Amérique Latine : Observation électorale, ingérence et conflit

0
288

Amérique latine. Vendredi 12 novembre 2021. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Les missions d’observation électorale visent généralement à accompagner, à traiter les informations pertinentes sur le terrain et à donner des conclusions sur la conduite des élections selon le cadre général des règles normalisées du jeu démocratique.

Dans la grande majorité des cas, la présence de missions d’observation est cadrée par l’État qui l’a précédemment autorisée, par conséquent, son activité doit être marquée par la collaboration et le respect du système juridique du pays, et elles doivent éviter d’engager des actions ou de faire des déclarations susceptibles d’affecter la crédibilité des institutions électorales du pays ou de bénéficier directement à un concurrent au détriment de l’autre.

Cependant, bien qu’elles doivent être régies par ces principes, les missions d’observation des puissances occidentales dépassent généralement les limites institutionnelles de leurs fonctions précédemment convenues, devenant une ressource asymétrique d’ingérence et de perturbation des scrutins.

Les missions d’observation électorale des centres du pouvoir occidental partent d’un parti pris néocolonial qui établit une ligne de démarcation entre les pays observateurs et les pays observés : les premiers font appel à une prétendue supériorité démocratique qui les autorise à surveiller, arbitrer et même décider si dans les autres pays un ensemble de principes et de règles prédéfinis par ces centres de pouvoir est respecté.

Dans de nombreux cas, ces missions ont déclenché une politisation, alimenté des positions extrêmes et même favorisé des coups d’État, tandis que la gestion politique des conclusions de l’observation encourage l’affrontement.

L’un des cas les plus marquants à cet égard a été celui des élections en Ukraine en 2004, qui ont opposé Victor Ianoukovitch (candidat à la réélection) à Victor Iouchtchenko (chef de l’opposition). Bien que Ianoukovitch ait remporté le deuxième tour avec 49,42 % des voix, contre 46,7 % pour l’opposant, la mission électorale dirigée par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a dénoncé une fraude généralisée lors des élections, accusé l’autorité électorale du pays européen de ne pas créer un contexte favorable à la transparence et déclaré qu’ Au premier tour, la mission d’observation de l’OSCE avait déjà signalé des irrégularités, ce qui a créé des conditions psychologiques et une ignorance institutionnelle favorables à la décision sur la fraude.

Cela a encouragé l’opposition à descendre dans la rue, ce qui a cédé la place à la soi-disant “révolution orange”, une révolution de couleur inspirée du modèle de Gene Sharp qui cherchait à renverser Ianoukovitch par de violentes protestations, une infiltration dans les forces de sécurité et des appels extérieurs à la non reconnaissance des élections. Le climat de soulèvement et de protestation, déformé par les médias et soutenu par les puissances occidentales, a forcé à refaire les élections, cette fois avec une mission électorale renforcée par le complot du coup d’État, que Iouchtchenko a remportées avec une faible marge.

En 2006, lors des élections présidentielles au Bélarus où Alexandre Loukachenko a gagné avec une large marge de différence, la mission d’observation électorale de l’OSCE a dénoncé le fait que les élections ne répondaient pas aux normes de l’instance pour être qualifiées de transparentes. La mission a soutenu cet argument basé sur des éléments latéraux qui allaient au-delà du scrutin lui-même, sur lequel elle n’avait pas beaucoup de critiques. Ses conclusions ont été tirées d’évaluations subjectives et générales sur les questions de liberté de la presse, de campagne d’opposition et de performance des services de sécurité dans la défense de l’ordre public.

La dénonciation de la mission électorale, comme en Ukraine, a chauffé l’esprit de l’opposition et de ses dirigeants, qui ont tenté de reproduire l’expérience de la “révolution orange” en menant des camps de fortune devant les institutions et en appelant à des manifestations qui ont été rapidement désactivées, mais qui étaient destinées à créer un climat de discrédit général des élections afin d’accumuler de la force dans les rues et d’initier un cycle de violence de rue qui s’est terminé comme en Ukraine.

En 2011, les élections législatives au Nicaragua, au cours desquelles le président et les députés de l’organe législatif national devaient être élus ont également été marquées par des actions de pression et d’ingérence. Les missions électorales de l’Union européenne (UE) et de l’Organisation des États américains (OEA) ont assisté au scrutin.

La réélection de Daniel Ortega à la présidence avec plus de 60 % des voix et de son parti, le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) à la législature, n’a pas empêché les conclusions finales des deux missions de chercher à discréditer le processus et la victoire de la première force politique du pays, en utilisant des accusations secondaires qui ne concernaient même pas la vraisemblance des résultats.

La mission de l’OEA a averti qu’il y avait des situations “inquiétantes”, telles que le fait de ne pas avoir autorisé certaines ONG à surveiller les élections . Elle a également exigé que la Cour suprême de justice résolve les disqualifications des candidats de l’opposition et modifie également la présence des partis dans les commissions de réception des votes, fondamentales dans le traitement des votes. Les déclarations de l’OEA impliquaient une ingérence dans les affaires intérieures du pays d’Amérique centrale et une tentative pour perturber sa dynamique institutionnelle interne en termes de gestion de la situation électorale, sous le principe d’un discrédit indirect du processus électoral, en utilisant des facteurs secondaires qui n’ont aucune incidence sur l’expression finale de la souveraineté populaire.

Pour sa part, la mission de l’UE a enregistré un ensemble d'”anomalies” dans son rapport final qui cherchaient à catapulter l’effet de discrédit initié par l’OEA. Dans le texte écrit par les observateurs, la mission européenne a attaqué le Conseil électoral suprême pour des lacunes dans les listes électorales, des retards dans l’accréditation des témoins et des problèmes liés à la délivrance des cartes d’identité. Ces lacunes n’ont pas été considérées par la mission comme des complications techniques mais comme un “obstacle au pluralisme” grâce à une lecture politisée et interventionniste, loin de la neutralité requise de la part des observateurs par le propre code de conduite de l’Union européenne.

Le cas le plus alarmant de l’utilisation des missions d’observation électorale comme outils de coup d’État est sans aucun doute celui de l’État plurinational de Bolivie, où l’OEA a joué une rôle de choix dans la création des conditions d’un changement de régime violent lors des élections générales de fin 2019.

Le rapport final de l’audit de la mission a déterminé, à travers des échantillons déformés et d’autres échantillons ouvertement fabriqués, que la paralysie du dénombrement du système TREP violait les résultats des sondages et rendait impossible de vérifier si les résultats qui ont donné la victoire au premier tour au président candidat à sa réélection, Evo Morales, étaient transparents.

La mission a également déclaré que des actes malveillants ont été commis lors du vote après la modification des signatures du procès-verbal et la falsification des jurys de la table, c’est pourquoi l’instance a déclaré qu’il existait une fraude.

Le rapport de mission a exacerbé la politisation qui avait déjà marqué l’agenda électoral et a servi d’impulsion à la mobilisation et donné une légitimité politique au complot de coup d’État qui avait déjà été préparé par l’extrême droite de Santa Cruz, et qui était destiné à provoquer le renversement du président Evo Morales et à inaugurer un cycle de persécution politique et d’état de siège pour faire disparaître le Mouvement vers le socialisme (MAS, le parti de Morales) du panorama politique du pays.

Les motivations politiques et la fragilité de l’audit de l’OEA ont rapidement été révélées, après après que divers centres de recherche indépendants aient conclu que certains problèmes dans les bureaux de vote , qui avaient été déformés, n’avaient pas beaucoup d’impact sur la victoire de Morales, de sorte que la décision concernant la fraude manquait de preuves solides.

traduction Appel corrigée par Françoise Lopez