Guadeloupe. C’est une urgence absolue

0
416

Pointe-à-Pitre. Vendredi 19 novembre 2021. CCN. Quel responsable politique peut dire aujourd’hui sérieusement qu’il ignorait que la Guadeloupe était une véritable poudrière ?

Nous vivons dans un pays dysfonctionnel depuis trop longtemps déjà où tout le monde fuit ses responsabilités c’est la société du Masko.

Un État colonial qui refuse de comprendre que la Guadeloupe est une nation à part entière qu’il ne parvient à maintenir dans l’ensemble français que par un chantage “alimentaire” et à coups de prestations sociales destinées à traiter la misère et le chômage chronique que génère le mal développement économique.

Un État colonial qui dispose d’une justice raciste à sa disposition qui ignore les légitimes demandes de réparations pour l’esclavage et pour l’empoisonnement au chloredécone.

Une classe politique traditionnelle incapable de conduire une politique économique émancipatrice pour donnerait de l’espoir aux guadeloupéens et en particulier aux jeunes qui votent avec leurs pieds en fuyant le pays en masse.

Une économie de rente faite de monopoles et d’oligopoles qui maintient des privilèges et étouffe les initiatives innovantes souvent portées par des jeunes très talentueux qui finissent par jeter l’éponge devant le système de connivence et de passe droit en place.

Une population guadeloupéenne schizophrénique qui bien que conscient des réalités, de la corruption et des connivences continue élections après élections à élire ceux qui depuis plusieurs générations sont responsables du désastre d’aujourd’hui.

La grande majorité de notre population est prise d’une peur panique de se prendre en mains et préfère laisser le colonisateur français aux commandes de leurs destins. Des mouvements patriotiques guadeloupéens qui ne sont pas encore parvenu à faire une synthèse et proposer un calendrier clair pour l’émancipation de la Guadeloupe.

Au Masko, je préfère le biguidi, nous sommes actuellement dans un de ces biguidi de l’histoire de la Guadeloupe.
Les jeunes.sont sur les barrages n’ayons pas peur d’eux allons vers eux ils ne sont pas le problème de la Guadeloupe mais l’avenir de notre pays. Le potentiel révolutionnaire est toujours plus important chez eux que dans le reste de la population l’histoire nous l’a souvent enseignée.

Le mouvement social est en place la crise sanitaire, l’obligation vaccinale et le passe sanitaire en sont les catalyseurs.

Nous devons cette fois sortir de cette situation par une solution politique qui réécrit nos rapports avec la France.

C’EST DUNE URGENCE ABSOLUE !

Jean-Jacob BICEP
Président du Mouvement Écologique Patriotique ALYANS POU GWADLOUP