Breaking News

L'électorat mornalien a mis Philipson Francfort hors d'état de nuire à Morne-à-L'Eau

01 Juil 2020 Jacques Ofranc
555 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c'est Jacques Ofranc, journaliste et observateur politique qui nous soumet son billet.

A l’époque fidèle lieutenant politique de Jean Bardail, Francfort à la fin avait fini par trahir la confiance que le nouveau Maire de Morne-A-L’Eau avait déposé en lui.

Aux élections municipales de 1995 dans la commune, il est devenu le 5ème Adjoint au Maire de Julien Chovino avant de le trahir dès 1998.

Jean-Claude Lombion fait de lui d’abord son 2ème Adjoint aux élections municipales  de 2008 avant de faire de lui son 1er Adjoint aux élections municipales et communautaires de 2014.

Lombion décède en 2016 et le Conseil Municipal fait de lui naturellement le nouveau Maire de Morne-A-L’Eau pour terminer la mandature 2014-2020.

Elu Maire donc en 2016 par l’Assemblée Délibérante Mornalienne, il va de reniement en reniement, de renoncement en renoncement pour vendre uniquement du vent à la population en mettant en place sa politique politicienne à la petite semaine et stopper ainsi le développement et le rayonnement de Morne-A-L’EAU dans tous les domaines de la vie communale et communautaire jusqu’à la date du 28 Juin 2020.

Francfort commencera à avoir aucune reconnaissance politique pour l’œuvre de son illustre prédécesseur, Jean-Claude Lombion, Maire de Morne-A-L’Eau de 2005 à 2016.

IL ne se  reconnaîtra plus dans le programme municipal 2014-2020 « LE NOUVEAU CONTRAT MORNALIEN » qui donnait à tout le monde une vision politique globale claire pour la Ville, le Nord Grande-Terre, la Guadeloupe, la Caraïbe et à l’international.

En 2017, Madame Victoire Jasmin, la 1ère Adjointe au Maire d’alors devient Sénatrice de la Guadeloupe et au lieu de faire de son 2ème Adjoint, Ketty Labuthie son nouveau 1er Adjoint, il décide avec son petit clan d’élus municipaux de passer en force et d’imposer au Conseil Municipal un autre candidat à la place de Labuthie et de prendre ainsi le risque de diviser la majorité municipale.

Les groupes politiques Labuthie, Bardail et Hermin se concertent et décident de s’unir comme un seul homme au Conseil Municipal et de faire barrage à l’intention de Francfort  de barrer la route à Ketty Labuthie pour le poste de 1er Adjoint.

Labuthie sera élu démocratiquement et majoritairement par le Conseil Municipal en qualité de 1er Adjoint de la Ville de Morne-A-L’EAU contre la volonté politique de Philipson Francfort.

De plus en plus, Francfort s’isolera au sein du Conseil Municipal et il évitera d’aller à la rencontre de la population dans les quartiers, les sections, les résidences collectives ou encore dans les associations pour expliquer les tenants et aboutissants des politiques publiques municipales et communautaires sur le territoire communal.

Autour de lui, son petit clan aussi sectaire qu’impopulaire que lui-même dans la population se sentant aussi fort au point de vouloir se mettre au-dessus du cadre légal, législatif et réglementaire qui encadre une collectivité publique territoriale de la taille de la commune de Morne-A-L’Eau va multiplier les erreurs politiques et administratives à tous les niveaux.

C’est dans ce contexte qu’intervient l’annulation par le Tribunal Administratif de Basse-Terre du contrat illégal de recrutement de Philippe Cherdieu en qualité de Directeur Général des Services (DGS), débarqué en pleine campagne électorale pour le 2ème Tour des élections municipales et communautaires du 28 Juin dernier.

Les conséquences administratives et techniques de cette politique politicienne à la petite semaine de Francfort auront comme finalité de bloquer les cadres de l’administration communale, de les isoler, chacun travaillant dans son coin, de les éloigner des décisions de l’exécutif municipal et plus grave encore de parasiter, de paralyser l’action de la commune et de retarder l’intervention communale sur le terrain.

Les résultats de cette très mauvaise politique municipale étaient immédiats, le personnel communal sera  livré à lui-même, rien ne pouvait avancer  réellement à Morne-A-L’Eau, les dossiers et les projets  seront  retardés ou bloqués par le maire-sortant se comportant en véritable monarque dans la collectivité.

Philipson Francfort n’avait en réalité qu’une seule volonté politicienne se mettre corps et âme au service de Madame Carabin, Maire du Moule et Présidente sortante de la CANGT au lieu de défendre l’intérêt supérieur de Morne-A-L’Eau et des Mornaliens dans cet établissement public de coopération intercommunale du Nord Grande-Terre.

C’est dans une commune sale et mal entretenue que les électrices et les électeurs de Morne-A-L’Eau ont été aux urnes ce 28 Juin pour le 2ème Tour des élections municipales et communautaires afin de sanctionner démocratiquement et massivement, Philipson Francfort, sorti bon dernier de cette compétition électorale.

Qu’il profite bien de sa retraite politique !

Jacques Ofranc, Journaliste et observateur politique 

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires