CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Guadeloupe. Musique.  Le Festival All Day In : Du fun, du fun…

Guadeloupe. Le Moule.  Jeudi 28 juillet 2022. CCN. Musique. Le week-end dernier a été  celui de la 6èmeédition du festival ALL DAY IN attendu depuis 2 ans et il a fait son grand retour ! Après 2 jours de spectacle et de musique, le bilan demeure tout de même positif bien que tout ne se soit pas déroulé comme prévu. Reportage.

La musique a battu son plein sur la plage des Alizés au Moule ce week-end où plus de 15 000 festivaliers sont venus profiter de l’ambiance ALL DAY IN (ADI)  qui leur avait manqué ces deux dernières années.

Guadeloupéens, Martiniquais, Guyanais, Dominiquais… toute la caraïbe s’est retrouvée afin de partager ce moment de musique et de danse avec des artistes qui ont su animer la scène et le public. La direction artistique des organisateurs aura ravi les festivaliers car celle-ci nous a offert un show mixant musiques locales et internationales en invitant des artistes de tous horizons. De la drill française à l’afrobeat nigérian en passant par l’amapiano sud africain, les artistes et DJs se sont succédés pour le plus grand plaisir des festivaliers. De plus, des artistes telles que les Yellow Gaza Girls, les Holly G, la chanteuse de dance hall martiniquaise Maureen ou encore Noelia, connue pour son titre « Ay Papi » ont ravis le public car elles n’étaient pas du tout annoncées sur le programme officiel du festival. Les organisateurs ont donc surpris les festivaliers avec un panel d’artistes plus large qu’ils ne l’espéraient.

L’objectif principal aura été atteint car tous les artistes invités ont répondu présents et sont passés sur scène malgré le démarrage tardif de la manifestation. En effet, l’ouverture des portes le samedi ne s’est pas faite à 11h comme annoncé sur le programme et certains artistes en auront payé les frais en voyant leur passage réduit afin de terminer aux horaires annoncés.

Le chanteur de bouyon/dancehall dominiquais Edday n’a pas manqué de faire savoir sa frustration sur scène en demandant au public si il devrait se laisser faire ou se rebeller : « ka zot ka di ? an ka rété poli ou byen an ka jiré yo ? ».

Il aura finalement laissé la place à Asa Banton un autre chanteur dominiquais qui ne sera pas resté sur scène pour le show final du samedi aussi longtemps que prévu, faute de temps.

En effet, l’organisation logistique du samedi ne semble pas avoir tenu toutes ses promesses contrairement à la programmation artistique car le flux de personnes arrivées en fin d’après-midi a eu raison des agents de sécurité postés dans la zone de filtrage du site.

C’est autour de 20h, après des heures d’attente, que la frustration a mené
des groupes de personnes ne possédant pas de billets  à forcer le passage, détruisant ainsi les portiques de sécurité. Les organisateurs estiment entre 3000 et 4000 le nombre d’individus qui se seraient ainsi infiltrés dans le festival sans billets ou avec de faux billets d’entrée et sans avoir été  fouillé, ouvrant ainsi une énorme brèche dans la  sécurité.

Patrice Benoist,  l’un des organisateurs de l’événement estime que ces débordements sont indépendants de leur volonté car ces derniers avaient  toujours conseillé d’acheter les billets sur le site officiel. De plus, un communiqué expliquant l’impossibilité d’acheter des billets sur place avait  ben été publié   quelques jours avant. Pourtant, beaucoup seraient venus dans l’espoir d’en avoir, gonflant ainsi la file plus que nécessaire. L’ADI  aurait selon lui été « victime du manque de maturité » de ceux qui n’avaient pas de billets.

Benoist a d’ailleurs précisé que le dossier de sécurité qui avait été fait avec la sous-préfecture et la mairie était dans les normes, rejetant ainsi toute la faute sur les festivaliers « immatures ».

Cependant, avec seulement 87 agents de sécurité sur tout le site d’après Loïc, un des agents présents, pour un évènement comptant plus de 15 000 personnes, peut-on uniquement blâmer les festivaliers ?

Il n’aura donc fallu que d’une nuit et d’une réunion avec la sous-préfecture et la mairie pour installer 4 barrières  filtrantes de plus à l’entrée visant à réduire le nombre de
festivaliers concentrés en un même espace et tenues par des gendarmes arrivés en renfort. La veille, on ne comptait que l’entrée principale.

Le dimanche a alors rattrapé les mauvaises expériences de la veille car pour la majorité, ce fut une réussite.

La page instagram Sunside a demandé leur avis à ces derniers et tous s’accordent à dire que malgré le nombre important de personnes sur le site, la programmation et la gestion renforcée de la sécurité ont payés, rendant le dimanche encore meilleur.

Les artistes les plus attendus tels que  Bamby, kalash, Rema et Gazo ont su ravir le public par leurs performances. Un seul mot pour décrire le festival « du fun, du fun et du fun » d’après Brendan, 25 ans, festivalier venu pour la première fois au All Day In. La prestation de Drexi venu avec son fils sur scène a conquis nos cœurs en plus que le  show tout en danse et paillettes de Bamby.

Patrick Benoist qui a répondu aux questions de CCN, a également ajouté que le spectacle a « muri » car ils ont réussi à installer 6 restaurants et beaucoup plus de stands, d’écrans géants et de structures que les années précédentes.

Maquillage, massage, barber, babyfoot, roues de la chance, photos… stand  VIP les activités n’ont pas manqué ce week-end où la centaine de membres du staff s’est rendu disponible pour l’accueil et le service des festivaliers malgré des temps d’attente souvent longs. Les stands de boissons et de nourriture n’ont pas manqué non plus avec des tarifs souvent excessifs selon les festivaliers mais dans la norme selon les organisateurs. Difficile à croire qu’une bouteille d’eau 33cl à 4 euros soit. réellement dans la  gamme des prix habituels. Quant à la bouteille de champagne, elle ne devait être  qu’accessible qu’à des festivaliers venus de Dubaï et il y en avait !

La prochaine édition se préparera après avoir pris du recul sur celle-ci d’après nous a dit  Patrice Benoist. Mais il y aura bien une 7e édition du All Day In Music festival puisque c’est aujourd’hui devenu un évènement incontournable en Guadeloupe qui participe grandement au rayonnement international de notre pays.  Se fera t-elle encore au Moule ?  D’autres sites  semblent déjà se positionner mais Patrice Benoist qui n’est pas Moulien préfère rester discret, mais a souligné à CCN que Gabrielle Carabin, la maire du Moule a aussi beaucoup fait pour  « cette méga fête musicale soit une réussite dans sa ville ».

All Day In 2022 that’s a wrap! See you next year !

N’Juana Flandrina. (CCN)

0