Breaking News

Pour une Collectivité Territoriale autonome des Îles de Guadeloupe

09 Jan 2018
1209 fois

Baie-Mahault. Mardi 09 Janvier 2018. CCN. Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Bruno Delphin, journaliste-consultant en communication-Coach politique,qui nous a soumis son « libre propos »

Cette Collectivité Territoriale Autonome des Iles de Guadeloupe viendrait en remplacement du Conseil Départemental et du Conseil Régional et serait dotée des compétences actuelles de ces deux Assemblées et de compétences réglementaires et législatives renforcées, élargies et additionnelles à négocier au plus haut niveau avec l’Etat français sur la base de la notion de la responsabilité guadeloupéenne dans les affaires concernant le Pays Guadeloupe directement c’est-à-dire :

. Aménagement du Territoire, développement économique durable, soutien, coordination et plan pluriannuel d’investissement et de programmation des politiques publiques  des Communes et des Intercommunalités, cohésion sociale et intergénérationnelle, environnement, tourisme, écotourisme, patrimoine, culture, sport, animation territoriale de l’archipel guadeloupéen, partenariat gagnant/gagnant avec la France et l’Europe, intégration et coopération avec la Caraïbe et les Amériques (Amérique du Nord, Amérique Centrale et Amérique du Sud), à l’international, co-développement, collaboration, politique de jumelage et de solidarité avec les autres pays, peuples et nations pour un monde de paix, de liberté, de démocratie et de progrès social au service de toute l’humanité.

Sortier des sentiers battus pour donner en 2018 un signal fort au pays Guadeloupe et au peupple guadeloupéen

La Guadeloupe, pays victime à la fois hier de l’esclavage, du colonialisme, de la colonie départementalisée de 1946 à aujourd’hui et de l’existence sur un même petit territoire de deux Assemblées, Conseil Départemental et Conseil Régional qui se font en permanence une « guerre » sans merci sur tous les gros dossiers (eau, déchets, transports, schémas directeurs d’aménagement et de développement dans différents secteurs sans harmonisation, sans synergie, sans concertation entre les deux exécutifs, la mort, sans enterrement de 1ère classe du Congrès des Elus Départementaux et Régionaux, compétent en principe pour réfléchir, examiner, discuter et débattre des questions politiques, constitutionnelles, institutionnelles ou statutaires à proposer et à soumettre à l’Etat français pour d’éventuelles négociations politico-juridiques avec les instances guadeloupéennes, la polémique stérile de ces derniers jours entre le Conseil Départemental et le Conseil Régional pour la répartition de la taxe sur les carburants est le dernier exemple en date) qui montrent à l’évidence que dans ce petit pays de Guadeloupe, il y a une Assemblée de trop qui marche sur les pieds de l’autre et qu’il convient aujourd’hui et maintenant d’y mettre fin à cette situation qui n’a que trop durer.

La Guadeloupe de 2018 aspire profondément à voir autre chose pour adapter ses institutions à la hauteur des enjeux politiques, institutionnels, statutaires, caribéens, français, européens, internationaux en sortant de l’infantilisme des élus et des politiciens locaux sur toutes les questions de portée stratégique et portant sur le devenir guadeloupéen dans un monde en constante et permanente mutation et qui est loin d’attendre la Guadeloupe pour « bouger », pour se mettre en mouvement, pour s’adapter, pour se moderniser afin de construire et de préparer précisément son avenir politique, économique et social.

Cette responsabilité guadeloupéenne autonome dans les affaires du pays Guadeloupe s’attaquera à l’épineux problème du vieillissement de la population et s’engagera à créer avec les acteurs économiques un environnement favorable au retour, à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes étudiants guadeloupéens, partis à l’étranger entreprendre des études supérieures et travaillera dans le même temps dans la plus large concertation à concevoir un drapeau guadeloupéen destiné à cohabiter avec le drapeau français et celui de l’Europe avec la finalité de permettre à nos représentants sportifs d’affirmer dignement l’identité guadeloupéenne dans les compétitions sportives au niveau de la Caraïbe et à l’international.

Pouvons-nous aujourd'hui être contre une collectivité territoriale autonome des Îles de Guadeloupe ?

C’est être pour la continuation de l’exploitation dans le pays pour mieux défendre ses intérêts de classe, privés, économiques et financiers au détriment du peuple en souffrance, c’est être pour le colonialisme français, c’est être pour la colonie départementalisée de 1946, c’est être pour cette vieille philosophie de la départementalisation qui vit ses dernières heures et est plongée dans une crise profonde et sans fin, c’est être pour l’existence de deux Assemblées en Guadeloupe pour défendre uniquement des intérêts égoïstes et les intérêts particuliers de ses amis politiciens qui oublient le plus souvent de défendre l’intérêt général de la Guadeloupe et du peuple guadeloupéen.

C’est ignorer la question politique de fond posée par la récente grave crise sociale à la Guyane, c’est ignorer l’expérience politique et statutaire réussie de Saint- Barthélémy et c’est surtout ignorer la brillante démonstration politique des autonomistes et des indépendantistes de la Corse qui viennent de remporter une éclatante victoire dans les urnes et qui imposent aujourd’hui à l’Etat français de négocier avec eux dans un cadre légal apaisé.

C’est bien de saluer le combat et les succès politiques des autres, mais, c’est encore mieux de mener d’abord sur le sol guadeloupéen, notre propre combat politique pour nous-mêmes et avec nous-mêmes en comptant évidemment sur la solidarité internationale des travailleurs et des peuples du monde.

Autonomistes et indépendantistes guadeloupéens unissez-vous de grace pour la Guadeloupe et le peuple guadeloupéen

IL est temps pour vous en ce début d’année 2018 de tourner la page de vos combats improductifs entre organisations autonomistes et indépendantistes et de vous donner à nouveau la main pour construire ensemble un projet politique cohérent pour le pays Guadeloupe en misant sur ce qui est possible de faire maintenant et d’obtenir dans le contexte actuel et en tenant compte du niveau réel de conscience des masses populaires qui pour l’heure n’envisagent pas la construction de son futur sans la France et l’Europe.

Sans entrer ici dans les détails psychologiques, sociologiques, historiques, économiques ou sociétaux pour expliquer une telle posture populaire, force est de reconnaître que les organisations autonomistes et indépendantistes guadeloupéennes ont à faire sur elles-mêmes un gros travail de pédagogie politique pour comprendre d’abord le fonctionnement quotidien de l’homme social guadeloupéen et d’élaborer par la suite une stratégie politique durable pour la Guadeloupe et acceptée par une majorité de Guadeloupéens en observant différents paramètres de la société guadeloupéenne et surtout d’éviter de « brûler » les étapes devant conduire à l’émancipation politique, économique et sociale du peuple guadeloupéen.

Alors, autonomistes et indépendantistes guadeloupéens comprendront les leçons politiques de la Corse et qu’en ce moment précis de l’histoire de la Guadeloupe, ils verront la nécessité politique en 2018 de se mettre enfin autour d’une table pour négocier tout ce qui est négociable et discuter tout ce qui est discutable pour sortir la tête haute et partir à la conquête de la conscience et du cœur du peuple guadeloupéen dans l’unité et la cohésion pour rassembler, fédérer et construire ici et maintenant avec le plus grand nombre ce grand chantier politique d’aujourd’hui :

Une Collectivité Territoriale autonome des Îles de Guadeloupe !

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires