Breaking News

Golfs à gogo

18 Mai 2018
467 fois

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Alex Bandou,  qui nous soumet son « libre propos ». 

La  municipalité de Petit-Bourg  a voté l’installation de 2 Golfs sur son territoire : un «mini Golf » sur une dizaine d’hectares à Pointe à Bacchus ; un Golf de montagne sur plus d’une centaine d’hectares dans la région de Pérou-Caféière. Dans les 2 cas, des terres agricoles seront déviées de leur fonction première et converties en zone de loisir. Plus grave, 90 hectares  des terres agricoles seront prélevés sur  le Groupement Foncier Agricole de Vido (GFA) qui comme tous les GFA est une structure juridique créée pour protéger le foncier agricole. Le projet de Golf a été conçu sans aucune concertation avec les agriculteurs  du GFA qui se sont exprimés contre.
La municipalité présente le Golf comme un outil indispensable pour le développement économique de la commune. Il permettrait d’attirer des touristes, des locaux et en conséquence créerait des emplois. Le golf de Petit-Bourg serait complémentaire au Golf de plaine  de Saint-François, son succès serait donc garanti. La municipalité a cependant oublié d’ajouter que maire de Saint François, réagissant à un rapport de la cour des comptes indiquait que le déficit structurel du golf de Saint-François expliquait pour beaucoup le mauvais bilan financier de sa commune. La réalité est que la municipalité de Petit-bourg est dans l’impossibilité de fournir une étude sur l’impact économique, social et environnemental  d’un tel projet sur le court, moyen et long terme ! Cette analyse globale est l’outil de base, le préalable à tout projet d’une telle envergure. Il permet de faire la balance entre les avantages et inconvénients en mettant toujours en avant le principe de précaution. La municipalité présente aussi ses Golfs comme un moyen pour populariser ce sport à Petit-bourg. Dans ce cas qu’est ce qui justifie la création de 2 golfs. Le projet de Pointe à Bacchus ne suffirait-il pas pour cela ? Il ne nous semble pas non plus qu’il y ait une revendication populaire à ce sujet. Par contre nous savons que d’autres sports sont en souffrance. La piste d’athlétisme du stade municipal est en piteux état depuis des années ce qui pénalise l’entrainement des athlètes et interdit la commune de recevoir des compétitions. La pelouse de ce même stade est dans un état tout aussi pitoyable. En fait l’intérêt des administrés est un prétexte. Certaines sources proches du dossier laissent entendre que ce projet serait celui d’une grande et puissante famille de Petit-Bourg, abritée derrière un bann zanmi golfè, dont le seul objectif est du bisness !!  
Si nous pouvons comprendre le projet du mini-golf nous pensons que le golf de montagne n’est pas une priorité pour la commune. Ce projet dont la rentabilité économique est hasardeuse est une insulte au monde agricole et à la ruralité. Les politiques aberrantes d’aménagement du territoire, la spéculation sur le foncier  ont déjà entrainé une disparition de milliers d’hectares de terres agricoles. La Guadeloupe n’a déjà plus suffisamment de terres agricoles pour assurer sa souveraineté alimentaire. Supprimer des terres agricoles revient à avoir de plus en plus de produits importés dans nos assiettes !  Les partisans du golf disent qu’il permettra de maintenir les terres sous un statut de zone naturelle. C’est un mensonge. Nous savons qu’avec le Golf, il y aura probablement des restaurants et structures d’hébergement, il y aura des routes… c’est le début de l’urbanisation de la zone. Les agriculteurs installés dans la région seront les premières victimes de ce projet. Certaines activités (production de porcs et de volailles, épandage de fumier et lisiers…)  leur seront interdites pour cause de nuisances sonores et olfactives…aux visiteurs !
La localisation de ce golf à Pérou  est une insulte à l’histoire. Pérou-Caféière est un secteur de lutte paysanne. Des colons s’y sont battus dans les années 1970 pour une meilleure rémunération de la tonne de canne et l’amélioration de leurs conditions de travail. Dans les années 1980, ces mêmes colons se sont à nouveau battus pour obtenir des terres dans le cadre de la réforme foncière. La région de Pérou Caféière est aussi une terre d’innovation. On y trouve des vestiges de canaux d’irrigation. C’est ici que se sont développées les premières expériences de culture de riz irrigué avec des hommes tels que Camille Gangapal, Marceau Carbel… Si la municipalité est à court d’idées pour le développement économique local, nous suggérons la création d’une zone d’innovations, une vitrine technologique pour l’agriculture agro écologique et paysanne ou l’autonomie alimentaire. Ce projet serait  davantage en accord avec l’histoire, le potentiel de la région et les enjeux prioritaires du pays !!
Préservons nos terres agricoles « pou jaden an nou pa pousé si bato».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires