Nicaragua : Daniel Ortega rencontre Juan Orlando Hernández

0
359

Managua. Lundi 1 novembre 2021. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Les présidents du Nicaragua et du Honduras, Daniel Ortega et Juan Orlando Hernández, ont tenu mercredi après-midi une réunion surprenante à Managua au cours de laquelle ils ont signé des décrets concernant les limites dans la mer des Caraïbes et du golfe de Fonseca fixées par La Haye il y a des années. Cette réunion surprenante a eu lieu quelques semaines avant les élections générales dans les deux pays, au cours desquelles le président sandiniste conservera le pouvoir après que l’opposition ait annoncé qu’elle n’y participerait pas à la suite de l’arrestation de plusieurs de ses dirigeants, et au moment où le Hondurien achève son mandat éclaboussé par des dénonciations concernant ses liens avec le trafic de drogue.

Hernández sort du pouvoir avec les États-Unis à ses trousses, moins d’un an après que son frère, l’ancien député Tony Hernández, ait été condamné à la prison à perpétuité par un tribunal fédéral de New York. La justice de New York a prouvé que Tony Hernández a fait le trafic de drogue du Honduras vers les États-Unis pendant 12 ans. Le parquet a même décrit le Honduras comme un “narco-Etat” car il soutient que le président aurait conspiré avec son frère.

Les accusations de trafic de drogue qui pèsent sur les frères Hernández ternissent les élections au Honduras, qui sont perçues comme l’approbation “de l’autocratie combinée à un narco-État”. Le Parti national, dirigé par le président sortant, n’est pas le seul à être considéré avec suspicion. Jennifer Avila, directrice du média hondurien Contracorriente, a écrit une analyse dans laquelle elle souligne qu'”un ancien condamné pour crimes internationaux liés au blanchiment d’argent, un maire faisant face à un procès préliminaire sur le fond et une candidate qui se présente pour la deuxième fois, sont les principaux candidats à la course à la présidence”. Il s’agit de Yani Rosenthal pour le Parti libéral, Juan Nasry Asfura pour le Parti national et Xiomara Castro pour le Parti de la liberté et de la refondation fondé après le coup d’État de 2009. “À cette occasion, l’opposition au parti au pouvoir n’a pas réussi à concrétiser une alliance politique comme celle de 2017 et, avec les lacunes juridiques des nouvelles institutions électorales, les élections sont présentées comme un processus obligatoire mais inutile, étant donné qu’il s’agit de l’autocratie hondurienne”, a déclaré Ávila.

Perplexité face aux traités signés

L’apparition de Juan Orlando Hernández et Daniel Ortega à Managua a provoqué la perplexité. “Nous avons une surprise, une bonne surprise, c’est que nous rencontrons la délégation du peuple frèrel et du gouvernement du Honduras, une délégation dirigée par son président Juan Orlando Hernández, nous vous souhaitons la bienvenue dans notre patrie”, a déclaré le dirigeant sandiniste. À ce moment-là, on a pensé que les deux pays ouvriraient les frontières pour que les Nicaraguayens se rendent sans restriction dans le pays voisin pour se faire vacciner contre le COVID-19, comme cela s’est produit ces dernières semaines.

En l’absence de doses au Nicaragua, ses citoyens s’entassent en masse dans les villages frontaliers pour recevoir des vaccins après que le gouvernement Hernández l’ait décidé. Cependant, la réunion entre les présidents n’avait pour rien à voir avec cela mais, par contre, on a signé des décrets de délimitation des frontières entre les deux pays datant de 1960, avec les sentences du tribunal international et ce problème faisait régner de fortes tensions entre le Nicaragua, le Honduras et le Salvador.

Le grand absent à cette rencontre était le président salvadorien Nayib Bukele, qui a actuellement un différend avec le Honduras dans le golfe de Fonseca, une zone frontalière partagée par les trois nations. La lutte concerne l’Ile du Lapin, un rocher de moins d’un kilomètre carré dont les deux pays se disputent la souveraineté depuis plusieurs années. Les opposants à San Salvador et Tegucigalpa soutiennent que le conflit entre Hernández et Bukele est un “rideau de fumée” destiné à détourner l’attention des problèmes internes de chaque pays.

Quelques heures après la signature du traité d’Ortega-Hernández, Bukele a envoyé un message sur Twitter, citant un message de la Maison présidentielle du Honduras : “Que pensez-vous que le New York Times, le Washington Post et leurs médias connexes diraient si j’avais signé ce même traité géopolitique identique avec Ortega ? Exactement. Que disaient les démocrates à la Maison Blanche ? »

La rencontre entre Ortega et Hernández a suscité toutes sortes de soupçons sur les réseaux sociaux. Les utilisateurs essaient de comprendre le contexte d’une réunion aussi surprenante et inhabituelle. En bref, beaucoup conviennent que les deux dirigeants ont le même but : essayer d’affronter Bukele pour détourner l’attention de leurs élections. Alors que d’autres pensent que le président hondurien essaie “d’assure d’obtenir l’asile et la nationalité nicaraguayenne” quand il quittera le pouvoir.

traduction Apple corrigée par Françoise Lopez