CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

CARICOM | Conférence de Yale

Turkeyen-Greater Georgetown-Guyana. Vendredi 14 octobre 2022. CCN/Secretariat de la CARICOM. Bien que les États membres de la CARICOM aient fait des progrès significatifs pour faire face à la crise climatique, ils n'obtiendront pas une modération significative du changement climatique car ils ne sont pas la source du changement climatique . Dr BARNETT

Élever les pertes et les dommages comme un problème clé de justice climatique

4/5

Turkeyen-Greater Georgetown-Guyana. Vendredi 14 octobre 2022. CCN/Secretariat de la CARICOM. Bien que les États membres de la CARICOM aient fait des progrès significatifs pour faire face à la crise climatique, ils n’obtiendront pas une modération significative du changement climatique car ils ne sont pas la source du changement climatique .

Par conséquent, les inégalités systémiques mondiales et nationales auxquelles sont confrontés les petits États doivent être résolues pour parvenir à la justice climatique, a déclaré jeudi la secrétaire générale de la CARICOM, le Dr Carla Barnett. La clé pour remédier aux inégalités, a-t-elle déclaré, est de « faire des pertes et dommages une question clé de justice climatique » qui bénéficie également de l’approbation des pays développés, et d’avoir un accès équitable et efficace à un financement abordable pour l’adaptation à l’atténuation.

Elle s’adressait à l’époque à la quatrième conférence annuelle sur la justice environnementale mondiale à l’Université de Yale aux États-Unis. Le thème de la conférence est « Réinventer notre avenir collectif : faire progresser la justice climatique, la sécurité alimentaire et la transition énergétique à une époque d’incertitude ».

Son discours portait sur l’intersection de l’action climatique équitable et du développement durable.

 

Dans le contexte de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les pertes et dommages pour la Communauté des Caraïbes représentent les impacts négatifs du changement climatique auxquels « soit nous ne pouvons pas nous adapter, soit nous ne nous sommes pas adaptés, car une telle adaptation nécessite un accès au financement – un financement qui devrait être fourni, dans l’intérêt de la justice, par les pays développés qui sont responsables des impacts destructeurs auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ».

 
 

Le Secrétaire général s’est dit préoccupé par le fait que les pertes et les dommages étaient loin derrière les progrès en matière d’atténuation et d’adaptation au sein de la CCNUCC.

“À ce jour, les pertes et dommages n’ont pas de flux de financement spécifique, ne sont pas un point récurrent de l’ordre du jour des négociations et se sont révélés, lors d’examens ultérieurs, être un domaine dans lequel la CCNUCC a beaucoup de travail à faire. La question de savoir qui paie pour les pertes et dommages, ou même qu’un mécanisme de financement des pertes et dommages est nécessaire reste une question brûlante. Les PEID cherchent donc à atténuer, à s’adapter et à répondre aux pertes et aux dommages dans un environnement moins que propice », a-t-elle déclaré à son auditoire.

Elle a pris note de la reconnaissance par le Danemark des pertes et dommages résultant du changement climatique et de son offre d’indemnisation aux pays en développement, et a appelé les autres à suivre son exemple.

Soulignant les progrès significatifs réalisés par la Région pour faire face à la crise climatique, elle a déclaré : « Cependant, aussi ambitieuses que soient ces mesures, la vérité est que même si nous faisons tout ce que nous pouvons faire, nous ne pourrons pas pour parvenir à une modération significative du changement climatique ou s’attaquer efficacement aux facteurs particuliers qui sont à l’origine de la crise climatique dans nos pays et dans les PEID, en général, car nous ne sommes pas la source du changement climatique », a déclaré le Dr Barnett

Elle a souligné que la crise climatique est désormais le “plus grand défi collectif auquel l’humanité moderne ait été confrontée” qui a engendré des bouleversements environnementaux, sociaux et économiques dans la Caraïbe.

À titre d’exemple, le Secrétaire général a souligné l’expérience de la Dominique – qui vise maintenant à devenir le premier pays au monde résilient au changement climatique – qui a subi des dégâts d’environ 220 % de son PIB à la suite de l’ouragan Maria il y a cinq ans et, deux ans plus tard, 90 % de la perte de PIB causée par la tempête tropicale Erika.

Elle a parlé des impacts du changement climatique sur différentes communautés au sein des PEID, y compris les agriculteurs, les pêcheurs et les travailleurs saisonniers dont les moyens de subsistance sont affectés par les phénomènes météorologiques extrêmes ; les personnes âgées et handicapées qui n’ont pas la flexibilité des ressources ou les mains capables de se préparer et de se remettre des tempêtes ; les communautés autochtones et rurales dont la connectivité avec le reste du pays, ainsi que les moyens de subsistance traditionnels et les pratiques culturelles sont considérablement touchés par les perturbations de l’infrastructure physique et de l’écosystème naturel.

 
 

En outre, elle a attiré l’attention sur les risques que la crise climatique fait peser sur les écosystèmes vulnérables, les infrastructures physiques, les secteurs productifs et les principaux secteurs générateurs de devises tels que le tourisme et l’agriculture ; les impacts de la COVID-19 ; les « menaces très fondamentales de l’insécurité alimentaire, de l’insécurité énergétique » ; les insuffisances des systèmes de santé dans la Région ; et les questions d’infrastructure de connectivité.

Pour les Caraïbes, le renforcement de la résilience climatique est essentiel car l’objectif de température de 1,5 degré a peu de chances d’être atteint.

Dans son allocution, la Secrétaire générale a réitéré l’appel à une « métrique juste » qui tiendrait compte des vulnérabilités et des susceptibilités des PEID pour élargir l’accès à un financement abordable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0