Breaking News

Bannière les iles de Guadeloupe

Guadeloupe. Covid19 UTS-UGTG ka déklaré !

11 Mai 2020
619 fois

Pointe-à-Pitre. Lundi 11 mai 2020. CCN. Camarades, Collègues, Travailleurs de la Santé des secteurs public et privé, Pas une once d’humilité, et encore moins d’aveu d’impuissance coupable ! Et donc, dans le droit fil de la ligne de communication retenu par le Gouvernement de la France à propos de la gestion de la pandémie Covid-19, l’ARS et le Préfet de Guadeloupe s’apprêtent le 11 Mai, à la sortie « modélisée » de la phase épidémique sévère du Covid-19, à s’enorgueillir de leurs décisions.

D’abord pour féliciter les services de santé et les soignants de leur réactivité face à cet « ennemi invisible et méconnu ». Ensuite, pour soutenir, que le confinement massif et les restrictions imposées étaient les seules mesures essentielles à la protection de la vie du plus grand nombre. Et enfin, pour nous encourager à vivre avec le virus comme l’on vit depuis nanni-nannan avec le risque volcanique, le risque sismique, le risque grippal.

À leur suite, notre représentation politique, nos élus, sont chargés de la réorganisation de la vie, puisqu’il est entendu que plus rien ne sera comme avant, et ce pour longtemps. Et bien entendu, ils ne seront pas tenus pour responsable de notre contamination, ni de celle de nos enfants, parents, et amis, pour avoir exécuté une décision gouvernementale.

Nous l’affirmons, conclure que le confinement, les gestes barrières (pa bo, pa bwaré, pa basé, pa mannyé) et la distanciation dite « sociale » nous auraient coûté que 13 morts, que des centaines de Guadeloupéens sont guéris, et ce même sans prise en charge médicale, sans dépistage, sans traitement, révèlent de l’imposture. Nous le savons, ils le savent ; La vérité est tout autre !! Ils ont fauté, ils ont menti, ils nous ont exposés à la maladie, et à la mort et ils continuent !!

La vérité est que le niveau d’immunité de la population n’est pas connu et ne le sera pas sans suivi épidémiologique, suivi d’ailleurs aléatoire parce que des centaines de Guadeloupéens asymptomatiques et de forme légère ne sont pas testés. Nous sommes restés confinés chez nous, avons tu et minimisé les manifestations infectieuses, n’avons pas pu voir notre médecin, ou avons simplement attribué ces manifestations au diabète, à « tansyon », à malokè ou à l’âge. Et en conséquence, la circulation active du virus à l’occasion du déconfinement est un risque avéré. D’ailleurs, ils reconnaissent que plus de 2000 Guadeloupéens seraient contaminés.

C’est pour cela que très tôt, notre organisation a réclamé à l’ARS et au CHU de procéder au dépistage général de la population, à l’acquisition de matériels de protection individuelle et au traitement de tous les malades. C’est dans cette perspective que nous avons également réclamé une prise en charge territoriale de la maladie par la mobilisation non du seul CHU, mais de tous les « offreurs » et Travailleurs de la santé et principalement les Travailleurs à domicile ; le contrôle des frontières, l’arrêt des croisières et de la campagne électorale et une campagne d’information ki ka sanm nou....

Seulement, ils ont préféré nier l’évidence, faire annuler par le Conseil d’État l’injonction faite au CHU et à l’ARS de commander des doses d’hydroxychloroquine et d’azithromycine ainsi que des tests de dépistage en nombre suffisant pour couvrir les besoins présents et

à venir de la population de l’archipel guadeloupéen. Et, ils ont armé plus de 100 lits de médecine Covid-19 et plus de 60 lits Réa-Covid au CHU, pour limiter le nombre de morts.

Et devant la pénurie de matériels de protection (masques, gants, surblouses, charlottes etc..) de médicaments, et de respirateurs, ils ont choisi de prendre en charge médicalement que les malades graves et sévères, ont procédé à des diagnostics téléphoniques, et ont conseillé aux malades le repos à leur domicile.

En conclusion, selon eux la Guadeloupe ne « participe qu’à hauteur de 13 morts Covid-19 » au drame humain français, décès attribués à la « comorbidité », nouveau virus non connu du grand public et qui tue naturellement.

