CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Guadeloupe. Politique. Port Louis : Le communiste Victor Arthein a sorti sa collectivité du « rouge » !

Port-Louis. Samedi 18 janvier 2020. C’est face aux micros et aux cameras à son QG de campagne que Victor Arthein, a annoncé jeudi 16 janvier qu’il avait officiellement décidé de briguer un second mandat pour les élections municipales et communautaires de mars. Le maire sortant a réalisé 2 tours de force qu’il faut souligner. D’abord son équipe majoritaire où l’on retrouve des militants du PS, de la France Insoumise, du PPDG ressort intacte de l’épreuve du pouvoir. Ensuite, Port-Louis est l’une des rares collectivités guadeloupéennes à n’avoir pas été épinglée par la CRC. C’est dans ce contexte pour lui très favorable, qu’il souhaite avec son équipe « Ansanm Pou Pôlwi » (APPL) conserver son fauteuil de maire.

Victor Arthein qui est de longue date membre du BPdu Parti Communiste Guadeloupéen, a eu droit, à la une des « Nouvelles Étincelles », l’hebdo du PCG qui a fait de leur camarade maire sortant « L’homme de l’année » et JM Berlima, l’un des rédacteurs de l’hebdo du PCG de préciser : « Nouvelle-Étincelles ne fait pas dans le culte de la personnalité en faisant ce choix. Victor Arthein, en 2020, est vraiment l’Homme de l’année en Guadeloupe. »

https://www.youtube.com/watch?v=8-7Gb8ZHi20

D’avantage que l’homme de l’année, car on s’en souvient encore peu quand, en 2014, Arthein succède à feu Jean Barfleur, maire nationaliste. Port-Louis est dans une situation budgètaire très compliquée. Le déficit « hérité » de l’ancienne équipe dépasse les 6 millions d’euros. Une vraie catastrophe pour une collectivité rurale d’à peine 6000 habitants. Jean-Marie Hubert qui avait été dans la majorité Barfleur avant d’en être l’un des plus farouches opposants ne pouvait pas penser que Victor Arthein puisse être capable de sortir Port-Louis du rouge. Dans un contexte marqué par la double et constante pression du néo-Gouverneur et de la Chambre Régionale des Comptes réussir à rééquilibrer les comptes de Port-Louis est un véritable exploit. L’info tombée a quelques semaines des élections municipales et communautaires peut sembler comme un « cadeau » mais la réalité est toute autre. Car derrière Arthein, il y a une équipe politiquement soudée et aussi et surtout le travail de remise à niveau du budget par un DG : Justin Paisley. Car en dépit de ses démêlés judiciaires remontant à l’époque où il occupait des fonctions similaires dans la ville voisine de Morne à l’eau, Justin Paisley est aussi l’artisan du miracle Port-Louisien. Les termes utilisés par la CRC sont sans ambiguïté aucune : « les mesures de redressement prises par la commune de Port-Louis au budget de 2019 ont permis le retour à l’équilibre budgétaire au 31 décembre 2018, terme fixé par la Chambre ».

Si Arthein et son équipe arrivent à faire partager ce message fort aux Port-Louisiens, il pourrait devancer ses deux concurrents, Jean-Marie Hubert, conseiller régional leader de l’Union Populaire de Port Louis ( UPPL) et  Bernard Cerci, ex militant UPPL qui a deserté le camp Patriotique pour « gerer sa carriere ». Mais chacun le sait une élection ne se gagne pas que par une bonne exposition médiatique, il y a aussi, le terrain et c’est précisément sur ce terrain que la bataille 2020 pour la mairie de Port-Louis est très loin d’être gagnée d’avance. Port-Louis est l’une des rares villes du nord grande-terre qui a le cœur et la passion pour la gauche, le maire communiste Charles Edwige a longtemps dirigé cette commune, avant qu’elle soit conquise par Jean Barfleur (Jano) le nationaliste. Donc la bataille 2020 qui se joue à Port-louis opposant, un communiste, un nationaliste, un ex militant UPPL. Les Port-Louisiens devront choisir. La bataille sera rude.

0