CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Guadeloupe. Travayè a sèktè santé : Panga a vaksen a yo la !!

Pointe-à-Pitre. Lundi 12 juillet 2021. CCN. Camarades, travailleurs de la santé, des Hôpitaux, des Cliniques, des EPHAD, des associations d’aides à domicile, des soins infirmiers à domicile, des pharmacies, de l’hospitalisation à domicile.

Comme il l’avait prévu le gouvernement de la France poursuit avec la vaccination généralisée et obligatoire son processus de restriction des libertés individuelles et fondamentales, de contrôle des masses, de sérialisation de la population, d’abrutissement des hommes et des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Comme nous l’avons dénoncé depuis Février 2020, la pandémie du Covid 19 constitue désormais pour l’Occident, le capital international, le lobby de l’industrie pharmaceutique, le lobby de l’industrie de la santé et les maîtres de la communication mondialisée, dématérialisée et déshumanisée, une manne financière exceptionnelle et une arme de domestication et de musèlement des peuples.

Dire cela, l’affirmer et le propager relève selon eux du complotisme, et donc oui nous revendiquons notre droit pour nous aussi a monté konplo pou nou rété gaya.

Camarades, Travailleurs de la santé, des Hôpitaux, des Cliniques, des EHPAD, des Associations d’aides à domicile, des Soins Infirmiers à Domicile, des Pharmacies, de l’Hospitalisation à Domicile.

KA SA YÉ ON VAKSEN ? KA SA YÉ VAKSEN COVID ?

Un vaccin est l’injection dans le corps d’un agent infectieux (virus ou bactérie) sous une forme inoffensive mais stimulant la réponse immunitaire de l’organisme.

Les vaccins COVID sont des thérapies géniques qui apprennent à notre organisme à reconnaître une partie du virus (ou une bactérie) et à fabriquer ses propres défenses, notamment par la production d’anticorps. Les vaccins COVID sont créés avec du matériel génétiquement modifié. Les 4 vaccins autorisés à titre provisoire sur le marché sont tous en phases expérimentales. Ces vaccins n’éradiquent pas la maladie. Ils évitent les formes graves. Ils n’empêchent pas d’être contaminé, ni les contaminations inter-individuelles.

Il s’agit donc bien de l’intrusion dans notre corps d’un produit d’une biotechnologie, voire d’un programme susceptible de modifier notre corps, notre génome, notre ADN, notre patrimoine identitaire qui fait de nous ce que nous sommes, et que nous sommes susceptibles de transmettre à nos enfants, nos petits-enfants et à l’humanité toute entière. NOU PÉPA KON ABABA LÉSÉ YO MARÉ NOU É DÉTWUI NOU.

Camarades, Travailleurs de la santé, des Hôpitaux, des Cliniques, des Ehpad, des Associations d’Aides à domicile, des soins infirmiers à domicile, des Pharmacies, de l’hospitalisation à domicile,

AN NOU GADÉ AN KI JAN YO malméné nou, yo démantibilé nou, yo manti pou nou, yo tchouyé plis ki 300 gwadloupéyen davwa :

  • Ni le masque, ni les tests de dépistage n’étaient utiles ;
  • Ni l’Hydroxychloroquine, et l’Azithromycine ne devraient être administrés aux patients infectés ;
  • Les Hôpitaux ne disposaient ni de lits, ni de respirateurs, ni de médicaments, ni de protections individuelles par les soignants
  • Les personnes atteintes étaient renvoyées chez eux avec une prescription de Doliprane ;
  • Notre zèb a pik et notre atoumo apa rimèd

Et pour conclure, MACRON, son gouvernement et ses conseillers « scientifiques », à la sortie de la première vague déclaraient avoir gagné la GUERRE, défilaient avec les «Héros-soignants » le 14 Juillet 2020, augmentaient de 183 euros leur salaire et feignaient d’ignorer l’imminence de nouvelles vagues et de multiples variants, fils et petits-fils de la Covid-19 originelle.

Camarades, Travailleurs de la santé, des Hôpitaux, des Cliniques, des Ehpad, des Associations d’Aides à domicile, des soins infirmiers à domicile, des Pharmacies, de l’hospitalisation à domicile,

OLA NOU YÉ JÒDILA…NOU PÉKÉ AKSEPTÉ SA !!!

AN NOU SONJÉ, dans notre Déclaration de Mai 2020, nous disions déjà que la COVID ne tue pas parce qu’elle est virulente mais parce que notre corps est mal, et malade du fait de comorbidités. Oui, nous sommes plus de 100.000 guadeloupéens à souffrir de diabète, d’hypertension artérielle, d’insuffisance rénale chronique, de maladies cardiovasculaires.

Et en clair que nous soyons 20% ou 80% de vaccinés, nous serons toujours exposés aux désagréments de la Covid-19, parce que nous le rappelons, la prévalence des maladies chroniques est scandaleuse en Guadeloupe :

  • 11% des adultes sont atteints du diabète
  • 33% des adultes sont atteints d’hypertension artérielle
  • 57% des Guadeloupéens sont en surcharge pondérale dont 23 % sont obèses
  • La leptospirose, la dengue et le cancer de la prostate touchent plus d’une centaine de Guadeloupéens chaque année

Tout ceci dans un environnement social, économique et psychologique qui fait le lit de la pauvreté, de toutes les précarités (28,6 % des ménages sont allocataires du RSA, 25 % des Guadeloupéens sont en situation d’illettrisme, 30 % de la population active est piégée dans le chômage).

Ce sont là de vrais sujets de santé publique qu’il convenait de prendre en compte dans la lutte contre la Covid-19. Seulement ce n’était pas la mission de Man DENUX.

Alors maintenant, nous n’avons aucune leçon de citoyenneté, de responsabilité civique et professionnelle à recevoir d’eux…. AY CHYIÉ BA YO !!

Camarades, Travailleurs de la santé et Gwadloupéyen, AN NOU RÉFLÉCHI POUKWA, à chaque grand départ de vacances des Français pendant les trois épisodes de la COVID de Mars 2020 à Juin 2021, la Covid se calme subitement…

Et ensuite, pourquoi seul le soin curatif hospitalier est la réponse en santé publique retenue par l’État alors que les établissements publics de santé ne disposent pas ni de personnels, ni d’équipements suffisants pour assurer la prise en charge des malades de la Covid-19.

Pourquoi jamais aucune communication pour l’éducation et l’information en santé, le conseil médical systématique et spécifique à la Covid et aux infections virales, pour le renforcement des défenses immunitaires, par une alimentation et un mode de vie équilibré en liyannaj avec nou mènm et notre environnement immédiat, n’a–t-elle pas été déployée.

Camarades, Travailleurs de la santé et Gwadloupéyen,

Oui, nous les Guerriers de la première heure du front de la Covid-19, nous qui avons été et qui le sommes encore aujourd’hui fatigués, pèkli, infectés, endeuillés, NOUS REFUSONS QUE L’ON NOUS MENACE, QUE L’ON NOUS SANCTIONNE, QUE L’ON NOUS PRIVE DE NOTRE EMPLOI, DE NOTRE SALAIRE, DE NOTRE DROIT À LA VIE, QUE L’ON NOUS SUPPRIME NOTRE DROIT À L’INDEMNISATION DES ARRÊTS POUR MALADIE, par ceux-là même Directeurs d’établissements publics, patrons d’établissements et de services privés, Médecins aux ordres, ARS et État qui ont fauté dans la gestion de la lutte contre les maladies dues à la Covid-19.

NON NON É NON NOU PA KOBAY !

NON NOU PAKA VAKSINÉ SI NOU PA VLÉ !

NON, PON MOUN, PON POUVWA, PON LALWA PÉKÉ NI MARÉ NOU, NI LISENSYÉ NOU POU VAKSEN !

WI, NOU KÉ SANBLÉ, É LÉVÉ GAOULÉ POU BARÉ VAN A DIKTATÈ, MALFÉTÉ É PWOFITAN A LÉTA FWANSÉ.

0