Pérou : Pedro Castillo dans la tourmente

0
168

Lima. Samedi 4 septembre 2021. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président du Pérou a déjà dû faire face à des scandales, des accusations disant que ses collaborateurs sont proches du Sentier Lumineux et à la démission de son ministre le plus important. Et bien que l’opposition de droite le torpille, la semaine dernière, il a ontenu la confiance du Congrès pour son cabinet.

Après sa victoire aux élections présidentielles lors desquelles il a affronté l’une des contre-campagnes les plus importantes de ces derniers temps, – qui a réuni les grands médias à la botte de la classe politique et des secteurs du patronat – Pedro Castillo a dû affronter essentiellement 2 grandes défaites : son groupe n’a pas réussi à avoir un poste dans la direction du Congrès ni à la présidence des commissions stratégiques pour faciliter son travail au Pouvoir Exécutif. Seulement 19 jours après son investiture, son ministre des Relations Extérieures, Héctor Béjar, s’est vu forcé de démissionner au milieu d’un scandale politique déchaîné par ses déclarations sur le terrorisme dans le pays.

Le Congrès de la République a accordé sa confiance à son premier cabinet ministériel qui pourra donc rester en fonction. Ce n’est pas rien mais ce qui, dans le passé, aurait signifié que les parlementaires soutenaient les ministres désignés et par conséquent, aurait apporté une certaine tranquilité au Gouvernement ne représnete pas forcément la même chose en ce moment. D’autres variables se sont ajoutées au calcul politique des membres du Congrès.

Après avoir accordé sa confiance, un des groupes d’opposition a annoncé que l’étape suivante serait la destitution de plusieurs ministres : « Nous allons les achever un par un, » ont déclaré des membres de Rénovation Populaire. On ne sait pas vraiemnt si cela pourrait arriver mais le départ de l’un d’entre eux, le minsitre du Travail, est presque certain.

Le début de Castillo

Dans son premier message à la nation, après avoir été investi pour la période 2021-2026, Castillo a étendu l’invitation qu’il avait faite aux secteurs d’opposition 10 jours auparavant, un peu avant d’être déclaré vainqueur du second tour : « J’appelle nos opposants politiques, la chef de Force Populaire [Keiko Fujimori], à ne pas mettre plus d’obstacles à l’avancée de ce pays. Bienvenue à cet espace pour faire un Gouvernement de tous les Péruviens (…) Nous partageons ensemble cette lutte pour un Pérou plus juste et digne, » avait-il déclaré.

Son discours avait été considéré comme consensuel. Il n’abandonnait pas se sidées de changement mais garantissait qu’il ferait tout dans le cadre de la Constitution en vigueur. Il s’engageait même à ce que l’initiative d’Assemblée Nationale Constituante destinée à rédiger uen nouvelle Constitution – l’une de ses promesses de campagne les plus polémiques – passe par le Congrès. La situation a semblé changer le lendemain, quand il a fait prêter serrment au président du Conseil des Ministres. Le choix de Guido Bellido, député du parti au pouvoir et ancien secrétaire général du parti Pérou Libre pour la région de Cuzco, a été une grosse surprise même pour les ministres qui ont fait partie de son cabinet quelques heures plus tard.

Les médias n’ont pas tardé à faire connaître les antécédents les plus discutables du nouveau premier ministre. Bellido est l’objet d’une enquête préliminaire pour le délit d’apologie du terrorisme et plusieurs phrases qu’il a écrites sur les réseaux sociaux il y a des années, qui ont rapidement tourné en boucle, ont mis en évidence son homophobie.

Dans les médias, le « cabinet Bellido » a commencé à être appelé « cabinet de choc. » On a dit qu’avant sa formation, il avait déjà causé un choc et était destiné à en produire un autre. Le premier choc a été interne : le refus d’Aníbal Torres et Pedro Francke, les ministres de la Justice et de l’Economie prévus, d’assumer leur charge après qu’ils aient appris qui présiderait le Conseil des Ministres. Le second choc a été extérieur et le soi-disant motif de sa nomination : forcer le Congrès à refuser sa confiance. Dans ce cas, l’article 134 de la Constitution donne la possibilité au président de la République de dissoudre le Congrès si celui-ci refuse 2 fois sa confiance. Selon certains, par ces nominations, Castillo cherchait à mettre les parlementaires dans les cordes.

Ce qui est sûr, c’est que cette stratégie sophistiquée n’a jamais existé bien que dans la pratique, refuser la confiance, c’était s’approcher d’une éventuelle dissolution. Le « cabinet de choc » a plus été une tentative pour former un cabinet de consensus entre les différentes gauches. La première altercation a mis en lumière les nuances et les divergences entre elles. Torres et Francke ont finalement prêté serment le lendemain, après une intense négociation. Francke, qui a été, pendant le second tour la garantie de Castillo vis à vis des secteurs qui voyaient en lui un danger pour la stabilité macro-économique, était comme une épingle au revers de sa veste sur lequel aurait été écrit « égalité. » Par ailleurs, dans un twitt publié le lendemain de son investiture, il s’était engagé à soutenir « une lutte ferme contre le sentier assassin. »

La configuration du « cabinet Bellido » était la suivante :

Pérou Libre, le parti au pouvoir obtenait la présidence du Conseil des Ministres et 2 ministères

Nouveau Pérou, le mouvement dirigé par Verónika Mendoza : 2 ministères

Ensemble pour le Pérou : 1 ministère

Front Large : 1 ministère

Renaissance Nationale Unie : 1 ministère

Il y avait, en outre, des représentants de divers syndicats et de diverses organisations sociales. Par exemple, le dirigeant du syndicat de l’enseignement Iber Maraví appartenant à la faction opposée au Syndicat Unitaire des Travailleurs de l’Education du Pérou (SUTEP) a été nommé ministre du Travail et de la Promotion de l’emploi. Víctor Maita, secrétaire de la Fédération Agraire Révolutionnaire Túpac Amaru de Cusco (FARTAC), a eu le ministère du Développement Agraire et de l’Arrosage.

Il y avait aussi des personnalités de la gauche péruvienne comme le sociologue Héctor Béjar et plusieurs indépendants proches du Présdient.

Les remises en question du gouvernement par lapresse et les secteurs d’opposition peuvent être séparés en 2 : d’une part, on critique certains minsitres pour leur peu d’expérience dans leur domaine ou parce que bien qu’ils en aient, ils en sont pas considérés comme aptes à assumer cette responsabilité. On a formulé ce genre de critiques envers le ministre de la Défense Walter Ayala, avocat et ancien président de la Commission d’Ethique du Collège des Avocats de Lima qui, au moment de prendre ses focntions, ne connaissait pas du tout ce secteur. Le ministre des Transports,et des Communications, Juan Silva, qu’on a lié à une entreprise de transports sanctionnée pour avoir prêté ses services illégalement, a eu à affronter aussi ce genre de critiques. De plus, dans ce ministère, on a réalisé des nominations discutables dont certaines, face au scandale médiatique, ont été laissées sans effet.

D’autre part, on trouve des critiques motivées par le rejet des idéologies politiques des ministres. Comme on l’a déjà dit, Castillo a réussi à réunir dans son cabinet tout le spectre politique de gauche dans une situation de polarisation dans laquelle les forces de droite – qui, pendant le second tour ont eu un discours anticommuniste contre lui – sont réunies au Congrès. Cette pluralité des gauches amène sur la scène nationale des positions politiques qu’on n’avait jamais entendues jusque là, qui ont été margianlisées par le radicalisme de leur discours et même qualifiées de terroristes.

Les accusations concernant le Sentier Lumineux

« Le ministre du Travail a des liens avec le Sentier Lumineux » a été le gros titre d’un journal national 2 jours seulement après la prestation de serment des ministres. Il était question d’Iber Maraví, dirigent enseignant d’Ayacucho qui, des années auparavant, avait accompagné Castillo lors des grèves nationales de son syndicat. On accusait Maraví d’être l’un des fondateurs du Comité National de Réorientation et de Reconstruction du SUTEP (CONARE), une faction d’opposition au syndicat officiel des enseignants qui, selon la direction de la Police Nationale contre le Terrorisme, est le « second bras politique » du groupe subversif Sentier Lumineux.

Mais le scandale le plus important est l’enquête préliminaire pour le délit présumé d’apologie du terrorisme à laquelle est confronté le président du Conseil des Ministres. Les enquêtes judiciaires ont débuté en avril – pendant la campagne pour le second tour – suite à des déclarations qu’il a faites lors d’une interview à la télévision quand il a été interrogé sur une publication qu’il a faite sur son compte Facebook en 2017 dans laquelle il rendait hommage à Edith Lagos, un jeune membre du Sentier Lumineux, morte au début du conflit armé interne et à l’enterrement de qui des milliers de personnes ont assisté à Ayacucho. «  Le Sentier Lumineux a été un ensemble de Péruviens qui a pris un chemin avec lequel nous avons des divergences, un chemin pour lequel ils voulaient prendre le pouvoir par la force(…). Ils ont réalisé des actes terroristes et les actes terroristes, aussi bien le Sentier Lumineux que les Forces Armées en ont fait, » avait écrit Bellido.

