Les leaders africains de la caricom identifient les domaines de coopération lors du premier sommet historique.

0
607

Secrétariat de la CARICOM, Turquie, Grand Georgetown, Guyane. Jeudi 9 septembre 2021. CCN – Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et de l’Afrique se sont engagés à renforcer la collaboration et l’unité et à favoriser l’augmentation du commerce, des investissements et de -l’engagement des personnes entre les deux Régions.

L’engagement a été pris lors du premier sommet historique CARICOM-Afrique organisé par le Kenya et tenu virtuellement le 7 septembre 2021. Son Excellence Uhuru Kenyatta, président du Kenya, président de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OACPS) a présidé le sommet qui y ont participé des chefs d’État et de gouvernement ainsi que des chefs de secrétariats et d’institutions d’intégration régionale de la CARICOM et de l’Afrique.

Les orateurs au Sommet ont noté sa nature historique et que les liens culturels et politiques africains et caribéens sont profondément ancrés sur la base d’une histoire et d’une culture partagées, ainsi que d’un sentiment d’identité commune. Ils ont cité des expériences historiques communes qui ont inspiré le Mouvement panafricain défendu par les Africains et la diaspora et qui ont jeté les bases d’une relation afro-caribéenne riche et dynamique. Les dirigeants ont exprimé l’opinion qu’ils étaient obligés de s’appuyer sur cette vision. Il a également été noté que ce premier sommet se tenait pendant la Décennie internationale des Nations Unies pour les personnes d’ascendance africaine.

Les domaines clés de coopération et de collaboration possibles ont été identifiés par les deux parties. Dans sa déclaration lors de la séance d’ouverture, l’Honorable Gaston Browne, Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda et président de la Conférence des chefs de gouvernement de la CARICOM a proposé que le 7 septembre soit célébré comme la « Journée Afrique-CARICOM » avec un sommet organisé chaque année à cette date. . Il a également proposé la création d’un Forum des Territoires et Etats d’Afrique et des Caraïbes (FAITS), la codification d’une Charte Fondatrice et d’un Mémorandum d’Opération du Forum, un accord multilatéral sur les services aériens, et une protection des investissements et une double imposition accord entre les États africains et de la CARICOM.

Le président Kenyatta, dans sa déclaration à l’ouverture, a cité l’économie bleue, le changement climatique, la santé et le Covid-19, la viabilité de la dette et la technologie comme des domaines sur lesquels les régions pourraient travailler ensemble.

Au cours des discussions, les dirigeants ont souligné l’importance d’exploiter l’économie bleue pour stimuler la croissance et le développement. Ils se sont également engagés à favoriser l’augmentation du commerce et des investissements par le biais d’accords spécifiques et l’amélioration des liaisons de transport entre les deux régions. Cela pourrait inclure la suppression de l’exigence de visas pour les ressortissants de la CARICOM et des pays africains.

Les dirigeants ont indiqué leur soutien à la mise en place d’un partenariat public-privé CARICOM/Afrique dédié à la mobilisation des ressources et à leur déploiement dans des projets critiques de pointe, notamment les énergies renouvelables, les industries créatives et la technologie numérique. Ils ont appelé à la création d’une plate-forme ou d’un mécanisme de médias de masse électronique conjoint CARICOM/UA pour faciliter la circulation des nouvelles, de l’information et de la programmation artistique entre la CARICOM et l’Afrique. Sur le plan institutionnel, ils ont proposé la création d’un Forum Afrique-Caraïbes et la rédaction d’une Charte Afrique-Caraïbes et d’un Mémorandum d’accord pour étayer la relation.

Les chefs d’État et de gouvernement se sont déclarés préoccupés par la mutation et la propagation du virus Covid-19 et ses effets sur la santé des populations ainsi que sur les infrastructures sanitaires. À cet égard, ils ont appelé à un accès accru aux vaccins et au renforcement des capacités de fabrication pour produire des vaccins en Afrique et dans la CARICOM grâce à une renonciation aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins Covid-19. La contribution de la Plateforme Africaine de Fournitures Médicales (AMSP) dans la mise à disposition des vaccins à la CARICOM a été saluée.

La menace existentielle posée par le changement climatique a été reconnue et il y a eu un accord sur la nécessité pour la communauté mondiale d’agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique à moins de 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels.

Ils ont soutenu une approche commune des négociations lors de la COP26 qui se tiendra au Royaume-Uni en novembre.

Il y avait un fort soutien pour le multilatéralisme et le renforcement et la réforme des institutions multilatérales pour devenir plus inclusives afin de refléter le monde post-colonial. Les dirigeants ont réitéré leur engagement envers les objectifs de développement durable. Tout en saluant l’Initiative de suspension du service de la dette, ils ont souligné la nécessité d’un allégement de la dette.

Ils ont également appelé à la fin de l’embargo économique illégal et injuste contre Cuba et des sanctions contre le Zimbabwe.

Les chefs d’État et de gouvernement ont convenu de participer pleinement à la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies à la fin du mois pour commémorer le 20e anniversaire de la « Conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme 2001 », et d’utiliser conjointement cet événement pour faire avancer la revendication de Les réparations dans le cadre des processus des Nations Unies.

Le Sommet s’est terminé par un mandat pour l’institutionnalisation de la coopération entre le Secrétariat de la CARICOM et la Commission de l’Union africaine.