Breaking News

Guadeloupe. Politique. Harry Durimel : « Aucun licenciement pour motif économique (...) mais finis les emplois fictifs »

05 Jan 2021
2284 fois

Pointe-à-Pitre. Mardi 5 janvier 2021. CCN. C’est en quelque sorte un premier bilan des 6 mois de mandature, du nouveau maire de Pointe-à-Pitre : Harry Durimel. La tâche ne sera pas aisée, car le lourd déficit laissé par la gestion Bangou, près de 80 millions ne sera pas résorbé d’un coup de baguette magique. H. Durimel et son équipe doivent y faire face et tenter de redonner à Pointe-à-Pitre sa splendeur perdue et tout cela en pleine pandémie. Les travaux du Centre des arts ? l’animation culturelle ? la propreté de la ville ? le renouveau des quartiers laissés pour compte ? un nouveau souffle pour le développement ? La feuille de route est incontournable, Harry Durimel a répondu toutes les questions de CCN. C’est à lire...

CCN. En général, on fait le bilan d'un nouvel élu après les 100 jours. Que dire de ces 100 jours à la tête d'une municipalité en déficit?

Harry Durimel. Je dirai que ces 100 premiers jours ont été guidés par la volonté de mener un travail collaboratif et constructif entre la nouvelle équipe municipale, les agents de la collectivité et la population. Durant ces 100 premiers jours, notre priorité a été de mettre fin à la gabegie, au pillage et au gaspillage des deniers de la ville, mais également de restaurer la confiance avec nos principaux partenaires. Je pense notamment à l’Etat, au Conseil Régional, au Conseil Départemental, Cap Excellence ou encore, aux SEM .

Conformément à notre programme nous avons lancé de nombreuses actions avec des répercutions à court, moyen et long termes.

Les premières actions mises en place ont concerné la propreté et la sécurisation de la ville.

En matière de propreté, nous sommes en train d’élaborer un plan de propreté efficace et durable, en partenariat avec Cap Excellence. Nous avons déjà mis à disposition des citoyens l’application Ully visant à mieux gérer nos déchets. Mais surtout, nous sommes en train de réorganiser les services techniques afin d’optimiser leurs interventions avec un objectif : Pointe-à-Pitre « VILLE PROPRE’’. Le concours de tous est attendu, notamment des citoyens.

Concernant la sécurité, nous avons a mis en oeuvre des actions concertées entre la police nationale et la police municipale, avec une présence plus efficiente et plus ciblée.

Nous finalisons les préparatifs en vue du lancement, dès les premiers jours de 2021, de l’opération intitulée « 1 Mois 1 Quartier », un dispositif qui doit assurer la présence de la municipalité et de ses partenaires institutionnels au sein des quartiers. Nous souhaitons ainsi aller à la rencontre des citoyens et des associations, afin de mettre en place des actions conjointes pour améliorer le cadre de vie, animer le quartier et réfléchir ensemble à son devenir. 

CCN. Le problème de la cantine des élèves est-il définitivement résolu ? Est-ce que la collectivité est désormais en mesure d'assurer ce service ?

Harry Durimel. A notre arrivée à la tête de la municipalité, nous avons hérité d’une situation financière désastreuse, notamment au niveau de la Caisse des Ecoles. C’est avec le concours de multiples partenaires que nous avons pu travailler au sein d’un Comité de pilotage afin de mettre en place un dispositif urgent pour que tous les enfants déjeunent normalement. Ce même dispositif a été prolongé jusqu’aux vacances de Noël, avec l’aide du Conseil Régional et du Conseil Départemental.

Le comité de pilotage, composé notamment du Conseil Régional, du Conseil Départemental, de Cap Excellence, des associations de parents d’élèves, de l’Institut Régional d’Education et de Prévention à la Santé, de l’association des cuisinières..., continue de travailler afin d’instaurer un modèle de restauration scolaire économiquement viable et pérenne permettant, entre autre, de réduire les dettes de cet établissement public.

Lors de nos échanges à ce sujet, j’ai également insisté sur l’importance de valoriser les produits locaux dans le cadre de la restauration scolaire, afin de garantir aux pointois une alimentation de qualité, saine et équilibrée.

CCN. L'État est-il prêt à aider la collectivité à sortir du gouffre financier ? Quels sont les moyens qui sont mis en œuvre (ou qui le seront) ?

Harry Durimel. Nous sommes en contact permanent avec l’Etat et nous avançons ensemble sur de nombreux projets, afin que la Ville de Pointe-à-Pitre sorte de l’impasse dans laquelle nous l’avons trouvée.

Nous travaillons de concert avec les services de l’Etat sur plusieurs dossiers, mais également avec d’autres partenaires, qui nous ont assuré de leur soutien. Je pense notamment à l’Agence Française de Développement, la Banque des Territoires...

