Breaking News

Martinique. Lettre ouverte à Monsieur Alfred Marie-Jeanne et aux femmes et hommes politiques

29 Jan 2020
493 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois,Sylvère Farraudière qui nous soumet sa lettre ouverte.

Je vous réitère ma demande de création d’un Musée territorial dédié à l’Esclavage en Martinique. En effet, votre réponse évasive du 22 juillet 2019 donne du poids au questionnement suivant, qu’elle suscite :

Pourquoi ce musée n’existe-t-il pas déjà, même à l’état de projet ; alors même que la Martinique affiche une activité muséale prospère et de qualité, à raison d’un musée par semestre ; alors que vous-même, vous battez pour édifier à Fort-de-France, un musée dédié aux Arts contemporains ?

Qui refuse le Musée dédié à l’Esclavage colonial en Martinique ?

La Martinique a supporté l’Esclavage colonial, sur son sol pendant plus de deux siècles sans discontinuer ; et le colonialisme, un siècle de plus ; pourquoi la Martinique ne serait-elle pas capable de supporter, sur son sol, aujourd'hui, un Musée nommément dédié à l’Esclavage ?

Il existe un corpus de savoirs scientifiques important, qui a été dégagé autour de ces quelque 213 années, au cours desquelles des Nègres et des Négresses ont été arrachés à leur terre d’Afrique, entassés comme du bétail dans les cales des bateaux négriers, puis vendus comme tels dans les colonies d’Amérique dont la Martinique. Là, ils ont été réduits en esclavage, avec comme statut celui d’être meubles. C'est-à-dire, susceptibles d’être exploités pour leurs capacités techniques, vendus, usés, abusés par la seule volonté du propriétaire, le maître-colon. Depuis très longtemps les chercheurs sont entrés dans cet huis clos ; ils ont mis en évidence son ordonnancement sophistiqué, ses outils, ses pratiques d’asservissement, ses codes, ses langages, son échelle de valeurs, ... Ils savent ce qu’il en est des registres matricules, des livres de compte, des perfectionnements apportés dans le temps aux méthodes de ce champ de torture, des soupapes consenties pour contenir les révoltes des captifs, qui finiront par se libérer eux-mêmes, etc., etc. Ils savent que cette épreuve de l’Esclavage colonial a laissé dans notre population des séquelles importantes, toujours actives, préjudiciables à l’équilibre individuel et collectif. Mais, chaque Martiniquais sait qu’il doit au travail et aux sacrifices des Esclaves, ce qu’il est devenu aujourd'hui. Pourquoi les rejeter dans l’oubli ?

Tous ces savoirs se trouvent dans des livres et des archives, qui sont connus par une partie de la population, mais, qui sont tenus concrètement hors de portée sensible du plus grand nombre. Le problème est là : Pour quelles raisons ? Nécessité d’un délai suffisant pour passer de la sidération à la raison ! Oui, mais pendant combien de temps encore ? Qui a intérêt à encourager la population à se désintéresser de ses propres racines et de son passé ?

C’est bien à vous, Alfred MARIE-JEANNE, que ce type de demande doit être présenté, comme Président du Conseil Exécutif de la CTM, conformément à l’article 72-1 de la Constitution ; mais, plus encore, comme leader politique dont les efforts pour « désencayer la Martinique » sont soutenus par le plus grand nombre, et de qui nous attendons qu’il comprenne notre demande. Car, cette barque- Martinique larguée sans boussole, comme une bulle de savon au gré des courants dominants du grand large ne risque-t-elle pas de revenir tout naturellement à son point de départ, l’Esclavage, par habitude, guidée par l’Ignorance, cette fille adulée de l’Obscurantisme ? Penseriez-vous qu’il soit possible de bâtir le Pays, ou Péy-A, voire, pour certains, la Nation Martinique, sans récit fondateur partagé ; et qu’en conséquence, cet outil serait inutile et qu’il vaudrait mieux laisser nos jeunes, que nous formons de mieux en mieux, et qui sont de plus en plus talentueux et ambitieux, ignorer cette réalité ou se contenter de connaissances lacunaires, anecdotiques, lointaines, voire

fausses sur l’Esclavage ? Ne vaudrait-il pas mieux prendre le parti d’être honnête avec l’ensemble de notre population en organisant son éducation systématique et méthodique sur ce thème majeur pour son équilibre actuel et sa survie ? La fonction du Musée dédié à l’Esclavage est, d’abord, de permettre le transfert complet, mais, ordonné, maîtrisé et apaisé de ces savoirs sensibles des sachants vers la masse populaire, vers nos visiteurs et nos touristes, mais aussi, et surtout, de permettre, enfin, un enseignement méthodique de l’histoire, en Martinique, gage d’un meilleur vivre ensemble. La connaissance raisonnée et partagée de nos origines, aussi dramatiques que soient celles-ci, ne peut constituer une entrave au progrès collectif, mais, bien au contraire, elle est une de ces « armes miraculeuses » libératrices d’énergie dont parle Aimé CÉSAIRE.

L’esclavage colonial, cet univers carcéral, si particulier a été pensé, créé et animé dans tous ses compartiments par des êtres humains, que ceux-ci aient été dominants ou dominés, indignés ou indifférents. Les humains restant des humains, le risque que cet univers ne se reproduise jamais, même sous d’autres formes, n’est pas nul. D’ailleurs, est-on sûr d’en être vraiment sorti, quand on observe la nature des difficultés qui nous assaillent (population en baisse et vieillissante ; désœuvrement, chômage et exode des jeunes ; violences meurtrières, trafic et consommation de drogues ; empoisonnement général au Chlordécone ...) et surtout, la manière dont ces problèmes sont abordés (T out-tourisme, acculturation agressive, hyperconsommation, assistanat, irresponsabilité des décideurs ...) ? Nous pensons, qu’il y a obligation et urgence à éduquer, enfin, notre population, plus de toute autre, à discerner, ne serait-ce que par ses prémices, l’ombre d’un retour de cet univers. Et cela passe par l’éducation du plus grand nombre, dès l’enfance, sur la réalité de ce qui a produit cet univers, de ce qui lui a permis de prospérer, de ce qui l’a fait reculer et qui pourrait le vaincre, en définitive. Il en va de la construction de notre identité commune. En effet, ce système, comme tout système, et du fait même de sa longue durée, a sécrété et installé durablement, les moyens de sa propre survie. En sont sortis une population métissée qui se cherche encore, des préjugés raciaux, le racisme antinoir et une hiérarchie ethno économique et sociale effective. Le devoir de vigilance que nous promouvons, n’est ni partisan, ni attardé, ni rétrograde, ni retardataire, ni retardatrice.

Cette vigilance concerne aussi bien l’avenir que le passé. Il est grand temps de l’installer, car, on ne peut pas faire reposer le projet d’éduquer l’ensemble de notre population martiniquaise contre l’esclavage colonial et ses méfaits, sur les seules manifestations organisées avec plus ou moins de succès, autour de la commémoration du 22 mai 1848 ; même si ces manifestations sont de la plus grande importance. Le travail patient, méthodique et apaisé des éducateurs au sein de l’espace muséal dédié à l’Esclavage, dont nous vous demandons la création, est la meilleure garantie contre les débordements et les velléités de négationnisme ; il donnera leur pleine signification à ces gestes populaires autour du 22 mai, en termes d’adhésion au devoir de mémoire et d’exploration de voies nouvelles pour la réparation, gage de réconciliation.

Persuadé que la rencontre féconde de vos engagements publiques et de vos fonctions de Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de la Martinique, vous donne les meilleurs atouts pour réaliser, dans la concorde souhaitable, cette œuvre collective et indispensable, qui honorera notre génération, je me permets de vous adresser, Monsieur le Président, mes salutations les plus confiantes.

Sylvère FARRAUDIERE
Inspecteur d'académie de la Martinique [1988-1994].

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires