CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Lettre ouverte au Directeur Général du CHU de la Guadeloupe.

Basse-Terre, Capitale. Mardi 10 aout 2021. CCN. Au Directeur Général du CHU de la Guadeloupe. M. COTTELON, je vous ai écouté sur la chaîne nationale française LCI, chaine
sur laquelle nous avons été pris pour des illettrés avec des pratiques ancestrales auxquelles s’ajouterai notre tendance à la consommation d’alcool. Cela pré-augure la perception de ce qu’une partie de la France a toujours pensé de ce que nous représentons culturellement et de nos us et coutumes.
Vous aviez l’occasion de rectifier de tels propos émanant d’un pseudo sociologue, sauf erreur de ma part, je n’ai rien entendu a cet effet.

En revanche, vous avez ouvert une brèche en introduisant une notion de politique identitaire sur le refus de 80%…de la population à la vaccination.

Balayant d’un revers de main les capacités intellectuelles et de réflexions de ce peuple, qui a déjà tant subit et tant accepté de par sa résilience.
Et que cette légendaire résilience nous a produit insidieusement (95 % de “CHLORDECONÉS” ) à cause des autorisations DÉROGATOIRES, de ce pouvoir, qui vient nous prôner cette vaccination…

Quand le préfet ROCHATTE a cédé aux sirènes des socio-économiques, pour ouvrir tout grand le ciel Guadeloupéen aux avions,  au début du mois de juillet 2021, à raison de 6 à 8 vols par jour, ce sont environ 2600 personnes qui arrivaient par jour, dans un mois cela équivaut à environ 76.000 personnes.

Quand nous les comparons à nos 397.000 habitants, ils ont de fait augmenté temporairement  de 20 % la population de la Guadeloupe et  même si ces passagers étaient contrôlés au départ, par des tests pcr ou vaccinés.
Ils étaient potentiellement porteurs et transmetteurs du virus, donc des vrais sources de contaminations …

D’autant que ce variant DELTA avait déjà commencé sa pénétration sur le territoire français; sous l’appellation de variant indien,que le gouvernement connaissait déjà sa dangerosité et la vitesse de sa propagation contagieuse.

Mais comme la date de réouverture du ciel avait été pré-annoncée par le ministre LECORNU, faire marche arrière devenait politiquement incorrect.

Ils ont décidé de jouer au quitte ou double avec la santé du peuple Guadeloupéen.
C’était prendre un vrai risque sanitaire et surtout la mise en danger de façon délibérée et en parfait connaissance de nos mauvaises conditions d’hospitalisations en particulier du CHU .

La sonnette d’alarme avait bien été tirée, cela à plusieurs niveaux.
Mais c’est la voix du représentant du tout puissant monde économique, qui a été privilégié.

Car ce dernier est très impliqué et concerné dans toute la chaîne, de ce système économie/touristique (en amont comme en aval).

Et comme du temps des grandes plantations, les portes de l’ÉLYSÉE et des différents Ministères s’ouvrent facilement à l’annonce de son nom.

Depuis le début de cette pandémie en 2020 , ce sont les mêmes partitions restrictives qui nous sont jouées.

-Couvre-feu
-Confinement
-Et dès le frémissement d’une ACCALMIE ;
on laisse entrer les avions,et les bateaux des plaisanciers; etc..et on repart pour un tour.

Tandis que les Guadeloupéens, qui se sont privés de la mer; de la montagne et de toutes les activités ludiques et de détentes, n’ont même pas le temps d’en profiter pour oublier cette situation anxiogène.

Que nous devons subir à nouveau des mesures de restrictions imposées,avec de surcroît des sentiments de culpabilités .

De tout ceci, M. Cottelon, je suis certain de ne rien vous apprendre.

C’est “pourquoi, sans nier l’existence de ce virus et de ses nombreuses stratégies d’attaques que subissent de pleins fouets bons nombres de nos compatriotes “, Contrairement à ce que vous avez affirmé sur cette chaîne française de grande audience,
la défiance de cette majorité de guadeloupéens aux “vaccins” ARN n’est pas simplement un positionnement politique et identitaire.

Sinon cela voudrait dire que les 250.000 manifestants de France sous le même mot d’ordre seraient des militants guadeloupéens délocalisés..

Je me permet de vous positionner à 2 niveaux :
– Le haut fonctionnaire que vous êtes d’une part,
– Et le guadeloupéen natif du territoire qui est aussi le mien d’autre part.

Alors je me permets de vous adresser ce reproche de ma fenêtre,
qui est de ne pas suffisamment mettre l’accent sur ce vrai problème de pénurie sanitaire;
auquel nous devons faire face en cette période pandémique et de trop laisser supposer, que globalement, c’est de par nos comportements, que nous en serons les principaux responsables.

Comme dans toutes les sociétés,oui nous avons des mauvais comportements, mais ce ne sont pas eux, les référents du peuple guadeloupéen.

Après les ravages de démantèlement causés depuis la mise place de cette ARS destructrice,qui ont débuté sous la houlette des deux prédécesseurs de Mme DENUX,
Mme Willaume et M. Patrice Richard,
l’actuelle directrice est également dans la même lignée, les décisions doivent sûrement sortir de loin.

En démantelant les organisations en place et en centralisant tout au CHU, sans les moyens véritables, c’est une vraie organisation d’une gestion de PÉNURIE SANITAIRE qui a ete organisée.

L’ARS a, en quelque sorte, enfermé la santé des guadeloupéens dans une bouteille,tout en laissant leur deux mains sur le bouchon…

On ne peut donc pas traiter les conséquences de cette situation structurelle,
sans jamais parler de ses CAUSES…
Car votre plus important souci aujourd’hui, M. Cottelon, ce n’est pas principalement le COVID, mais bien la gestion de cette PÉNURIE SANITAIRE organisée depuis tantôt par l’ARS, avec sans aucun doute l’appui des sachants du ministère de la santé…

M. Cottelon je m’adresse au Guadeloupéen que vous êtes, assurément à quelques années de votre retraite,après une carrière bien remplie.

Vous ne pouvez pas,ne pas mettre cette évidence en reliefs.
Placé ou vous êtes, sachant ce que vous savez, vous êtes sans aucun doute, le guadeloupéen, le plus à même de le faire.

Les guadeloupéens ne doivent plus continuer à suivre le fameux conseil de Felix ÉBOUÉ du “JOUONS LE JEU” .
Alors que nous constatons, que ce jeu ne tient pas compte,n’a jamais tenu et ne tiendra jamais compte de nos réels besoins.

Ce virus met bien en évidence, la gestion catastrophique que nous impose cette politique de santé, qui nous a délibérément placé dans UNE PÉNURIE SANITAIRE ORGANISÉE..

Sans cette pandémie inattendue, ce manque crucial de moyens passerait évidemment inaperçu.
A part les habituels cris désespérés des SYNDICALISTES !!

Car les gouvernants ont décidé de gérer globalement les trois départements,
en fermant des lits en veux-tu en voila, en fermant des services entiers, sur juste des décisions politiques,  qui ne sont basées que sur des statistiques nationales.

Ces dispositions ne prêtent aucune considération,pour notre caractère “d’îliens” et surtout sur le côté archipel particulier à la Guadeloupe.

Voici ce que je conçois le devoir des hauts cadres Guadeloupéens,dont vous en faites partie,ayant atteints les sphères décisionnelles de ce pouvoirs.

C’est qu’ils puissent toujours défendre envers et contre tout, tous les éléments qui font la particularité de la Guadeloupe.

Car, M. Cottelon, vous le savez très bien la Guadeloupe, notre pays, est unique et n’a pas à ce jour de comparaison existante.

Celui qui ose s’adresser à vous en ces termes a eu à assumer un rôle de cadre, à un degré certes moindre que le vôtre actuellement.
Ceci dans une société dont le pouvoirs était centralisé en France.

Mais je n’ai jamais manqué à cette sacré obligation,de toujours placer les intérêts de la Guadeloupe en avant,cela envers et contre tout, Ma Carrière y comprit.
MONSIEUR COTTELON,
LE COVID VOUS OFFRE LÀ,
UNE OCCASION DE RENTRER DANS L’HISTOIRE DES GRANDS HOMMES GUADELOUPÉENS !
Osez simplement leur dire, la vraie vérité sur leurs actes,qui nous conduisent dans cette situation aujourd’hui…..

Jacky RICHARD
le 08/08/2021

Espèrant que ces quelques mots arriveront jusqu’à vous.
J’ai été long
Mais comme aurait dit Sonny RUPAIRE
LA PENN TÉ VO !!

0