Breaking News

"Quel avenir doit emprunter la Guadeloupe pour son avenir ?"

26 Mar 2019
395 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c'est Lucien Gayadine, qui nous soumet son libre propos.

L’analyse de tous les grands maux de la société guadeloupéenne, quant au fond, nous conduit aux mêmes conclusions.
Qu’il s’agisse : du sous-développement économique, de la destruction progressive de notre appareil de production de l’envahissement de notre marché de produits importés, du chômage qui touche majoritairement les jeunes et les oblige à s’expatrier, de la déchéance morale, du développement de toutes sortes de déviances, des atteintes à la santé, du malaise social, du mal-être, de l’aliénation culturelle, de la crise du système éducatif, de l’inefficacité des institutions actuelles etc... tous ces maux n’ont qu’une seule et même cause fondamentale. C’est que la Guadeloupe subit les effets d’un système où la domination s’exerce à tous les niveaux, elle ne dispose pas de liberté, de moyens politiques, juridiques et institutionnels pour un développement dans l’intérêt de notre peuple. Un tel système est un système colonial. N’en déplaise à certains qui pensent que nous sommes dans une période post-coloniale, la Guadeloupe n’a jamais cessé, depuis 1635, d’être une colonie.

Au cours des siècles, la colonie a changé d’appellation, la colonisation de forme et de méthodes, mais son objectif est toujours resté le même : l’exploitation de la colonie pour qu’elle contribue à l’enrichissement de la « métropole ». Si changement il y a, c’est qu’aujourd’hui, l’exploitation profite non seulement à la France mais aussi à l’Europe. La Guadeloupe ne peut plus continuer à subir la domination d’un tel système. Aucun pays aucun peuple, aucun être humain ne peut s’assumer sous la domination.

QUEL CHEMIN DOIT EMPRUNTER LA GUADELOUPE POUR CONSTRUIRE UN AUTRE AVENIR ?

Le seul chemin viable, c’est celui de la RESPONSABILITE et de la SOUVERAINETE.

1 . Pour quel objectif ?

L’objectif central, c’est la construction d’une nouvelle société fondée sur :

-  la démocratie, la liberté, la justice, la solidarité,

-  le travail, la dignité, la production, la juste répartition des richesses

-  l’Education, la formation, la culture, la santé

-  la tolérance, la fraternité, le respect de la personne humaine, l’amitié entre les peuples,

-  l’épanouissement de chaque individu par le travail, le sport, la culture, la santé,

-  le renforcement des liens sociaux, des règles du savoir-vivre ensemble,

-  l’encouragement à la production intellectuelle et culturelle, le développement de tous les arts,

-  la promotion de l’image de la Guadeloupe dans le monde,

-  le développement des relations culturelles, sportives économiques, politiques, de la coopération internationale et plus particulièrement avec les pays et les peuples de la Caraïbe.

2 . Les moyens pour y arriver :

a) la souveraineté politique avec des institutions librement choisies dans un cadre juridique et législatif permettant le développement dans tous les domaines : agriculture, pêche, agro-alimentaire, industrie, artisanat, transport, éducation, formation, culture, environnement etc

Remarque : les nouvelles institutions et la souveraineté politique constituent un moyen pour atteindre l’objectif fondamental et non l’objectif lui-même.

b) la mise en place des premières fondations à savoir :

- la préparation de la population par l’Education, la formation, la conscientisation. A ce propos, l’action syndicale à un rôle fondamental : le syndicalisme ne doit pas se contenter de mener la lutte uniquement pour des revendications matérielles. Il doit contribuer à la formation, la conscientisation des masses par la lutte pour des revendications en cohérence avec les valeurs de la nouvelle société.

- la réalisation, dans le cadre du système actuel d’actions préfigurant la nouvelle société : certaines ont déjà commencé : des coopératives de productions, des expériences dans l’agro-transformation, dans l’agriculture bio, dans l’Education, des innovations dans la production d’énergies nouvelles, des productions culturelles etc...

c) la construction de l’Unité populaire autour du projet de société. Cette unité se construira progressivement tout d’abord autour d’un projet minimum, capable de mobiliser et d’entraîner les masses dans l’action. Pour réaliser l’unité, il faudra bannir toute différenciation de race, de couleur et d’origine car nous sommes un seul peuple avec évidemment des composantes différentes. De même il faudra unir toutes les catégories sociales qui ont intérêt objectivement à changer les rapports de domination et à construire la nouvelle société.

3. Quelles méthodes utiliser ?

- C’est la persuasion qui doit primer. Il faudra convaincre avec des arguments, un langage apaisé, une pédagogie appropriée, et bannir toute agressivité.
L’adhésion au nouveau projet se fera librement et consciemment, sans aucune pression d’où qu’elle vienne.

- L’action et la lutte seront privilégiées et devront aboutir à des réalisations concrètes sur le terrain

4. Les atouts de la Guadeloupe

La Guadeloupe possède des atouts indéniables pour réussir. Parmi ces atouts :

-  un potentiel en agriculture qui doit permettre de nourrir la population et d’inverser à terme la tendance actuelle qui est d’environ 90 % de produis importés dans nos assiettes,

-  de réelles possibilités de développement de l’agro-transformation,

-  le développement d’autres filières jusqu’ici inexploitées, à partir de la Canne

-  la création d’autres activités liées à la mer,

-  une biodiversité parmi les plus riches du monde,

-  un pays parmi les plus beaux de la Caraïbe pour un tourisme au service du développement dans les autres secteurs,

-  une véritable richesse culturelle,

-  un vrai potentiel en matière d’énergies nouvelles,

-  une jeunesse dynamique et qualifiée qui ne demande qu’à s’investir etc...

En conclusion :

Au cours des 60 dernières années, le peuple guadeloupéen a beaucoup lutté. Ces luttes ont été menées principalement contre .....contre les effets du système. Aujourd’hui, elles doivent être menées principalement pour .....pour construire.
La route sera longue. Nous devrons nous armer de patience, de courage et d’abnégation. L’amour pour la Guadeloupe et pour ses enfants sera notre guide et notre force. La victoire est au bout du chemin.

Mars 2019

Lucien GAYADINE

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires