Breaking News

Si on devait coacher la Guadeloupe !

20 Mai 2020 Gilles Cazimir
519 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c'est Gilles Cazimir (le groupe Ansanm pou nou menm), qui nous soumet son billet.

Quelle contribution pourrait-on apporter à la somme importante de réflexions existante en Guadeloupe depuis si longtemps ? Au-delà des actions de solidarité quotidiennes, des audios whatsapp, des posts sur les réseaux-sociaux ou encore des prises de paroles lors de mouvements associatifs et/ou politiques ?

A l’orée du monde d’après Covid-19, on serait peut-être utile en faisant ce que les professionnels du coaching savent faire le mieux : accompagner l’humain.

En tant que Coach Professionnel certifié au RNCP, on peut se demander comment on pourrait aider la Guadeloupe si elle était une personne ! Si effectivement on avait l’honneur de recevoir la Guadeloupe dans le cadre d’une séance de coaching ! Le métier étant encore mal connu, précisons qu’il s’agit du Coaching dispensé par les grandes écoles et les universités qui permet au coaché de profiter d’un processus d’accompagnement basé sur la relation humaine, la confiance, la bienveillance et le non- jugement. Une méthode de questionnement stratégique garante de prises de consciences fortes permettant l’émergence de solutions adaptées.

Donc en tant que Coach Professionnel recevant la Guadeloupe, on resterait fidèle à l’adage de Socrate : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ! »

Comme la grande majorité des personnes qui font appel à un Coach, la Guadeloupe ne souffre pas de maladie mentale, ni de troubles psychologiques et elle a horreur qu’on lui donne des conseils. Elle est simplement fatiguée de pédaler dans le vide. Elle sent bien qu’elle est à un tournant de sa vie. Elle a besoin de prendre le temps de faire le point, de clarifier sa situation avant de prendre des décisions importantes pour son avenir.

On recevrait donc la Guadeloupe dans le cadre d’une séance de coaching. Installée confortablement et rassurée par la nature de notre accompagnement, on l’inviterait à s’expliquer sur sa situation.

La Guadeloupe ferait certainement un état précis de tout ce qu’elle vit depuis des décennies. Cette magnifique parure d’îles précieuses caribéennes lovées entre mer et océan, est considérée depuis toujours comme étant en retard de développement, et condamnée à suivre un modèle qui ne lui ressemble pas. Un modèle venu d’ailleurs qui ne respecte pas ses valeurs et qui la consume. Elle n’a jamais eu le droit d’être elle-même, de s’épanouir pleinement à partir de ses atouts.

Elle profiterait de cet espace d’échange privilégié pour verbaliser tout ce que doit endurer sa population depuis des lustres : acculturation, mauvaise estime de soi, illettrisme, pauvreté, chômage de masse, violences intra-familiales, exode des jeunes, vieillissement de la population, substitution de la population active, inadaptation de l’enseignement, agriculture coloniale, vente de terrains à des étrangers. Mais aussi, empoisonnement des terres et des eaux, manque d’eau potable, profitation. Et comme si cela ne suffisait pas, dépendance alimentaire, dépendance économique, dépendance politique, dépendance psychologique, et depuis peu une guerre contre une pandémie dont la gestion des décisions sanitaires est établie par d’autres.

Elle finirait en larmes par énumérer les nombreuses politiques venues de l’autre côté de l’océan pour l’aider à rentrer dans des habits qui ne lui conviennent pas. Elle s’effondrerait en considérant les innombrables supplications des représentants de ses habitants qui veulent que l’incurie perdure, pour qu’ils soient sauvés par des penseurs venus d’un pays lointain qui n’a d’autre objectif que de défendre ses propres intérêts. Leur aveuglement, leur entêtement à confondre sauveur et bourreau lui est devenu insupportable.

Manifestement à bout, la Guadeloupe avait besoin de verbaliser son mal être. On se sent toujours mieux quand on a pu mettre des mots sur ce que l'on ressent. Mais continuer cette réflexion orientée sur les problèmes ne lui serait d’aucune utilité. On devient souvent experts au sujet des problèmes auxquels nous sommes confrontés, nous les étudions sous toutes les coutures, nous débattons des heures et nous oublions l’essentiel, trouver des solutions. Des solutions pensées et mises en œuvre par le coaché lui-même.

Dans cette optique, on commencerait une démarche de questionnement sur une ou plusieurs séances. On lui poserait tout d’abord une simple question qui permettrait une profonde introspection :

Que voulez-vous vraiment ? ... Qu’est-ce que cela vous apporterait ? ...

Quel serait le gain pour vous ? Quel serait le bénéfice ?

On lui demanderait ensuite :

Comment saurez-vous que vous avez atteint votre objectif ? ... A À quoi saurez-vous que oui ? A quoi saurez-vous que non ? À quoi voyez-vous que votre objectif est atteint ?

Dans quel contexte voulez-vous atteindre cet objectif ? ...

Où ? Quand ? Avec qui ? ...

Qu’est-ce qui vous empêche d’atteindre votre objectif actuellement ? ...

Existe-t-il un obstacle ? Un frein ? (un obstacle à dépasser devient un nouvel objectif)

Existe-t-il un inconvénient à atteindre cet objectif, pour vous, pour votre entourage (la France, la Caraïbe) ? ...

S’il y en avait un, quel serait-il ?

Quelles sont les conséquences positives et/ou négatives ?

De quelles ressources avez-vous besoin pour atteindre cet objectif ? ...

(informations, attitude, état d’esprit, argent ou aide d’autres personnes)

Par quoi allez-vous commencer ? ... Quel serait votre premier pas ? ...

De quel délai avez-vous besoin ? ...

Et nous aurions fini ces échanges par une projection saine :

Imaginez-vous que vous avez atteint votre objectif. Retournez-vous et déterminons ensemble quelles étapes ont été nécessaires pour y arriver ? ....

Vous l’avez compris. La Guadeloupe est la seule à pouvoir changer les choses. Elle est la seule experte de ce qu’elle vit, la seule à savoir avec précision ce qu’elle ne veut plus et surtout ce qu’elle veut vraiment pour elle et ses habitants.

Seule la Guadeloupe peut déterminer les actions à mettre en place pour atteindre ses objectifs. Pour cela elle n’a pas besoin d’érudits, d’experts ni de sachants venus d’ailleurs. Elle a besoin de se poser les bonnes questions. Ses réponses vont lui permettre d’élaborer son propre plan d’action et d’atteindre ses propres objectifs.

En tant que Guadeloupéen(ne)s aimant(e)s et fier(e)s, aidons la Guadeloupe à répondre à ces questions.

Gilles CAZIMIR

Si chak moun ka poté sa i sav fè, Gwadloup sové

ANSANM POU NOU MENM

06/05/2020

Évaluer cet élément
(6 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires