Guadeloupe. FRANCE RELANCELe 8ème comité territorial de pilotage et de suivi a fait point sur l’état d’avancement des travaux en Guadeloupe.

0
194

Basse-Terre, Capitale. Samedi 29 janvier 2022. CCN. Ce jeudi 27 janvier 2022, le 8ème comité territorial de pilotage et de suivi du plan de relance en Guadeloupe s’est réuni. Co-présidé par le préfet de la région Guadeloupe, le président du Conseil régional et le directeur régional des Finances publiques, le comité a fait un état d’avancement de France Relance mené depuis plus d’un an.

Pour rappel, un accord territorial avec le Conseil régional prévoit la mobilisation de 205 M€ en 2021 et 2022, dont 135 M€ minimum de crédits État et 70 M€ de crédits apportés par le Conseil régional.

Un accord départemental entre l’État et le conseil départemental a également été signé en avril, précisant l’engagement des deux parties, notamment en réponse au 3ème volet du plan de relance relatif à la cohésion sociale et territoriale. Ce sont ainsi 86,5 M€ de crédits d’investissement de la collectivité départementale qui sont mobilisés, avec un cofinancement du département de 3,8 M€ pour les contrats aidés.

Les Contrats de Relance et de Transition Écologique conclues avec les communautés d’agglomération et de communes viennent compléter la contractualisation des collectivités avec l’État.

À ce jour, 195 M€ des crédits de l’État sont programmés dont 89 M€ de crédits territorialisés prévus dans les accords avec les collectivités majeures. 46 M€ ont été payés aux collectivités, entreprises, associations du territoire guadeloupéen.

Fin d’année 2021, de nombreuses opérations étaient bien engagées dans leur réalisation, voire terminées. Ainsi, les paiements auprès des bénéficiaires ont fortement augmenté en fin d’année dernière. Les pouvoirs publics jouent ainsi leur rôle de soutien à l’économie locale et de solidarité auprès des plus fragiles.

Parmi les mesures identifiées par le plan de relance national et déclinées en Guadeloupe, les crédits mobilisés par l’État permettent la réalisation de nombreux travaux.

L’objectif de France Relance étant d’apporter une réponse rapide dans ce contexte de crise sanitaire pour le soutien à l’économie du territoire, notamment en programmant des travaux d’investissements, en apportant des aides directes aux entreprises, la plupart des investissements d’importance ont été programmés et sont en cours de réalisation.

Certaines mesures d’aide sont encore ouvertes et de nouveaux projets sont venus renforcer les dynamiques depuis la fin d’année dernière, tels que :

– la réhabilitation de friches dont l’aide est passée à 1 M € pour un total 10 opérations ;

– le soutien au développement du numérique dans les écoles éléments élémentaires pour 1,9 M€ ;

– dans le secteur de l’économie circulaire, des projets de recyclage et de réemploi (étude pour une filière textile linge chaussures, pour une ressourcerie de matériel médical), des projets liés à la gestion des biodéchets des cantines, une étude de valorisation de déchets de noix de coco et noyaux d’avocats, une unité de désemballage de biodéchets, pour une aide totale de 495 000 € ;

– le soutien aux cantines scolaires mobilisant une aide de 770 000 €, bénéficiant à ce jour à 17 communes ;

– dans le secteur du numérique avec 32 conseillers numériques recrutés dans les structures « France Services ». 10 nouveaux conseillers prendront leur poste rapidement ;

– l’accompagnement aux hébergements touristiques et à la restauration durable bénéficiant à 11 projets pour 378 000 € d’aide ;

– le soutien à 113 projets de création d’activité porté par des jeunes dans le cadre de 1jeune 1 solution pour 1 M€.

Par ailleurs, en un an, 8,3 M€ ont été programmés la distribution d’eau potable et assainissement axée fortement sur des travaux d’urgence et de lutte contre les déperditions d’eau.

Aides aux entreprises

A ce jour, plus de 729 M€ de prêts garantis par l’État ont été distribués pour 4 716 dossiers acceptés.

140,6 M€ ont été mobilisés pour prendre en charge l’activité partielle de 55 266 salariés.

248 M€ du fonds national de solidarité ont été affectés à 19 124 entreprises aidées représentant 109 000

dossiers instruits et acceptés. Les secteurs accompagnés sont notamment, l’hébergement et la restauration pour 55 M€, les commerces pour 38,5 M€.

Le Conseil régional

La région Guadeloupe s’attache également à poursuivre la mise en oeuvre des mesures propres à favoriser la relance économique du territoire.

C’est ainsi qu’en matière de soutien aux entreprises et en complément du fonds d’urgence TPE phase 2, elle a accompagné une soixantaine d’opérateurs entre octobre et novembre 2021 par le biais du fonds régional de résilience pour un montant de 1,920 M€.

Parallèlement, une enveloppe de 1 M€ a été affectée au dispositif « Pass Expert » qui met l’accent sur la nécessité d’un accompagnement professionnalisé des porteurs projets, indispensable à la pérennisation de l’activité.

Le dispositif d’avance remboursable innovation a déjà permis l’accompagnement des premiers dossiers d’entreprises innovantes afin de contribuer au développement de leur compétitivité.

En matière de soutien aux filières, les secteurs de l’agro-industrie et de l’élevage se sont ainsi vu attribués fin 2021, des aides de près de 900 000 €.

Dans le domaine de la culture, la collectivité a finalisé l’acquisition de l’ancien cinéma REX pour un coût de 1 136 400 € afin d’en faire un pôle industriel du cinéma et de l’audiovisuel.

Concernant les projets structurants, le lancement du marché global de performance de l’opération « Reconstruction du lycée Gerty Archimède » a été autorisé pour un coût total de 21,5 M€.

En matière de prévention des risques naturels, la collectivité a approuvé le projet de programmation des travaux relatifs aux ouvrages routiers et leur plan de financement pour un montant de 10 M€.

Dans le domaine de l’environnement, plusieurs projets ont été approuvés :

– la réhabilitation de la déchèterie de Capesterre-Belle-Eau pour un coût total de 1,5 M€

– l’exemplarité énergétique de la collectivité pour un montant de 270 000 € et l’installation de générateurs photovoltaïques pour 1 084 060 €

– le lancement de l’appel à projet bâtiments exemplaires en autoconsommation

Le Conseil départemental

Le département poursuit la mise en oeuvre de la tranche de travaux prévus en 2021 et initie celle programmée pour 2022.

Les engagements pris par la collectivité au titre de l’accord départemental de relance s’élèvent à 86,3 M€ dont 43M€ mobilisés au titre de 2021 sont affectés à des interventions directes sur les infrastructures départementales. Il s’agit notamment :

  • D’équipements du réseau routier départemental dont :

– La réhabilitation d’ouvrages d’art (4 opérations achevées en 2021 pour un oût de 3,8 M€).  nouveaux ouvrages d’art ont fait l’objet d’un début de travaux en fin 2021 pour un montant de 5 M€. Il s’agit des:

o Pont Misère (RD5) à Gourbeyre,

o Pont Duclos et du Bourg (RD6) à Vieux-Fort,

o Pont de Périnet (RD 119) au Gosier,

o Pont de Bouliqui (RD 102) aux Abymes.

– La sécurisation de l’aire de stationnement du site de la cascade aux écrevisses (2,5 M€) sur la RD23. Des travaux de confortement de talus et de sécurisation de cet axe viaire stratégique sont aujourd’hui en cours de démarrage.

  • De la modernisation des infrastructures portuaires avec :

– La mise en oeuvre des chantiers concernant les ports de Port-Louis et de l’anse Dumont au Gosier

– Les travaux dans les ports de Sainte-Rose et de la Désirade démarreront au 1er trimestre 2022. II s’agit de travaux d’aménagement et de sécurisation des installations intégrant la construction de locaux à destination des marins-pécheurs.

– La construction du marché aux poissons sur le port de Grand-bourg de Marie-Galante lancée en juillet 2021 qui se poursuivent.

Ces cinq opérations d’un montant 6,4 M€ bénéficient d’un co-financement européen au titre du FEAMP.

En complément, après l’obtention des autorisations environnementales, les travaux du port de Capesterre de Marie-Galante (modification des digues dans le cadre de la protection du bassin de la houle cyclonique et de l’arrivage massif de sargasses – 1 M€) débuteront au premier trimestre 2022.

  • De la préservation de sites culturels avec notamment, en cours, les travaux à la scène nationale (2,6 M€) dont la 1ère phase est aujourd’hui achevée, l’établissement ayant rouvert ses portes au public au mois de janvier 2022. Par ailleurs, dès l’obtention des autorisations administratives (en cours d’instruction), les travaux de mise en sécurité et de sauvegarde du Fort Napoléon seront engagés.
  • De la mise aux normes parasismiques et énergétiques de l’immeuble des solidarités situé au sein du parc de la Préfecture dont les travaux préalables de construction de locaux d’accueil provisoires ont démarré.
  • De la mise aux normes parasismiques de plusieurs collèges
  • Les travaux de construction d’une salle de sport et d’un restaurant scolaire au collège Nestor Kermadec à Pointe-à-pitre sont aujourd’hui achevés (2,5M€),
  • Les travaux de mise aux normes parasismiques du collège Florette MORAND de Morneà-l’eau (1,6 M€) ainsi que ceux relatifs aux installations sportives du collège Bébél de Sainte-Rose (,7 M€) sont en cours. Ils s’achèveront en 2022.
  • De la réhabilitation des aérodromes. Après la finalisation des travaux de réfection de la piste de Marie-Galante (3,5 M€) et ceux de la Désirade (2,8 M€) démarreront au premier trimestre 2022.
  • De l’aménagement de pistes cyclables :

Les études environnementales ayant été réalisées et les études projet ayant été validées, les travaux d’aménagement des pistes cyclables de la RD 118 (route de la pointe des châteaux à Saint-François) et RD 6 (Route de rivière sens à Gourbeyre) seront initiés au cours du 2ième trimestre 2022.

  • D’amélioration du réseau d’eau potable avec notamment :

Une enveloppe de 6 M€ affectée à l’identification et la réparation de fuites d’eau sur l’ensemble du territoire en collaboration avec les différentes Communautés d’agglomération. Sur cette base, un montant de travaux a été engagé de 4,5 M€ en 2021, dont 1,5 M€ exécuté. Le solde de l’engagement sera mobilisé en 2022. Des interventions supplémentaires pour un coût de 2,5M€ ont été identifiées et les travaux correspondants débuteront au cours du 1er trimestre 2022.

Après les travaux de première urgence réalisés sur le site de l’usine de moustique à Petit-Bourg, les études relatives à la réhabilitation complète du site se poursuivent.

Ces engagements se traduisent aussi par la mobilisation d’un crédit de 3,3 M€ en faveur des EPCI pour aider à la réalisation de certaines opérations d’investissement en matière d’eau potable.

Le soutien à l’investissement levier essentiel à la relance économique s’accompagne aussi par le soutien à l’emploi.

C’est pour répondre à cette impérieuse nécessité, que le Département s’est fortement engagé dans le cadre de sa politique d’insertion.

À ce titre, une enveloppe de 1 M€ a été affectée pour un complément de financement, de 500 PEC, afin de contribuer à la diminution du solde de rémunération à la charge des employeurs et ainsi rendre ces contrats plus attractifs.

Aujourd’hui 165 contrats ont été signés pour un montant de 338 000 M€, soit 33% de l’objectif.

Il en est de même du recrutement de 245 jeunes en service civique au sein d’associations, qui sera piloté par la Mission Locale. La participation départementale à cette action est de 270 000€. 24 nouveaux contrats ont été passés au mois de décembre portant le nombre total à 188 contrats civiques signés, à ce jour.

Des appels à projets nationaux et locaux sont actuellement ouverts et accessibles aux administrations, entreprises et associations guadeloupéennes. Toutes les informations sont disponibles sur le site du ministère de l’économie, des finances et de la relance (https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance) et sur la page dédiée du site de la préfecture (https://www.guadeloupe.gouv.fr/Politiques-publiques/Entrepriseseconomie-emploi-finances-publiques/FranceRelance-en-Guadeloupe).