CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Guadeloupe. Le scandale de l’eau Acte 32

Pointe-à-Pitre. Mardi 13 juillet 2021. CCN. Après la Chlordékone, les Rejets de STEP. Nous avons vu avec effroi, ce week-end, le décès de nombreuses espèces aquatiques sur le littoral de Sainte-Anne.

1- Situation

Nous déplorons ce désastre écologique qui doit impérativement se traduire par des mesures drastiques de remise en état du fonctionnement des stations d’épuration.

Leur manque d’entretien, de réparations, et de suivi nous laisse à penser que la majorité d’entre elles sont à l’arrêt et donc que leurs rejets dans les milieux naturels les contaminent et altèrent considérablement la qualité de l’eau ce qui n’est pas acceptable.
Notre santé à tous, risque d’en subir les conséquences encore une fois.

2 – Problème

Nous demandons donc la connaissance des causes de la mort de nombreuses espèces aquatiques à Sainte-Anne afin que les responsables de ce péril écologique mettent en œuvre le plus rapidement possible le rétablissement d’une exploitation conforme assortie de suivi rigoureux et responsable dans la durée par les autorités ayant en charge la Police de l’Eau.

A bien y réfléchir, la non-conformité de ces dispositifs d’épuration à 90%, illustre bien un laisser- aller qui doit impérativement s’arrêter.

Nous sommes entre la Vie et la Mort.
Notre santé a déjà suffisamment été victime de dérives graves pour qu’elle soit de nouveau mise à l’épreuve.

3 – Résolution

Nous demandons à ce titre, un rendu public des dégâts causés ;
Un engagement régulier du Préfet de Région Guadeloupe sur la situation de l’assainissement comme il le fait chaque Semaine pour la pandémie que nous subissons.

Jugez-en, les grosses STEP de plus de 2500 équivalents habitants financées par l’Europe pour des montants colossaux sont, elles aussi à l’arrêt, Capesterre Belle- Eau et Marie Galante, Gourbeyre, Sainte-Anne, Jarry, Deshaies, Petit-Bourg, le Nord Grande-Terre et bien d’autres.
La répartition de ces STEP est de 60% en Basse-Terre et 40 % en Grande-Terre.

Il faudra de même, mesurer l’impact de ce désastre sur les retombées négatives en termes d’images sur la fréquentation touristique de notre archipel Guadeloupe et la perte économique qui en résulte.

0