« 13 morts seulement » qui nous placent cependant dans le groupe de tête des pays de la Caraïbe comparativement à notre population s’il faut malheureusement établir comme eux, un classement macabre des populations du monde les plus touchées.

IMPOSTURE !!

La réponse, santé publique, de l’épidémie Covid-19 donc n’a pas été retenue comme elle ne l’a pas été face au chikungunya, comme elle ne l’est pas face à la dengue, face aux maladies chroniques.

Pourtant, la Guadeloupe aligne bien des trophées du mal-être et du mal-vivre :

95 % des Guadeloupéens sont contaminés au chlordécone, produit reconnu comme perturbateur endocrinien, qui augmente les risques de prématurité, de trouble de développement cognitif et moteur des nourrissons, de cancer de la prostate... comorbidité !!!

 La Guadeloupe est la « deuxième région de France » la plus touchée par le diabète, l’insuffisance rénale chronique, les maladies cardio-vasculaire, l’hypertension artérielle ; 31 % des adultes sont en surpoids... comorbidité.

En clair, quand cette morbidité ké liyanné avec le Covid-19, ce ne sont pas seulement 800 décès prématurés que nous dénombrerons fin 2020, mais bien plus puisque 80 % des malades déclarés décédés du Covid-19 présentaient une comorbidité.

On comprend pourquoi maintenant la nouvelle urgence, réside dans la réinstallation de lits hospitaliers à spécialité, la reprise des consultations et des opérations programmées en plus des Covid-19.

Au CHU, par exemple près 1/3 des lits autorisés (174) relèvent de la maladie infectieuse et du Covid-19 et toutes les spécialités disposeront dorénavant d’une unité Covid...

SÉ DÈYÈ BWA KI TINI BWA

Camarades, Collègues, Travailleurs de la Santé, voilà donc la nouvelle configuration de l’état sanitaire de la population que nous aurons à traiter, tous autant que nous sommes, Travailleurs des services hospitaliers public et privé, Travailleurs à domicile, Ambulanciers, Personnels médico-techniques, techniques et Administratifs, par contre de sans mobilisation « nationale » du style Grand-Est !!

SÉ KÉ NOU MENM, POU NOU MENM, AVÈ NOU MENM !!

En plus de l’état sanitaire invalidant lié aux maladies chroniques, en plus du vieillissement programmé de la population, des précarités sociales et économiques, résultant du confinement (perte de revenu, chômage, dislocation familiale), le risque infectieux au Covid-19 bouleversera les conditions de prise en charge, les protocoles de soins, la composition et la qualification des équipes de travail, la gestion et l’organisation du temps de travail, etc...

Rien ne sera comme avant, nous ont-ils prévenus. N’est-ce pas pour bien exécuter leur plan de déconfinement/dérèglementation qu’ils décrètent toutes les mesures restrictives des libertés publiques et individuelles, toutes les dispositions limitant le droit syndical, les prérogatives des Instances de représentation du Personnel (CTE, CHSCT, CAPL, CSE), et ce dès aujourd’hui.

N’est-ce pas le début de la mise en œuvre forcée de leurs nouvelles règlementations relatives à l’emploi, au recrutement, à la rémunération, à la durée du travail, au droit aux congés, au parcours professionnel, au GHT, instituées par les lois de Transformation du système de santé et transformation de la Fonction Publique et autres dispositions du Code du Travail prises dans le cadre de l’état d’urgence.

Qui croit que les applaudissements « des 20 heures en France »et la prime exceptionnelle de 500, 1000, 1300 ou 2000 euros sont la reconnaissance de notre mission, de nos métiers ?

Comment peuvent-ils croire que les dons divers et variés aux soignants, « chocolats, parfums, lave-linges », que les travaux d’embellissement de la Tour Nord du CHU suffiront à nous faire taire, à nous satisfaire, à nous faire renoncer à dénoncer leur incurie.

Comment se laisser berner et duper par les discours mielleux de MACRON sur « la sortie du système marchand des activités liées à la santé », sur « les leçons qu’il faudra tirer de cette pandémie », celui-là même qui a muselé le Parlement français et les Institutions judiciaires pour administrer la France comme la grande finance et les places boursières le lui ont été dicté ?

AWA... NOU PA BRÀK !

