Equateur : Révocation de l’habeas corpus en faveur de Jorge Glas

0
202

Quito. Samedi 21 Mai 2022. CCN/Boliviarinfos/Françoise Lopez. Le tribunal de la Cour provinciale de Santa-Elena a révoqué l’habeas corpus accordé, le 9 avril, à l’ancien vice-président équatorien Jorge Glas, qui doit retourner en prison.

La Chambre multicompétente de la Cour provinciale de justice de Santa-Elena a déclaré ce vendredi la nullité de toutes les actions du juge de Manglaralto, Diego Javier Moscoso, pour “manque de compétence dû au territoire dans le traitement de l’affaire habeas corpus”.

Le tribunal en question a également ordonné que l’ancien vice-président soit localisé pour être transféré ultérieurement au centre régional de réadaptation sociale Sierra Centro Norte Cotopaxi.

C’est pourquoi il a demandé que le commandant général de la police, Fausto Salinas, soit informé afin qu’il exécute cette mesure.

Après avoir appris la nouvelle, Glas a publié une vidéo dans laquelle il a assuré que “l’excès d’infamie s’est imposé une fois de plus, la pourriture d’un système judiciaire qui n’a pas d’exemple dans l’histoire de l’Équateur. Je retourne en prison et je sortirai à nouveau.”

“Ce qu’ils font contre moi est une véritable infamie qui n’a pas de précédent dans l’histoire. Ils ont largement dépassé le degré de bassesse contre une personne”, a-t-il souligné. Ensuite, il s’est rendu à la police nationale.

L’ancien président équatorien Rafael Correa a exprimé son opinion à ce sujet sur le réseau social Twitter.

“Il y a eu des pressions médiatiques et politiques sans précédent sur le tribunal de Santa-Elena, qui statue de manière retentissante contre le droit. Le mal a de nouveau triomphé, mais la victoire définitive sera la nôtre”, a-t-il déclaré.

Le 10 avril, Glas a été libéré de la prison de Latacunga après la décision du juge de l’unité judiciaire multi-compétente de Manglaralto, après avoir purgé quatre ans et six mois de prison.

Son avocat, Edison Loaiza, a déclaré que le recours d’habeas corpus avait été accordé en raison de la “situation sanitaire grave” de l’ancien vice-président.

À l’époque, le juge a établi d’autres mesures pour l’ancien vice-président autres que la prison, telles que l’interdiction de quitter le pays jusqu’à la fin de sa peine et l’obligation de se présenter le premier lundi de chaque mois à l’unité judiciaire de Guayas.

Glas a 2 condamnations fermes, l’une à 6 ans de prison pour association de malfaiteurs et l’autre à 8 ans pour corruption aggravée.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos