Nicaragua : L’Argentine et la Bolivie demandent à l’OEA de ne pas intervenir dans les affaires du Nicaragua

0
324

Managua. Vendredi 12 Novembre 2021. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. L’Argentine et la Bolivie ont exhorté hier l’Organisation des États américains (OEA) à ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures des pays membres, citant le droit de chaque nation de choisir son système sans ingérence ni “menaces”, alors que le mécanisme continental se prépare à débattre d’un projet de résolution sur le Nicaragua après les élections de dimanche dernier.

Les déclarations des chancelleries ont été faites le deuxième jour de la 51e Assemblée générale, la réunion annuelle de l’ hémisphère qui se tient depuis mercredi et qui se termine aujourd’hui sous forme virtuelle, avec le Guatemala comme hôte.

“Nous devons retrouver la capacité de nous mettre d’accord sur des solutions fondées sur le respect de la souveraineté et de l’égalité des États membres”, a déclaré le ministre argentin des Affaires étrangères Santiago Andrés Cafiero.

Mélanie Joly, ministre canadienne des Affaires étrangères, se référant aux élections nicaraguayennes, a déclaré que l’organisation doit “prendre des mesures”,.

Le Canada a présenté une résolution demandant au Conseil permanent “d’effectuer une évaluation collective immédiate d’ici le 30 novembre et de prendre les mesures appropriées” contre le gouvernement du Nicaragua.

Ortega a été relu dimanche pour un quatrième mandat consécutif, lors d’élections dans lesquelles il n’y avait pas de véritable compétition et avec sept des candidats de l’opposition en prison. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a condamné le “siège policier” et les “harcèlements” enregistrés le jour du scrutin.

Michael Campbell, représentant du Nicaragua, a fustigé son homologue canadien en réitérant que les élections étaient “libres”.

Antony Blinken, secrétaire d’État étasunien, a souligné qu'”une écrasante majorité d’États membres de l’OEA soutenaient une résolution condamnant les actions abusives du gouvernement nicaraguayen et s’engageaient à parler à nouveau de la question lors de cette session de l’Assemblée générale”.

(Tiré de La Jornada)

traduction Appel corrigée par Françoise Lopez pour Bolivar Infos