CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

COOPERATION POUR LUTTER CONTRE LA CRIMINALITE

CARICOM | Coopération pour lutter contre la criminalité 

Turkeyen, Greater Georgetown, Guyana. Vendredi 14 octobre 2022. CCN/Secrétariat de la CARICOM. La Communauté des Caraïbes (CARICOM) approfondit la coopération entre les États membres pour assurer la sécurité de la région alors que de nouvelles formes de criminalité se multiplient.

Le Conseil ministériel de la CARICOM pour la sécurité nationale et l’application de la loi (CONSLE) s’est réuni à Trelawny, en Jamaïque, le jeudi 6 octobre pour la 24e réunion du Conseil pour la sécurité nationale et l’application de la loi. Vice-Premier Ministre et Ministre de la sécurité nationale de la Jamaïque, l’hon. Le Dr Horace Chang a présidé la réunion. Il s’agissait de la première réunion en personne du Conseil depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Au cours de leurs discussions, les ministres, commissaires de police et autres responsables de la sécurité ont souligné l’urgence de lutter contre la menace de la criminalité organisée transatlantique, le transbordement d’armes à feu et de stupéfiants, la sécurité maritime et la cybercriminalité. Ils ont souligné l’importance du partage de renseignements, de l’alignement des priorités nationales et régionales en matière de sécurité et de la création de partenariats et de capacités entre les organismes chargés de l’application des lois.

La réunion a discuté de questions essentielles pour assurer la viabilité et la durabilité de l’Agence de mise en œuvre de la CARICOM pour la criminalité et la sécurité (CARICOM IMPACS) – le centre névralgique de l’architecture multilatérale de gestion de la criminalité et de la sécurité de la région – face à un environnement de sécurité en évolution.

À la fin de la réunion, le vice-Premier ministre Chang a souligné que les délégués se concentraient fortement sur le trafic d’armes à feu, qui, selon lui, était “peut-être la plus grande menace pour les pays des Caraïbes”, où les armes à feu sont plus largement utilisées dans les homicides. Plus tôt, il a noté qu'”aucun de nos pays ne fabrique d’armes à feu et pourtant les effets néfastes de leur prolifération et la contribution à la violence des gangs et aux activités criminelles transnationales imprègnent nos territoires respectifs et sont responsables de plus de 70% des homicides dans la CARICOM”.

“C’est un problème caribéen et nous devons nous attaquer à ce problème”, a-t-il déclaré.

Les délégués ont été mis à jour sur l’unité de renseignement sur les armes à feu de la CARICOM qui sera opérationnelle d’ici un mois avec le soutien du bureau de liaison d’Interpol des Caraïbes.

Le président du CONSLE a déclaré que la coopération régionale fait partie intégrante de la mise en place de l’infrastructure nécessaire pour lutter contre le trafic d’armes à feu et la criminalité associée, comme le trafic de drogue, et, se produisant presque simultanément, l’expansion des activités de cybercriminalité.

“Le fait que nous ayons pu nous concentrer en particulier sur le trafic d’armes à feu lors de cette réunion a été d’une grande valeur et nous pouvons dire que nous sommes entrés dans une nouvelle ère de coopération en cherchant à faire face à une menace commune pour les Caraïbes”, a déclaré le Dr Chang. .

La série de réunions au cours de la semaine comprenait des discussions sur la sécurité maritime avec l’Office national des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Les préparatifs d’un sommet de haut niveau de la CARICOM pour aborder la criminalité et la violence en tant que problème de santé publique ont également retenu l’attention d’un comité créé pour l’événement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0