Camarades, Collègues, Travailleurs de la Santé des secteurs public et privé,

Nous savons que dans toutes les guerres quelles soient chirurgicale, froide ou bactériologique, les seuls à s’en tirer avec des honneurs et la reconnaissance historique, ce sont les généraux, « fins tacticiens » bunkérisés et leurs conseillers.

Nous savons également, qu’au peuple et aux soldats sont réservés la mort, les handicaps, les troubles psychiques, le chômage, les licenciements, l’émigration, et toutes les mutilations sociales, et humaines.

Et quand les applaudissements se seront tus, nous devrions encore et encore nous échiner pour obtenir nos repos, nos congés, des draps, des franges, un plateau repas équilibré, des médicaments, un contrat de travail permanent et conforme à nos compétences, des Négociations Annuelles Obligatoires, et la reconnaissance de notre maladie professionnelle liée au Covid-19.

Car, devant la « faillite » de l’État, la sortie du confinement ne signifiera pas la fin des privations et de l’arbitraire.

Nous savons aussi que certains d’entre nous marcheront aux côtés des Généraux, le doigt au calot, au pas cadencé pour faire repartir l’économie, et reconstruire le pays.

Nous serons même invités à taire nos revendications. Enfin, d’autres « responsables » n’hésiteront pas à pratiquer la délation, persuadés de participer ainsi au sursaut national, au sauvetage de la santé et de « notre outil de travail ».

Pour tout dire, et c’est cela notre conviction, un état belliqueux dans ses gênes, expansionniste, impérialiste, terroriste, s’arme toujours pour faire la guerre, même aux virus, mais ne s’arme jamais pour l’éviter, éviter les pertes humaines, les pertes sociales, les pertes économiques.

Nous, nous nous revendiquons de la défense, des droits et de la liberté fondamentale, de l’élévation et du renforcement des hommes et des femmes, du renforcement individuel et collectif, du renforcement immunitaire et culturel, du droit à la vie en somme.

NOU PA KA LAGÉ !!

Nous, Travailleurs de la Santé, Militants, plus que jamais pour le droit à la vie, sommes fiers de notre métier, rassurés et confirmés dans la dimension politique de notre responsabilité et exigeons de pouvoir l’exécuter pleinement.

Et pour cela, nous persistons à exiger :

  Le dépistage immédiat de tous les Personnels de santé, et de toute la population ;

  Le traitement de tous les malades symptomatiques et asymptomatiques ;

  Le suivi épidémiologique de la population et la publication des données ;

  L’information complète sur le risque infectieux en Guadeloupe jòdila é dèmen ;

  L’état de la surmortalité liée au Covid spécifiquement et de la surmortalité liée à la comorbidité ;

  Le recensement de tous les moyens en personnel, en équipements, en matériels nécessaires à assurer en continue nos obligations du service public de santé, et le droit à la santé et à la vie pour tous ;

  La mise en état technique, financier, opérationnel de tous les services de soins hospitaliers et non hospitaliers ;

  L’apurement des dettes des établissements publics et des Associations ;

  L’ouverture de négociations sur les conditions d’activation du GHT ;

  La reprise de la négociation collective dans les cliniques ;

  La reprise des négociations sur l’activation de l’EPSM ;

  La négociation d’un accord-cadre sur les Ehpad et les services d’aide et de soins à domicile ;

  L’application de la Convention Collective du Transport sanitaire ;

  L’arrêt de toutes les précarités dans les établissements et services de santé en terme d’emploi, de rémunération, de sécurité et de parcours professionnel ;

  Le respect des prérogatives des Instances de représentation du Personnel

  Le respect du droit pour tous à la sécurité au travail, à la qualité de vie au travail, à l’équilibre entre vie privée et obligation professionnelle.

TRAVAYÈ LÒPITAL, KLINIK
TRAVAYÈ EHPAD, HAD, AVS, AMBULANCIERS ET AUTRES SERVICES ET ACTIVITÉS DE SANTÉ...

NOU PA KA KONFINÉ JAN YO VLÉ !!!

SÉ KABANNÉ NOU KA KABANNÉ... NOU GAYA TOUS CONCERNÉS - TOUS SOLIDAIRES

TOUS VÉYATIF

NOU PA KA LAGÉ !!

Lapwent, 06/05/2020

Konsey Sendikal UTS-UGTG

CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires