Amérique Latine: Ça a dû être fait en secret

0
33

Amérique latine. Samedi 1 janvier 2022. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Ça a dû être fait en secret…parce qu’il y a des choses qu’on doit faire de façon cachée pour les réussir »

José Martí (Lettre à Manuel Mercado)

« L’homme nie sa terre riche,
il est son propre ennemi dans cette nouvelle guerre:
l’homme a vu son visage succomber. »

Silvio Rodríguez (L’Homme de Maisinicú)

Quand, le 20 décembre 1917, Félix Dzerzhinski, sur ordre du soviet des commissaires du peuple, a officialisé la c création de la « commission extraordinaire pan-russe pour la lutte contre la contre-révolution et le sabotage, » connue sous le nom de Tcheka, la première révolution prolétaire du monde a commencé à s’instruire sur les façons et les méthodes pour lutter dans l’ombre contre l’ennemi contre-révolutionnaire soutenu par des puissances étrangères.

Ainsi, les peuples au pouvoir ont pris note de la nécessité de se protéger des actions secrètes de l’impérialisme en réalisant des action, également secrètes, pour se défendre et se protéger.

Les révolutions qui ont triomphé en Amérique Latine ont également très rapidement appris que leur survie dépendait aussi de la création de puissantes structures de sécurité et de défense du pouvoir qu’elles avaient obtenu et qu’une partie d’entre elles, comme l’affirme Martí, devaient rester occultes. Les hommes et les femmes de la sécurité sont des combattants secrets, ils restent dans l’anonymat, souvent même ils vivent dans les entrailles de l’ennemi, ils semblent renoncer à ce qu’ils sont, n’ayant pas d visage et contemplant le monde « avec des yeux aussi profonds que des yeux de gardiens du soleil, » comme dit Silvio Rodríguez.

Au Nicaragua, les élections du 7 novembre se sont déroulées dans une paix totale, sans aucune sorte de contretemps et sans aucune violence à déplorer. Ce n’est pas la règle  en Amérique Latine et encore mois en Amérique Centrale où la violence est soutenue par les Etats-Unis et l’OEA quand les résultats ne sont pas satisfaisants pour leurs intérêts ou quand, au contraire, ils ont besoin de la violence pour accréditer des fraudes pour faire « élire » des trafiquants de drogues comme Juan Orlando Hernández au Honduras. Il faut souligner que les élections au Nicaragua se sont déroulées proprement sans actes terroristes, crimes ou intimidation qui auraient pu affecter les personnes ou les biens.

Un ami journaliste nicaraguayen consulté sur les causes de cette situation l’a dit: « La tranquillité est due à ce que les séditieux et les terroristes ainsi que les putschistes et les faux faiseurs d’opinions financés par les Etats-Unis pour provoquer la subversion se sont volatilisés de la scène politique à cause des lois et de l’Etat de droit. »

A Cuba, « l’apparition” publique de l’agent Fernando qui, en réalité, est le Dr. Carlos Vázquez González et qui, pendant 20 ans, a fait partie de la direction de certaines des plus connues organisations contre-révolutionnaires de l’Ile alors qu’en réalité, il défendait son peuple dans l’ombre, a permis de connaître, avec force détails, les plans subversifs mis au point par les agences étasuniennes à Cuba, le financement, la formation et l’armement des organisations et des individus qui lançaient des appels au terrorisme et   , agissant secrètement, cherchaient à paralyser le processus révolutionnaire cubain. L’action opportune de cet agent secret a évité  de plus grands maux.

Au Venezuela, ces jours-ci, les organes e renseignement de l’Etat ont fait avorter les sabotages que la contre-révolution cherchait à réaliser dans les entrepôts du Conseil National Electoral et à la raffinerie d’Amuay. Grâce à des actions opportunes et efficaces, on a évité que les élections de dimanche prochain 21 soient perturbées ainsi que l’économie du pays et on permis que l’une et l’autre de ces activités se déroulent tout à fait normalement.

Ainsi, pendant ces 8 derniers jours, le monde a été le témoin de façon dont au Nicaragua, à Cuba et au Venezuela, les organes de sécurité ont sauvegardé le bonheur du peuple pour faire respecter les décisions politiques que celui-ci a prise en toute souveraineté.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos