Ce pouvoir d’achat qui nous éloigne des autres caribéens.

0
328

Pawol Lib (Libre Propos) est une rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Yves Leopold Monthieux, qui nous soumet son billet.

Alors que le pouvoir d’achat et le plus d’Etat envahissent les ondes et la campagne législative, je vous soumets une réflexion, non dénuée de dérision, parue le 16 janvier 2008 et intitulée : « Le vouloir d’achat peut rendre fou (Contrechroniques) ». Notons qu’en ce moment électoral où le populisme règne plus que jamais en maître, les mots autonomie et indépendance sont couverts d’un voile sémantique impénétrable verrouillé par les coups de menton en provenance, notamment, du bouillant parti communiste martiniquais. Mais pas que… Un jour « la responsabilité martiniquaise avance », huit jours plus tard, elle est « expressément exigée » … pour tout l’Outre-Mer français, comme pour se rappeler que l’idéal du défunt communisme avait eu vocation à être international. Le même langage utilisé post-mortem que celui du temps de la prospérité du PCM qui put diriger l’ex-conseil régional avec seulement trois élus.

Voilà donc, avant de conclure, ce vouloir d’achat qui peut rendre fou.

« L’un des principaux débats de ce début d’année est celui de la baisse du pouvoir d’achat. Celui-ci est dénoncé tant en métropole qu’en Martinique comme étant insuffisant. Le pouvoir d’achat se définit comme la quantité de biens et de services qu’il est possible de se procurer avec une valeur déterminée en monnaie. Ainsi, vos revenus étant les mêmes, si vous avez pu vous procurer davantage de biens et de services en 2007 qu’en 2006, votre pouvoir d’achat aura augmenté. Dans le cas inverse, il aura diminué.

Le pouvoir d’achat des Français est un indice important dans la détermination de la santé économique du pays et de la satisfaction des citoyens. La baisse de la consommation globale entraîne celle de la production et lorsque la production décline, ce sont des emplois qui disparaissent. Même quand les produits sont fabriqués à l’étranger, les activités liées à leur transport, leur manutention, leur distribution, leur entretien et leur recyclage sont sources d’emplois et contribuent à l’amélioration du pouvoir d’achat des Français. Encore faut-il que cette possibilité soit effectivement utilisée et que se manifeste aussi ce qu’on commence à nommer le « vouloir d’achat ». La situation financière d’un individu peut s’améliorer sans qu’il veuille pour autant dépenser davantage.

Au plan macroéconomique, le curseur de la décision d’achat se situe au point de rencontre de la capacité d’achat de l’ensemble de la population et de la volonté collective d’engager la dépense. Mais un affolement du curseur est possible à l’échelle d’individus ou de groupes d’individus : le « vouloir d’achat » peut alors se révéler plus élevé que le « pouvoir d’achat ». Pour l’Etat c’est source d’insatisfactions populaires mais pour les femmes et les hommes qui dépensent davantage qu’ils ne gagnent c’est source de difficultés personnelles. Pourtant certains débats entendus sur les ondes laissent poindre un intérêt plus grand pour le vouloir que le pouvoir.  En Martinique, le pouvoir d’achat peut rendre sage, le vouloir d’achat rendre fou. » Fin de l’article de 2008.

En bref, 25 ans après, cette tribune ne paraît pas démodée. Au contraire, les contradictions se sont précisées. Au nom de l’ascendance africaine et esclavagiste commune, nous tenons à affirmer notre droit à faire partie intégrante du peuple caribéen. Tandis que, par ailleurs, par la mise à niveau de notre pouvoir d’achat, nous exigeons de façon irrépressible, comme dirait le PCM, de participer à part égale au festin des colonisateurs de France, d’Europe et d’Occident. Respect pour les nécessiteux qui, en plus de leur dénuement, ne se consolent pas de ne pas être les seules victimes d’une discrimination plus large, celle qui oppose les travailleurs selon qu’ils soient ou non bénéficiaires des « 40% de vie chère » ou assimilés. Or, plus grand sera notre pouvoir de consommer dans ces 2 îles d’exception française que sont la Martinique et la Guadeloupe, plus large sera la marge de distance avec les voisins caribéens. Et plus notre appartenance pleine et entière à la Caraïbe sera utopique.

En tout état de cause, le Martiniquais tient autant à se nourrir d’apports de la colonisation où il est de ce point de vue du bon côté, qu’à étancher sa soif de reconnaissance identitaire. L’âne de Buridan est mort de faim et de soif parce qu’il n’avait pas su choisir entre le seau d’eau et la botte de foin. Pour sa part, Janus à deux têtes et konpè-lapin en diable, l’homo martinicus parvient allègrement à assouvir sa faim et sa soif d’utopie.

Fort-de-France, le 1er juin 2022.

Yves-Léopold Monthieux