Breaking News

Guadeloupe. Marie-Galante: Réponse au positionnement du ministère de l’Outre-Mer

20 Fév 2017
1276 fois

Grand-Bourg de Marie-Galante. Lundi 20 Février 2017. CCN. Si la Communauté de Communes de Marie-Galante (CCMG) se réjouit que la paralysie de sa filière canne appelle un positionnement de Madame Ericka Bareigts, elle ne peut souscrire aux conclusions de la Ministre, qui, sans qu’aucune consultation de la CCMG n’ait été préalablement réalisée, soutient la compatibilité de deux projets que pourtant tout oppose. Pour rappel l’un repose sur la dépendance énergétique et économique de Marie-Galante à l’importation de bois des Etats-Unis et du Canada quand l’autre soutient le développement économique global et intégré de l’île, avec une centrale thermique utilisant la biomasse locale (bagasse) répondant aux besoins d’une sucrerie. 

En effet, l’ambition d’autonomie énergétique de Marie-Galante n’est absolument pas conciliable avec un projet comptant sur l’importation de plus de 50 000 tonnes par an de granulés de bois issus de forêts d’Amériques. Ce projet est également totalement incompatible avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), se fixant pour objectif l’autonomie énergétique des zones insulaires par les énergies décarbonées. Par ailleurs, comment l’île de Marie-Galante pourrait prétendre à l’exemplarité environnementale et à son développement économique si son territoire est exploité pour et par une centrale thermique extrêmement polluante, déversant sans interruption particules fines et toxiques menaçant très sérieusement la santé de ses habitants ? 

Par cette affirmation simplificatrice d’une communion entre les deux projets, le Ministère de l’Outre-Mer démontre qu’aucun travail de fond n’a été réalisé sur ce dossier, bien plus complexe dans les faits. Cette complexité doit amener à la responsabilité et nécessite une analyse complète du dossier. 

A cet égard, la CCMG s’interroge sur le positionnement de l’Etat, favorisant les intérêts privés d’Albioma et du Groupe la COFEPP, actionnaire d’Albioma et exploitant de l’usine qu’elle laisse tomber en décrépitude depuis près de 20 ans, alors que ce groupe, dirigé par Monsieur Jean-Pierre Cayard, est le deuxième groupe français de spiritueux avec un chiffre d’affaire avoisinant le milliard d’euros. La CCMG réclame un audit impartial de l’usine de sucre, pour justifier de l’utilisation des millions d’euros de fonds publics que cette unité industrielle perçoit depuis de nombreuses années et souhaite comprendre pourquoi l’usine n’a pas été en mesure de faire les travaux de rénovation nécessaires à son fonctionnement, notamment en ce qui concerne sa chaudière. Seule cette analyse permettrait d’appréhender réellement tous les enjeux techniques de cette usine sucrière, objet d’un chantage immoral de la part des exploitants sur les planteurs de canne. 

Par ailleurs, rappelons que l’importation de bois des Etats-Unis et du Canada du projet d’Albioma, pour un coût annuel de 9 millions d’euros par an, serait financée par le contribuable, via la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE) acquittée par tous les consommateurs français d’électricité. Comment comprendre que l’Etat soutienne un projet de centrale thermique polluant, sous perfusion d’argent public, au détriment d’un projet de développement territorial saisissant toutes les opportunités de la croissance verte et de l’autonomie énergétique pour la création d’emplois durables ? La CCMG ne peut se rendre complice de la taxation du contribuable au bénéfice d’une multinationale tirant profit de notre dépendance énergétique. Cette orientation est tout autant contraire à la Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV) qu’antinomique avec notre ambition d’autonomie énergétique. Plus que consciente de la nécessité de sortir d’une politique de subventions pour adopter une politique de projets, la CCMG n’a justement eu de cesse de créer les conditions d’une pérennisation de son économie et de sa filière canne, motivation motrice de son projet de développement durable, notamment par la valorisation d’un sucre à haute-valeur ajoutée avec appellation contrôlée et la valorisation de la bagasse et de ses co-produits. 

La CCMG souhaite également souligner que les autres acteurs de la filière canne, distilleries et sucreries maillant le territoire de Marie-Galante et de Guadeloupe, prouvent, par leur dynamisme, qu’ils sont parvenus à un équilibre financier sans avoir eu cette chance d’obtenir des millions d’euros de subventions. Ces faits démontrent le non-sens d’opposer la survie de la sucrerie de Marie-Galante au refus de la mise en oeuvre de la centrale thermique surdimensionnée d’Albioma. La CCMG soutient un projet d’usine thermique à l’échelle du territoire, bien plus modeste, et fonctionnant uniquement à partir de bagasse locale pour satisfaire aux besoins de la sucrerie et améliorer les revenus des planteurs. Selon ces critères de redimensionnement, et dans une volonté de compromis raisonnable, la CCMG propose ainsi à Albioma de réviser son modèle en modifiant son projet thermique, excluant toute dépendance par l’importation de bois et en mobilisant en complément le photovoltaïque, très compétitif sur l’île. 

Ce compromis pourrait correspondre à la stratégie de développement de Marie-Galante, se basant sur le déploiement exclusif d’unités d’énergies propres et locales, inscrivant son territoire en droite ligne de la loi sur la transition énergétique LTECV. 

La CCMG ayant pour mandat de favoriser le développement économique de Marie-Galante, souffrant pour rappel d’un taux de chômage record, elle ne cédera pas à ce chantage condamnant son territoire à la dépendance aux subventions et à une énergie importée et carbonée, représentant une menace très grave pour la santé de ses concitoyens et son écosystème, jusqu’ici préservé par la forte détermination des marie-galantais à la sauvegarde de leur terre. 

 

Source:

Dr Maryse ETZOL, 

Présidente de la Communauté de Communes de Marie-Galante 

Maire de Grand-Bourg 

Conseillère Départementale de la Guadeloupe 

CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires