Repenser la politique

0
305

Pawol Lib (Libre Propos) est une rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Daniel CIMON, qui nous soumet son billet.

Le penseur humaniste jouit de ses facultés intellectuelles avec cette philosophie de vie qui souhaite ardemment la création d’un monde plus juste, moins spolié par la puissance financière.

Il ne trouve rien de glorieux à se complaire du misérabilisme.

Au contraire, l’homme doit s’affranchir de toute forme de timidité et d’aliénation pour s’affirmer et se prendre en charge pour atteindre sa destinée.

Le peuple doit pouvoir en toute légitimité avoir accès à la connaissance qui est considérée comme étant la porte suprême de l’insertion sociale.

Le citoyen doit pouvoir donner son avis et être écouté dans ses revendications.

Bien que le pouvoir parlementaire soit de plus en plus escamoté depuis 1958 au profit d’une puissance élyséenne de décisions; il n’en demeure pas moins que la force de la démocratie tire ses lettres de noblesse quand les textes législatifs trouvent leurs fondements au cœur des préoccupations des citoyens.

À contrario, le dialogue avec les gouvernés sera rompu pour laisser place à une fronde populaire de rupture.

L’équilibre étatique tridimensionnel qui met en situation le gouvernement, le Parlement et les administrés  ne sera pas en mesure d’apaiser les consciences si leurs prérogatives de légiférer, de contre pouvoir et de contrôle sont phagocytées par une centralisation marquée par une hyper présidentialité.

Cette dérive du pouvoir qui entaille gravement la confiance de l’électeur et les rouages de la République est de nature à pousser ce dernier vers un schéma ancré dans un réflexe de forte abstention aux rendez-vous électoraux.

Cette démarche qui semble se généraliser ces derniers temps n’est qu’une cartographie du mécontentement, d’un désespoir de l’électorat qui trouve refuge dans un repli sur soi, dans un rejet de la chose publique, d’autant plus que la précarité devient un vecteur de colère pouvant conduire vers une radicalité dans les suffrages.

Une certaine dose de proportionnalité au Parlement, qui pendrait en compte la sensibilité des petits partis, serait sans doute un début de solution dans la représentativité d’une frange de la population réduite au silence, tout en évitant une paralysie de l’exercice des pouvoirs publiques.

Est-ce un leure de penser que la politique doit s’humaniser pour réconcilier l’homme à la chose publique?

Il serait souhaitable pour le bien-être de la moralité en politique de donner de l’élan à  la responsabilité des mandants dans un environnement de transparence.

Sainte-Rose, le 13 juin 2022