Top news

Partagez sur vos réseaux

Le rêve Gwadloupéyen

Chaque habitant de Guadeloupe, pris individuellement, a forcément un rêve : un rêve pour son futur, pour l’avenir de ses enfants etc… Je suis persuadé qu’il a même son rêve pour une Guadeloupe de demain.

Comment trouver le plus « petit » dénominateur commun pour faire de la somme de tous ces désirs, un rêve partagé par tous : le RÊVE GUADELOUPEEN.

Je suis intimement convaincu que, c’est l’émergence d’une âme nationale qui nous fera passer de population à peuple et permettra la construction du « PEYI GWADLOUP ».

Sans âme nationale aucune civilisation n’est possible, sans traditions stables pas de civilisation, sans la lente élimination de certaines traditions pas de progrès, d’où la difficulté de trouver l’équilibre entre stabilité et variabilité. 

Un peuple est un organisme créé par le passé, il ne peut se modifier que par touches lentes et successives.

Un peuple c’est un passé commun, une histoire partagée, la volonté d’un destin conjoint. Si on y ajoute un territoire, nait un pays.

Qu’est-ce qu’un guadeloupéen, ou comme dirait Raoul SERVA qui a « le sens du pays » ?

Ce n’est pas la couleur de sa peau. L’expérience nous le montre chaque jour et de plus, cela n’est pas ma conception, ce n’est pas forcément sa filiation, ni la durée de sa présence en Guadeloupe. A mon sens, c’est un savant dosage entre un amour profond du « péyi » et une volonté farouche de le faire avancer en créant une intention animée d’élévation du peuple.  On y trouve aussi, la compréhension et le respect de sa culture, le désir d’y vivre et d’y élever ses enfants, l’ambition de contribuer à son développement, et à grandeur.

Le point de départ de toute réflexion sur la construction de la Guadeloupe de demain impose à ma conscience un RÊVE GUADELOUPEEN commun.

Nous devons rêver ensemble notre Guadeloupe pour la construire, avec une Liberté d’imagination sans freins et, faire preuve de résistance intellectuelle par rapport aux modèles extérieurs imposés. Le monde occidental est devenu trop binaire, et impose une uniformité, une dépolitisation des classes moyennes, ce qui entraine par conséquent une perte de nos valeurs, l’individualisation de nos comportements et une incapacité à agir ensemble.

 Comment construire un rêve Guadeloupéen, sans nous reconstruire nous-même ? Sortons de ce monde néolibéral, de cette anarcho-capitalisme ou de cette sociale démocratie complice et lâche (qui a trahit le peuple), qui n’apporte pas de solution collective et ne produit que des sujets économiques… des individus vides, ce qui est le contraire des fondements de notre société « créole ».

Aucune société n’est parfaite, je n’idéalise pas la mienne, loin de là, elle est née d’injustices de souffrances, de déportation, de crime contre l’humanité, mais c’est la mienne, c’est mon histoire, je ne peux m’y soustraire, je l’accueille, l’accepte et la transforme en force pour l’avenir. 

Comment tous rêver ensemble, d’un avenir commun ?

Nous devons nous unir et nous reconstruire à partir de notre culture et de nos objectifs pour demain.

Trois éléments me semblent fondamentaux :

  • Une éducation guadeloupéenne 
  • Un retour à notre spiritualité 
  • Une paix ethnique 

Un pays pour se construire a besoin d’une élite endogène.

Elle est un miroir pour le peuple, miroir dans lequel il se voit, il se reconnaît et qui lui permet de se valoriser, de se projeter.

Elle doit être vertueuse, en accordant à ce qualificatif le sens de vouloir s’élever vers la lumière.

Jean-Jacques ROUSSEAU a dit « Plus un pays est petit et plus ses élites ont l’obligation d’être vertueuse ».

Construire une élite guadeloupéenne, au service du développement de la Guadeloupe, passe par l’éducation et l’école.

 Nous devons construire « l’école de Guadeloupe » pour remplacer « l’école en Guadeloupe ».

Il ne s’agit pas de couper les liens avec l’éducation nationale, mais d’adapter l’école à notre situation particulière.

Parce que « l’école en Guadeloupe », qui est celle que nous connaissons aujourd’hui, n’est que la déclinaison du système éducatif français. 

Nous devons donc créer les conditions de l’émergence de nos élites, Cela doit être le projet de nos dirigeants et élus politiques. J’entends par élite, l’ensemble des individus qui quelque soit leur compétence (manuelle, technique, scientifique, littéraire, sportif …) excelle dans leur domaine et sont conscients de leur devoir vis-à-vis de la Guadeloupe.

La formation de nos enfants doit s’insérer dans un projet global de développement de la Guadeloupe, Nous ne pouvons plus la laisser exclusivement entre les mains de technocrates français qui ont une vision globale de l’éducation guidée par une doctrine ultra-libérale, qui ne sont préoccupés que par les intérêts du centre, en oubliant la réalité de la périphérie à laquelle nous appartenons.

Former l’élite est une chose mais, cela ne servirait à rien sans le retour de nos enfants en Guadeloupe. C’est la Guadeloupe qui doit récolter les intérêts de l’investissement que les collectivités locales auront consentis pour leur formation.

Nous devons créer les conditions de ce retour, pour endiguer cette fuite des cerveaux, cet exode des jeunes, à laquelle nous assistons depuis quelque temps.

Des contrats peuvent établis entre des étudiants et ces collectivités : La prise en charge de leurs études avec l’obligation de travailler pendant une période déterminer pour la Guadeloupe.

Alors, il est nécessaire de leur offrir des emplois à la hauteur de leurs compétences et de leurs aspirations et cela fait partie du projet de société et de développement qu’il sera nécessaire de construire.

Ce type de contrat éveillera au sein de notre jeunesse, cette conscience du pays sans laquelle nous n’arriverons à rien.

Oui nous devons créer cette relation biunivoque avec notre jeunesse : mon pays pense à mon avenir et s’occupe de moi, je dois lui rendre ce qu’il m’a donné.

Un retour à la spiritualité 

Depuis une cinquantaine d’années, nous sommes confrontés au dilemme entre ; la poursuite accélérée de notre entrée dans le monde « moderne » occidentale et la pratique et le respect de nos « mès é labitid ».

 Pour les plus de 15 ans, le combat est peut-être déjà perdu, les us et coutumes occidentaux nous ont envahi. Pour notre Guadeloupe on peut appeler cela les générations sacrifiées.

Qu’est-il devenu de cette spiritualité héritée de nos ancêtres africains et indiens, qui nous permettait de comprendre que le monde n’est pas prosaïque, et que le mystique et l’invisible sont partie prenante de notre vie.   

Depuis le début des années 2000, nous nous éloignons chaque jour un peu plus de toute forme de spiritualité, comme convaincus que la vie n’est que ce que nous voyons, que nous touchons, que nous possédons, oubliant l’invisible qui se cache dans le visible. Ces substrats on fait partie de notre construction et ont contribués à faire naitre en nous cette résilience et cette grande capacité d’autodérision, qui nous ont permis de faire face à tant d’épreuves et faire de nous aujourd’hui ce que nous sommes. 

Grand nombre d’entre nous pense que l’organisation et la gestion d’un pays relève exclusivement de la chose matérielle, mais sa construction profonde, sa direction véritable, sont affaire d’idéal, de rêve et de spiritualité.

Comment peut-on se transcender pour passer du « moi » au « nous » si, la transcendance qui anime la vie n’a pas de réalité ?

Cette dimension spirituelle rattachée à nos valeurs, nous permettra aussi de former une nouvelle génération de femmes et d’hommes, non plus seulement préoccupée par leur petite personne, mais capable de faire preuve de discernement et soucieuse du bien et du destin commun.

Une nouvelle génération, non plus des invertébrés chromatophores, mais un mélange d’intelligence, de bienveillance, d’amour et d’humilité.

Paix ethnique…

Nous sommes le fruit d’une sélection, certes non volontaire, néanmoins C’est notre histoire. Cette même histoire a fait de nous aujourd’hui des individualistes, peu sensible à la chose collective. Nous devons réapprendre à nous recevoir, nous accueillir, nous accepter et, au-delà de nos différences nous réunir sur ce qui nous rassemble.

Nous nous devons aujourd’hui, de chercher la Paix entre tous les enfants de Guadeloupe, une Paix où il n’y aura ni vainqueurs ni vaincus mais une seule gagnante : la Guadeloupe.

Ces accords tacites, ces non-dits qui jusqu’à une certaine époque ont régi la société guadeloupéenne, ne fonctionnent plus et nous courons tous ensemble à notre perte.

Que voulons-nous ? Disparaitre  tous ensemble parce nous aurions chacun voulu conserver nos fiertés, nos rancœurs, nos rentes de situation sans jamais essayer de faire un pas et nous dire nos vérités en hommes conscients et responsables. Nous en constatons tous les jours les conséquences :la Guadeloupe nous échappe.

Abandonnons ces postures et cherchons ensemble les chemins de la « renaissance » de la « co-naissance », de la résurrection au sens grec « d’anastasis »: action de se relever.
Nous devons décréter une paix ethnique.

Nous devons, aujourd’hui, apprendre à nous recevoir, nous accueillir, nous accepter et, au-delà de nos différences, nous réunir sur ce qui nous rassemble.

Notre histoire est ce qu’elle est et il nous faut l’accepter comme telle. Mais, nous ne devons jamais perdre de vue que c’est elle qui a fait les guadeloupéens que nous sommes aujourd’hui.

Nèg, blan péyi et ceux qui sont arrivés après 1848, zendyen, siryen, juif nous sommes tous les fruits de cette histoire.

Nous devons la considérer comme un fait historique fondateur et la regarder comme tel.

Nous ne pouvons plus la regarder chacun de notre côté :

Les nèg, avec toute cette souffrance et cette rancune dues à la mise en esclavage de leurs ancêtres, leur envie de revanche, la colère de l’absence de repentance et de réparation et la continuation de l’organisation d’une économie de comptoir ;

Les blan peyi, , drapés de leur complexe de supériorité, de leur désir de faire perdurer l’ordre ancien, et par volonté ou crainte de ne jamais participer à tout ce qui est en dehors de leur « bizness »,

Les zendyen et les siryen, avec le souvenir du mépris, des brimades, de l’ostracisme qu’ils ont subis à leur arrivée se sont réfugiés dans un communautarisme d’où grandit un désir de revanche.

Nous devons étudier ensemble notre histoire sereinement, paisiblement, scientifiquement pour enfin savoir qui nous sommes, comprendre nos relations à nous-mêmes et aux autres pour enfin faire peuple sur ce petit bout de terre que nous avons tous reçu en héritage. 

C’est le passage obligé pour ne pas subir la « maudition » de nos ancêtres.

Aucun d’entre eux n’est arrivé de son plein gré, mais tous ont été obligés ici, de puiser au plus profond d’eux-mêmes la force de rester en vie.

L’heure est venue de conclure une paix ethnique si nous voulons que la Guadeloupe demeure notre pays, que nous ne devenions pas des exclus sur notre propre Terre.



Claude BARFLEUR 

.

.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com