuis l’époque de l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000) et ‘avoir une politique étrangère autonome, libre des déterminations des pouvoirs globaux’.

Après avoir insisté sur le fait qu’il n’a pas démissionné mais que sa démission lui a été demandée par le Premier ministre, Guido Bellido, il a précisé qu’il ne s’accrochait pas à la charge, mais qu’il voulait répondre aux questions dans l’interpellation, face au Congrès où la droite détient la majorité.

‘Je m’attendais à parler lors de l’interpellation et j’ai cru comprendre que les congressistes ont demandé ma démission plus tôt pour m’empêcher de parler devant le Congrès, c’était une forme de censure’, a-t-il affirmé.

Béjar a dit que sa démission était l’une des alternatives, car il a accepté le poste ‘en sachant qu’il était dans une situation instable dans un pays à politique instable et dès le début il savait que toutes les possibilités étaient ouvertes’.

Sur les prochaines mesures qu’il comptait prendre pour le pays en tant que ministre des Affaires Étrangères, il a répondu : Rejoindre le Groupe de contact, afin de lever les sanctions des États-Unis contre le Venezuela et je pense que cela a également fait partie de la motivation centrale pour laquelle il a terminé sa brève mission de chef de la diplomatie.

‘Je pense que le président Castillo est une excellente personne, je dois le remercier de m’avoir nommé ministre des Affaires Étrangères et lui faire part de ma disposition, cette fois de l’extérieur du gouvernement, de continuer à coopérer pour que le Pérou ait un gouvernement qui soit du peuple et qui réponde vraiment aux intérêts de la nation’.

A propos des attaques de la droite reçues ces dernières semaines, il a seulement fait remarquer que ‘venant de ceux d’où elles viennent et compte tenu du type d’attaques qu’ils m’ont lancées, je suppose que cela contribue à mon prestige’.

Au sujet des accusations reçues par (sic!) la vieille vidéo sur les origines du terrorisme dans le pays, il a déclaré qu’il est absolument confirmé en affirmant que les premiers actes de terrorisme au Pérou ‘ont été produits par la Marine’ au milieu des années 70 du siècle dernier, parce qu’il s’agit de faits historiques.

Divers médias alternatifs ont publié des reportages sur les attentats contre des ministres, des officiers supérieurs de la marine, entre autres, y compris la maison de l’attaché militaire cubain de l’époque et contre deux bateaux de pêche cubains, dont l’un a été coulé dans le port voisin de Callao.

Source Prensa Latina

0