Breaking News

Nicaragua. Daniel Ortéga doit partir !

23 Mai 2018
1217 fois

Managua. Mercredi 23 mai 2018..CCN/LI. Le Nicaragua a enfin vécu un week-end sans violence. Cela grâce à une trêve de 48 heures signée entre le gouvernement du président Ortega et divers secteurs de la société, qui ont entamé la semaine passée un dialogue national pour tenter de mettre fin à la crise que traverse le pays depuis un mois et qui a fait plus 70 morts. Mais un grande partie des nicaraguyens  souhaitent  le départ et/ou la démission de Daniel Ortéga. L’article que nous publions ci dessous  reflète cette  tendance qui est manifeste même  dans les couches populaires.

C'est la demande de milliers de paysans et d'étudiants qui se mobilisent dans les rues de Managua et de tout le Nicaragua depuis fin avril. Que Daniel Ortega, son épouse Rosa Murillo et tout le gouvernement s'en aillent. Bien qu'Ortega ait renoncé à son plan de réforme des pensions, le peuple nicaraguayen n'a pas cessé de se mobiliser. Un processus révolutionnaire est en cours qui pourrait provoquer la chute du régime répressif.

Le peuple nicaraguayen crie dans les rues "Ortega, Somoza sont la même chose". C'est la fin de ceux qui, il y a près de 40 ans, avaient mené une révolution pour renverser le dictateur Somoza. À Masaya, Matagalpa, León, Estelí et dans toutes les villes qui étaient la base sociale du sandinisme, il y a eu des barrages routiers ou des barricades.  La même chose se produit dans les universités. Des milliers de paysans ont marché jusqu'à Managua où un raz-de-marée humain a défilé. La police et les groupes armés de l'orteguisme n'ont pas cessé de réprimer et de tuer. On estime qu'à la mi-mai 53 personnes sont mortes, des centaines ont été blessées et certaines ont été portées disparues.

Les étudiants sont à l'avant-garde. Jusqu'à présent, aucune nouvelle direction politique et aucune nouvelle organisation n'a vu le jour. Mais le processus peut conduire à l'émergence des nouvelles directions. Entre-temps, il y a un débordement de masse.  La bourgeoisie, l'Église et l'armée s'inquiètent de l'approfondissement de la mobilisation et de la chute d'Ortega au milieu d'une révolution qu'ils ne contrôlent pas. Qu'il y ait quelque chose de semblable à ce qui a été la fin de Kadhafi en Libye et d'autres dictatures pseudo-populaires en Afrique du Nord en 2011.

C'est pourquoi l'Église catholique et sa Conférence Épiscopale du Nicaragua (CEN), alliée de longue date d'Ortega, cherchent une "table de dialogue" pour sauver le régime ou pour trouver une solution concertée qui doit empêcher la poursuite de la mobilisation révolutionnaire. Quelque chose de similaire à ce que le Vatican a fait et des gens comme le social-démocrate espagnol José Luis Zapatero au Venezuela. Tables de "dialogue" qui ont aidé à sauver Maduro de sa chute. Les Forces armées elles-mêmes se sont distancées d'Ortega, en exigeant de ne pas s'engager dans la répression et exigeant le dialogue. Il est symptomatique que l'ancien commandant et ancien chef d'armée Humberto Ortega, frère de Daniel et retraité de la politique depuis des années, a mis en garde contre le danger d'un "effondrement".  On dit que Humberto, "qui a critiqué le gouvernement de son frère à plusieurs reprises, a envoyé il y a quelques jours une lettre au Commandement du Sud des États-Unis, au Département d'État et aux chefs de la défense d'Amérique centrale, dans laquelle il mettait en garde contre le danger d'un "effondrement" dans le pays et contre la nécessité "pour l'armée nicaraguayenne de rester ferme dans son caractère professionnel non partisan et patriotique" (reproduit de Clarin, Argentine, 14/5).

Les étudiants et une grande partie de la population se méfient logiquement du résultat de ce dialogue. Beaucoup ont signalé leur opposition, même dans les rues avec des banderoles disant : "Il n'y a pas de dialogue sans justice". C'est déjà une manœuvre pour démobiliser et chercher un nouveau pacte avec Ortega ou un remplaçant pour le sauver de ses crimes et continuer avec un Nicaragua au service des capitalistes. La voie à suivre est de poursuivre la mobilisation révolutionnaire populaire, en reniant le dialogue tricheur, jusqu'à ce que les patrons et le régime répressif d'Ortega soient renversés et que nous luttions pour obtenir un gouvernement des opprimés, de la classe ouvrière, des paysans et des jeunes.

Miguel Sorans
Membre de la brigade de combat latino-américaine Simón Bolívar qui a combattu contre la dictature de Somoza en 1979. Leader de la Gauche socialiste/FIT d'Argentine et de l'UIT-QI.

http://uit-ci.org/index.php/noticias-y-documentos/71-america-latina/2043-2018-05-20-18-51 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires