CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Guadeloupe. Kanmarad… Nou ni rézon menné Lalit !

Pointe-à-Pitre. Mercredi 1 septembre 2021. CCN. Camarades, Collègues, Pèp Gwadloup. L’Union des Travailleurs de l’Action Sociale -UTAS-UGTG- adresse ses hommages et apporte son soutien aux familles confrontées au virus du Covid 19.

Elle exhorte le Peuple Gwadloup à affronter ansanm ansanm avè fos é kouraj toutes les épreuves que traversent notre Péyi.

Depuis le début du mois de juillet, des organisations syndicales, politiques et associatives ont fait appel aux travailleurs et pép Gwadloup pou lévé gawoulé contre le projet de loi du gouvernement.

Le 05 Août, l’état français a fait le choix de l’arbitraire, de la discrimination et de la division. Nous considérons cette orientation politique comme dangereuse. Elle fait un clin d’œil aux périodes sombres de l’histoire de la France (l’esclavage et le régime de Vichy).

Le caractère arbitraire de ce choix, politique, réside dans le fait que des dirigeants veulent imposer de nouvelles règles (obligation vaccinale, pass sanitaire) au mépris des principes les plus élémentaires de droit et de libertés, inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits del’Homme et du préambule de la Constitution de 1946.

La nature discriminante de ce choix consiste, d’une part, à soumettre des salariés d’un mêmeétablissement à des mesures favorables ou défavorables selon l’activité qu’ils occuperaient.

D’autre part, à stigmatiser les salariés d’un même établissement, selon qu’ils disposent ou non d’un pass sanitaire. Ce choix vient en contradiction de l’art. L1132-1 du Code du Travail.

Le troisième élément, qui caractérise l’iniquité de cette loi, c’est la volonté de diviser lestravailleurs et les populations en « Pour » ou « Contre » un vaccin. Or, ce produit n’est pas un vaccin.

Il n’a reçu aucune homologation des hautes autorités de santé. Il dispose d’une autorisationconditionnelle soumise à expérimentation. NOU PA KOBAY A PON MOUN !

Le gouvernement, le préfet, l’ARS, connaissent la nature, les limites et le caractère expérimental de ce produit.

Mais leur projet est de maintenir le clivage « Pour » ou « Contre » de sorte à susciter le doute, développer la peur et emmener les Gwadloupéyen à se résigner à la vaccination.

Nous l’avons déjà compris, l’acharnement aveugle d’un Etat, dit de droit, à faire passer une telle loi, ne relève en rien de mesure de santé publique, ni de salubrité publique.

Il s’agit bel et bien d’un chantage à l’emploi dont l’objectif est l’affaiblissement, voire l’éradication de la contestation sociale permanente exercée par bon nombre d’organisations,singulièrement syndicale. Le Ministre de la Santé, Olivier Véran, l’a clairement fait entendre le 05 Août dernier, dans une déclaration devant la presse française.

L’UTAS-UGTG réaffirme… NOU PÉ KÉ LAGÉ !!

Nous mettons en garde les administrateurs et les directions des établissements et services duSecteur Social, Médico-Social, de la Petite Enfance et de l’Animation à ne pas tomber dans le piège de cette stratégie gouvernementale, dont la rage et l’acharnement ne cesseront qu’après vous avoir fait vacciner tous vos salariés.

Nous affirmons que le pass sanitaire est un outil de MAKRÉLAJ pour vérifier le schéma vaccinal de toutes personnes qui y seront soumises.

En effet, tous les tests deviendront, bientôt, payants, coûteux et inadaptés pour certains. La stratégie est donc de contraindre toutes les personnes concernées à la vaccination.

Ce pass est le Big Brother du gouvernement français.

NOU KA DI : NON AU PASS SANITAIRE – NON A L’OBLIGATION VACCINALE !

Cette loi est immorale et anti-sociale. Elle a été élaborée et adoptée en peu de temps et dans la précipitation, pour répondre à un calendrier vaccinal très serré. MI VERITE LA !

Cette loi est immorale parce qu’elle ne prend pas en compte le caractère expérimental duproduit et par conséquent des effets secondaires que peut produire tout médicament.

Les autorités n’ont pris aucune décision visant à désigner les responsabilités en cas d’effetsecondaires graves ou invalidants.

Qui assumera la charge d’une complication sanitaire suite à l’inoculation de ce produit ? Les fournisseurs (groupes pharmaceutiques) ? L’employeur qui aura imposé aux salariés l’exécution du dispositif ? La sécurité sociale (organisme de l’Etat) ? Les Assurances (complémentaire santé, prévoyance,) ? Ou… le salarié ?

Cette absence de positionnement en dit long et nous conforte à l’idée que les autorités jouent au loto ou, pire, à la roulette russe avec nos vies. Nou pa kobay a yo ! Ay chyé ba yo !

LA RÉSISTANCE A L’OPPRESSION EST UN DROIT NATUREL !

Cette loi est anti sociale, car elle piétine les fondamentaux du code du travail. Cela démontre la férocité d’une nouvelle espèce de gouvernants qui n’a aucune considération pour un secteurd’activités déjà moribond, exsangue de moyens, désorganisé et qui, en corollaire, subit le désengagement des politiques publiques. Les Travailleurs Sociaux ne sont plus donc indispensables à leurs yeux.

Et pourtant, ces femmes et ces hommes ont su prendre toutes leurs responsabilités depuis le début de la crise (mars 2020), malgré leurs doutes sur un virus inconnu, pour continuer leurs missions auprès des personnes qui leur étaient confiées. Certains ont même fait du bénévolat. VAYAN TRAVAYÈ !

En foi de quoi, nous n’accepterons pas que les Travailleurs Sociaux quelle que soit leur activité, soient sacrifiés sur l’autel d’un produit expérimental à cause duquel une loi inique en défit des lois protectrices du corps humain et en dépit du bon sens, refusent de requérir leur libre consentement.

En outre, à titre d’information, nous rappelons que ledit « vaccin » n’empêche pas l’infection et la contagion.

Par conséquent, l’UTAS-UGTG ;

• continue de réaffirmer que les droits des travailleurs demeurent intangibles, constants et inviolables.

• exige l’application des dispositions originales du Code du Travail inscrites dans ses fonts baptismaux sur le respect des droits de l’homme.

Nous rappelons aux employeurs, et à leurs représentants, que toute sanction prise à l’encontre d’un salarié doit résulter d’une faute commise dans l’exécution de son contrat de travail et de ses relations avec son employeur dans ou hors de l’établissement ou du service.

Par conséquent, le refus d’un « vaccin » qui procède d’une liberté individuelle ne constitue pas en soi une faute réelle et sérieuse au sens de l’art. L1232-1 du Code du Travail.

Nous avertissons les employeurs et leur direction que toute autre sanction disciplinaire sera irrecevable.

  • NOU KA DI :

? NON AU PASS SANITAIRE

? NON A L’OBLIGATION VACCINALE

? NON AU SUSPENSION DU CONTRAT DE TRAVAIL

? NON AU LICENCIEMENT

Kanmarad ! Nou ni rézon menné lalit !

Légitimé dans sa lutte pour la défense des droits des Travailleurs,

L’UTAS-UGTG ;

?  demande que les autorités et les administrateurs des Secteurs Social et Médico- Social, de la Petite Enfance et de l’Animation ouvrent les négociations pour l’obtention d’une revalorisation salariale, au même titre que les soignants dans le cadre du Ségur de la santé,

?  informe tous les employeurs du Secteur de la Petite Enfance que leurs salariés ne sont concernés par aucun de leurs dispositifs,

? réclamons dans les meilleurs délais une rencontre avec les organismes suivants :

? les représentants de NEXEM
? les représentants de ELISFA
? les représentants des Associations Gestionnaires ? les représentants du Conseil Départemental
? les représentants de la DPJJ
? les représentants de l’ARS
? les représentants de la CAF
? les représentants de la Préfecture
? les représentants de la DRAJES
? les représentants de l’URIOPS

?  refuse toutes mesures portant un caractère disciplinaire à l’encontre d’un salarié ayant exprimé son refus du Pass sanitaire et de l’obligation vaccinale,

?  appelle tous les dirigeants de l’UTAS-UGTG à déclencher un mouvement de grève dès lors que la situation sur le lieu de travail l’exige,

?  appelle tous les Travailleurs des Secteurs du Social et Médico-Social, de la Petite Enfance et de l’Animation à répondre aux appels à la mobilisation des organisations syndicales, associatives et politiques.

D’ores et déjà, l’UTAS-UGTG appelle l’ensemble des Travailleurs àparticiper massivement à l’appel à la grève générale lancée par les organisations syndicales à partir du :

JEUDI 09 SEPTEMBRE 2021 !

FO NOU FÈ YO TCHOULÉ DAVWA NOU NI RÈZON !

JOU NOU KÉ MÉTÉ JOUNOU A TÈ PO KO VWÉ JOU !

  • Konsey sendikal

0