Nous comptons également, au niveau national, sur « Action Cœur de Ville » (ACV) et le « Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain » (NPNRU), qui permettront, d’une part, d’améliorer les conditions de vie des habitants et, d’autre part, de redynamiser le développement économique du territoire pointois.

L’Etat est donc présent à nos côtés ! Mais nous devons également prouver que nous sommes capables d’assurer une gestion rationnelle des finances de la Ville, pour que les bailleurs de fonds nous fassent confiance. Et c’est ce que nous nous attachons à faire quotidiennement.

CCN. Que souhaite vraiment la collectivité pour la reconstruction du centre des arts ? En d'autres termes, est ce que Cap excellence a décidé de "lâcher" Pointe à Pitre? Le centre des arts sera-t-il un jour ouvert ?

Harry Durimel. Nous l’espérons vivement ! L’idée de vivre avec une friche en face de la mairie est douloureuse.

Aujourd’hui, nous avons une position très claire vis-à-vis des travaux de réhabilitation et de modernisation du Centre des arts : ils constituent un gouffre financier dans lequel nous sommes embourbés et dont il est urgent de sortir. Je l’ai dit au Comité de pilotage, mis en place par Cap Excellence à ma demande, pour y réfléchir collectivement !

Il ne s’agit pas de remettre en question l’ambition culturelle que nous portons pour la ville de Pointe-à-Pitre. Elle reste intacte ! Pointe-à-Pitre, Ville d’Art et d’Histoire, doit s’affirmer comme pôle d’attractivité artistique et culturelle au niveau local, caribéen et national. Et cela passe par la présence de structures performantes, accessibles et modernes.

Néanmoins, les incertitudes qui pèsent sur le financement de l’achèvement des travaux est préoccupante, tant pour la municipalité, que pour les administrés. Ce scandale financier entraîne la faillite de plusieurs entreprises locales et accroît le chômage dans notre région. La poursuite des travaux reste hypothétique. Il est aujourd’hui fondamental de se questionner sur l’orientation que nous, acteurs civils et politiques locaux, souhaitons donner à ce projet, dont le coût estimatif aujourd’hui s’élève à hauteur de 39 millions d’euros !

A défaut de trouver les financements publics nécessaires, nous préconisons de faire appel à des acteurs privés qui auront les moyens de poursuivre les travaux. Les cadres juridiques adéquats existent : bail emphytéotique, délégation de service public… Quoi qu’il en soit, il est temps de faire preuve de réalisme : nous devons construire un édifice ambitieux, mais correspondant aux caractéristiques propres de notre territoire !

CCN. Est ce que s'agissant du personnel recruté par l'ancien maire, il y aurait : 

a/des mesures de reclassement à effectuer?

b/ un syndicaliste affirme qu'il y aurait eu dans le passé favoritisme et parfois même des irrégularités dans le recrutement

Harry Durimel. Dans notre programme pour les élections municipales, l’une de nos priorités était et reste d’instaurer un contrat de confiance avec le personnel communal, pour un nouveau management.

Nous ne procéderons à aucun licenciement pour motif économique, mais nous ne paierons que le servie fait. Finis les emplois fictifs ! Je souhaite que nous puissions tous avoir en tête les mêmes objectifs pour cette mandature, afin de réussir par le travail et encore le travail.

C’est avec l’engagement de tous que nous parviendrons à redresser la ville de Pointe-à-Pitre.

CCN. Quels sont les "chantiers" pointois qui seront ouverts en 2021 ?

Harry Durimel. Nous débuterons l’année avec l’opération « 1 Mois 1 Quartier », qui a pour objectif d’aller au plus près de la population, de comprendre ses problématiques, d’y apporter des solutions concrètes, mais également, de mettre en lumière les initiatives locales.

Nous défendrons également les projets initiés dans le cadre de l’opération « Action Cœur de Ville » afin de transformer profondément la Ville, tant au niveau économique, culturel que social. Je pense par exemple au projet Karukera Bay, qui participera à la redynamisation du territoire pointois.

Par ailleurs, nous continuerons notre travail de réflexion sur la transformation urbaine et économique de la ville. Les quartiers de Bergevin, Mortenol ou encore, Louisy-Mathieu, Zamia bénéficieront d’une attention particulière.

Nous entamerons la rénovation de la Place de la Victoire et réhabiliterons l’édifice de la Renaissance, dont la façade est un monument historique protégé.

Enfin, conscients des effets du réchauffement climatique, notamment l’érosion de la ligne de côte, nous nous efforçons de convaincre l’Etat et nos autres partenaires institutionnels susvisés de l’urgence d’ériger un muret rocheux le long du littoral, entre Fouillole et la Darse, qui pourrait ensuite servir d’assiette à une voie piétonne et cyclable reliant l’Université au centre-ville et donnant à Pointe-à-Pitre sa pleine dimension de ville universitaire.

 

Évaluer cet élément
(5 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires