Autonomie ou indépendance : l’heure du choix sonne pour le gouvernement français ! 

0
773
Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Jean Marie Nol, économiste  qui nous soumet son billet.

Avec la crise sociétale actuelle , nous vivons la fin de deux longs cycles historiques des évolutions de la société Antillaise.  La situation en Guadeloupe se stabilise à peine et empire en Martinique que le gouvernements préparent déjà la sortie de crise. Comment ?
Non sans crainte d’abord, car rien n’est acquis : si l’économie est  en chute libre, la sortie de crise ne dépendra pas pour beaucoup de mesures ponctuelles, mais d’une solution d’ordre purement politique.
Le contexte d’apaisement de la situation est encore très incertain et beaucoup dépend de paramètres que personne ne maîtrise, comme sur la question de l’obligation vaccinale. Mais c’est précisément dans les périodes de choc d’immédiat après-crise que l’histoire s’accélère, que les bifurcations sont engagées ou pas, que les décisions prises conditionnent pour une longue période la construction du futur. L’expérience toute récente du blocage de l’économie par les syndicalistes  est source de prises de conscience et de réflexions de plus long terme sur lesquelles les élus Antillais n’ont aucune prise.
Derrière l’autonomie prônée par les élus , c’est l’indépendance qui se profile en filigrane et qui n’est plus un tabou  pour le gouvernement français.
En effet que penser des propos tenus hier par Sébastien Lecornu ministre des Outre-mer ?
Le gouvernement est “prêt à parler” de l’autonomie de la Guadeloupe, a déclaré vendredi le ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu. “Certains élus ont posé la question, en creux, de l’autonomie (de la Guadeloupe), par rapport à son statut actuel de département ou région d’Outre-mer”, a dit Sébastien Lecornu dans une allocution mise en ligne vendredi soir. Et de rajouter qu’il  n’y a “pas de mauvais débat” (comprendre en creux sur l’indépendance, car le débat sur l’autonomie a déjà eu lieu à deux reprises aux Antilles ) du moment qu’ils “servent à résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéennes et des Guadeloupéens”, .  Ne soyons pas angélique, le changement statutaire est un mal nécessaire inévitable dans le contexte actuel de malaise identitaire, de violence,  de pillages de commerces, et blocages par des barrages en Martinique et en Guadeloupe. A écouter ce matin les chaînes info en France, force est de constater qu’il y a un amalgame entre autonomie et indépendance. Il s’agit de préparer les esprits à l’indépendance à terme de la Guadeloupe et la Martinique.
Je répète que le débat sur l’autonomie a déjà eu lieu aux Antilles, donc pourquoi cette confusion avec l’indépendance et ces déclarations indignées sur les propos de Lecornu de la part de la classe politique française ?
Que ne serait il pas reprocher à l’Etat par l’écrasante majorité des guadeloupéens de ne rien faire pour une sortie politique de la crise.
Le malaise est identitaire et la solution est maintenant d’ordre politique.
Force est de constater que la revendication de la souveraineté de la Guadeloupe et de  la Martinique remonte à longtemps et le malaise identitaire  ne disparaîtra  qu’avec un statut de souveraineté pleine et entière. Mais l’indépendance n’est pas pour demain, alors entre-temps place à l’autonomie. il faudra subir et prendre son mal en patience.
L’État français demeure le maître de l’échiquier.
Et il serait vain d’imaginer pour le gouvernement des étapes intermédiaires comme l’autonomie, car le choix réside selon nous en fin de compte dans le statut quo de départementalisation aménagé par la loi 4DS ou l’indépendance. L’autonomie ne réglera aucun des problèmes de la Guadeloupe et cela le gouvernement français le subodore déjà de par l’expérience de la nouvelle Calédonie voire même de Saint Martin.
Nous n’avons pas la même histoire ni le même peuplement que la Polynésie. la nouvelle Calédonie, ou encore de Saint Martin. Dans l’esprit de Emmanuel Macron l’autonomie ce sera un marché de dupes pour  l’Etat français préjudiciable à ses intérêts de long terme. .C’est bien Emmanuel Macron qui a déclaré lors d’un voyage en Algérie que la colonisation est un crime contre l’humanité.
Ce que les Guadeloupéens doivent enfin finir par comprendre, c’est que Emmanuel Macron n’est pas un affectif. C’est un homme froid voire cynique, un financier et qui a une approche purement comptable des problèmes de la France . Emmanuel Macron fait partie de la nouvelle jeune génération de politiciens français qui n’ont aucune attache sentimentale à l’outre-mer. Au contraire ils considèrent tous que les Outre-mer coûtent trop cher à la France et ne rapportent rien en termes de richesses à la France, mais une cascade d’ennuis.
Pour le gouvernement français, le contexte historique et culturel de la départementalisation n’est plus porteur de développement économique et de stabilité politique. Pour lui, l’autonomie de la Guadeloupe ne sera pas à terme  un terreau favorable à un maintien des intérêts stratégiques de la France . Pour le gouvernement la solution finale pour la Guadeloupe réside à terme dans l’indépendance nationale en association avec la France comme pour la nouvelle Calédonie.
L’indépendance nationale de la Guadeloupe est inéluctable dans l’esprit des dirigeants de l’Etat français.
Oui la notion d’indépendance existe en germe mais de l’avis des élus il faut pas se tromper de calendrier et brûler les étapes sinon la Guadeloupe serait ingouvernable à l’image d’Haïti voire même pire. Le hic c’est que nous avons affaire à  une ambivalence culturelle de la société guadeloupéenne . Alors là, j’estime que les guadeloupéens sont frappés d’une double impossibilité : « L’impossible retour au passé et l’impossible présence à ce temps vécu du progrès. Dans son Portrait du colonisé, Albert Memmi parle lui de » douloureux décalage avec soi ».
Dans ces conditions, la nature de la tradition dont il est question mérite qu’on s’y attarde : Il s’agit de toute évidence d’une tradition réactive et défensive sur le plan identitaire , une tradition qui ne s’exerce qu’en situation de crise , une espèce de sens pratique dans l’acception de Bourdieu. D’où la question suivante : ces velléités traditionalistes intermittentes et par certains aspects erratiques, activées à l’occasion de l’adversité le plus souvent, peut-on les considérer au même titre qu’une tradition établie, spontanée et allant de soi, structurée et structurante, revendiquée et au besoin défendue ? Autrement dit, une ambivalence culturelle et d’ordre identitaire dont l’ordre des termes est aussi variable qu’instable est-elle crédible ? La deuxième question qui complète la première est celle d’identifier le registre existentiel ou les valeurs modernes sont activées et celui où se sont plutôt les valeurs traditionnelles qui sont convoquées. Formulée autrement, la question serait celle d’identifier les valeurs auxquelles le guadeloupéen recourt s’agissant de ses intérêts vitaux.
En conséquence de quoi pour la Guadeloupe, le risque réside désormais dans un amalgame du peuple entre autonomie et indépendance, et donc pour bon nombre de guadeloupéens, dans un désordre sociétal porteur d’une rupture des liens avec la France.
Mais là c’est aussi faire fi du proverbe créole suivant :   “Pis pa ka rété assi chyen mô.”… A méditer !
Jean marie Nol économiste