CCN – Caraib Creole News l L'actualité en Guadeloupe, Martinique et Guyane

Amérique Latine : Nouvelle forme de domination des Etats-Unis

Amérique latine. Mardi 1 septembre 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. América Crece est le nouveau masque des Etats-Unis pour dominer l’économie de l’Amérique Latine et se cache derrière des accords (MOU) comme celui signé avec récemment avec le Panamá.

Lundi, Bayano Digital a abordé ici ce sujet qui a inclu le Panamá dans les avertissements de l’ex-diplomate bolivienne María Luisa Ramos.

Elle a qualifié l’initiative du Gouvernement de Donald Trump de « cheval de Troie » qui permet, en outre, aux Etats-Unis d’éviter les contrôles du Parlement obligatoires dans les pays impliqués.

Lors de la récente visite d’une délégation étasunienne dans cette capitale, a été signé un memorandum qui « élargit notre accord actuel d’échanges dans le domaine de l’énergie et est destiné à canaliser les investissements privés dans les travaux d’infrastructures, » dit une note officielle de la chancellerie panaméenne.

Selon Bayano, cette formule est destinée à reformater la dépendance économique, financière et politique de la région sans avoir besoin de négocier avec les instances gouvernementales ni de consulter les parlementaires et inclut beaucoup moins de segments de la société civile.

« Grâce à cette procédure, ils ne s’impliqueront plus dans de pénibles négociations de traités de libre commerce, TLC, pour améliorer leur balance commerciale, pour obtenir de juteux contrats d’Etat, réaliser des changements dans la législation et en général rendre conforme à leurs intérêts la conception du schéma d’investissement des pays, » a affirmé Ramos.

Dans le fond, il s’agit pour les Etats-Unis et les Gouvernements latino-américains de mettre en place un engagement diplomatique de haut niveau et de suivre l’ordre du jour tracé par les organismes et les agences des Etats-Unis et les patrons des pays signataires qui sont l’Argentine, le Chili, la Jamaïque, le Panamá, la Colombie, l’Equateur, le Brésil, le Salvador, le Honduras et la Bolivie.

América Crece est la version revue par Trump de l’Alliance pour le Progrès du président John F. Kennedy (1961-1963), proposée au début de osn mandat comme un moyen de soumettre le continent après le triomphe de la Révolution cubaine à quelques kilomètres de son territoire.

Avec quelques changements superficiels et une absence totale d’originalité, le président actuel a repris 58 ans plus tard, avec un autre nom, la même façon de reconquérir la région oubliée d’Amérique Latine et des Caraïbes grâce au même subterfuge que jadis : cela « aiderait » l’économie des pays.

Le vice-ministre des finances du Panamá, Jorge Almengor, a participé au lancement   à la Maison Blanche en décembre 2019, d’América Crece soi-disant centrée sur la canalisation des investissements privés dans les infrastructures régionales pour soutenir le développement économique destiné à créer des emplois, selon ses créateurs.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

0