Ces scandales ont affaibli le Gouvernement de Castillo. D’une aprt, il a perdu des alliés qu’il avait au Congrès et d’autre part, il a subi des attaques de l’opposition parlementaire qui a encouragé – sans réussir à les faire passer – des motions destinées à déclarer ces nominations comme « actes immoraux » du président Castillo, ce qui a amené, encore une fois, dans le débat public, l’article 133 de la Constitution contesté sur la destitution du président pour « incapacité morale permanente. »

L’opposition a profité de la situation pour frapper constamment le Pouvoir Exécutif. Et elle a réussi. Selon un sondage d’opinion réalisé par IPSOS au mois d’août, 57% des personnes interrogées considéraient que des sympathisants du Sentier Lumineux ou du Mouvement pour l’Amnistie et les Droits Fondamentaux (MOVADEF) étaient présents dans le Gouvernement. 83% considéraient que tous ceux qui sympathisent avec ce groupe subversif devaient être retirés du Gouvernement.

Selon cers accusations, dans la proximité du Gouvernement avec le Parti Communiste du Pérou-Sentier Lumineux se trouverait aussi bien le secteur de l’enseignement, lié directement au passé syndical du président que dans l’idéologie de gauche radicale que représenterait Pérou Libre.

Le syndicat des enseignants

Dès que Castillo a attiré l’attention de la politique nationale en 2017 e tant que dirigeant de la grève des enseignants qui a duré 75 jours et a été suivie par 70% des enseignants du servie public à l’échelle nationale, il a été accusé d’avoir des liens avec le Sentier Lumineux. « Nous avons un sérieux problème. Il y a une petite minorité de dirigeants enseignants qui ont des liens évidents, prouvés, avec le Sentier Lumineux, » déclarait alors le ministre de l’Intérieur et il indiquait – parmi d’autres dirigeants – l’actuel président.

La preuve qui incriminait Castillo et les autres dirigeants enseignants était qu’ils appartenaient soi-disant au CONARE, une faction dissidente du SUTEP qui suivait la ligne du marxisme orthodoxe qui, comme nous l’avons déjà dit, est une variante d’opposition à la direction du syndicat officiel des enseignants. Les professeurs de la gauche la plus radicale qui se regroupaient dans le CONARE, parmi lesquels se trouvaient certains anciens militants du Sentier Lumineux qui, après avoir purgé leurs peines pour terrorisme, cherchaient à se réintégrer dans la société, suivaient la ligne de l’idéologie de classe.

Après les grandes grèves dirigées par un membre de CONARE dans le dos du syndicat officiel –entre 2003 et 2007–, le Gouvernement et les médias ont commencé à signaler que le secteur de l’enseignement était infiltré par le Sentier, ce qui, d’après eux, excitait les enseignants. La preuve que le Gouvernement accusait le CONARE d’être infiltré par le Sentier Lumineux a été faite en 2011 quand le Mouvement pour l’Amnistie et les Droits Fondamentaux (MOVADEF) a voulu s’inscrire en tant que parti politique officiel.

Le MOVADEF est une organisation fondée 2009 par les avocats de Abimael Guzmán, le chef du Sentier Lumineux, pour, parmi d’autres objectifs, stimuler la consigne de la faction du Sentier Lumineux qui, en 1992, a abandonné les armes et a parie sur un accord de paix : « solution pacifique, amnistie générale et réconciliation nationale. » « Ceux qui ont purgé leur peine ont le droit de participer à la vie politique du pays, » a déclaré l’un des avocats de Guzmán en annonçant la création du mouvement politique. Mais cela ne s’est pas concrétisé. Le Jury National des Elections a rejeté la demande sous prétexte que « le marxisme-léninisme-maoïsme-pensée de Gonzalo» que suivait le groupe impliquait « des actes de violence contraires à a Constitution Politique de l’Etat. »

Sur les 350 000 signatures présentées par le MOVADEF pour se constituer en tant que parti politique, 4 819 étaient des signatures d’enseignants. Un travail de renseignement de la Police a pu déterminer qui étaient les membres de l’organisme qu’ils ont commencé à appeler « bras légal du Sentier Lumineux. » Certains des anciens condamnés pour terrorisme étaient membres du MOVADEF et, en même temps, du CONARE, ce qui a conduit à la thèse officielle disant que cette organisation était une tentative du Sentier Lumineux pour s’infiltrer dans le secteur de l’enseignement. Mais, comme le dit le journaliste chercheur Gerardo Saravia, « si on tient compte du fait que les activistes organiques du MOVADEF présents dans l’enseignement étaient moins de 15, cette thèse est peu crédible. »

En 2017, les groupes opposés au syndicat officiel des enseignants souhaitaient engager une grève des enseignants. On a fini par approuver une loi qui établissait de nouvelles conditions pour suivre une carrière d’enseignant public, loi rejetée unanimement par le syndicat. Pedro Castillo fut choisi pour représenter tous les enseignants de base pendant cette grève. Cette fois, le dirigeant choisi n’appartenait pas au CONARE car les enseignants savaient que dans le cas contraire, on chercherait à discréditer leurs revendications. Mais le CONARE et certains de ses membres appartenant aussi au MOVADEF ont soutenu l’instituteur Castillo.

Une apologie ?

Les réponses que Bellido a faites lors d’une interview dans une émission régionale ont favorisé la mise en place de l’enquête préliminaire puisque – comme on peut le lire dans le document sur lequel s’appuie le Ministère Public – il n’a pas qualifié les membres du Sentier de « terroristes mais de Péruviens qui se sont trompés, c’est à dire, des gens qui ont commis n’importe quelle erreur habituelle, c’est pourquoi ils ont les mês droits que tout le monde. »

Dès le début du conflit armé interne, dans les années 1980, et à mesure que la violence politique augmentait, divers secteurs ont accusé la gauche légale d’être une « façade du terrorisme. » Avec le retour de la démocratie en l’an 2000, cette suspicion ne s’est pas éteinte. Bien que depuis plus de 20 ans, on n’ait enregistré aucun attentat contre l’Etat péruvien et qu’il n’existe aucun groupe subversif en activité, actuellement, on utilise ces craintes pour porter des coups aux candidats anti-système, en particulier pendant les campagnes électorales. Ni sa condition d’ancien militaire ni son refus d’être considéré comme un candidat de gauche n’ont épargné cette sorte d’accusations à Ollanta Humala quand il s’est présenté aux élections de 2016 et de 2021. Les réponses à ces accusations sont des condamnations constantes et des rejets catégoriques du Sentier Lumineux et du Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru (MRTA).

Mémoire et proximité

Dans son livre Sur les héros et les victimes, le critique littéraire Juan Carlos Ubilluz identifie 3 discours concernant le conflit armé interne dans la société péruvienne : le « discours de la sécurité nationale » qui soutient que pendant les années 80 et 9à, le pays a subi une attaque terroriste et que ce sont les forces de l’ordre qui nous en ont lib&érés ; le « discours subversif » – aujourd’hui minoritaire – qui soutient que pendant 2 décennies, s’est livréeune guerre révolutionnaire qui, finalement, a échouée ; det ce qu’on appelle le discours du « tournant éthique, » uneposition critique face aux 2 positions précédemment évoquées qui dénonce et rejette les mauvaises conduites humanitaires aussi bien des groupes d’insurgés que des forces de l’Etat. Pour Ubilluz, le tournant éthique est la position de la gauche péruvienne. Mais cette gauche qu’il évoque est celle qui, dans le programme de Pérou Libre, est appelée « gauche de la capitale » : la gauche réformiste qui, jusqu’à l’arrivée surprise de Castillo au pouvoir, était la seule présente dans lapolitique du pays.

Pérou Libre se qualifie de « courant de la gauche de province [qui a débuté] en tant que mouvement régional pour ensuite se constituer en parti de portée nationale. » Et effectivement, elle est plus développée politiquement dans les régions et dans les syndicats, les espaces avec des dynamiques et des codes différents, dans lesquels, 20 ans après la fin du conflit, on coexiste avec ceux qui, dans le passé, se sont levés, en armes. Ce n’est pas la première fois qu’une position non déshumanisante pour les anciens condamnés pour terrorisme apparaît dans la politique péruvienne mais il est difficile aujourd’hui, de l’exclure du débat public comme cela a été fait dans le passé.

Même si un petit secteur discute à propos de ls réinsertion sociale des condamnés pour terrorisme et même de la nécessité de décriminaliser le MOVADEF, les attaques des politiciens d’opposition et des grands médias qui, pendant la campagne du second tour, on fait à nouveau leur couverture contre le candidat de Pérou Libre envers le Gouvernement font que ce n’est pas le moment le plus propice pour ce débat.

La force suffisante ?

Castillo achève son premier mois de gouvernement avec 38% d’approbation, 15 points de moins que le mois dernier, c’est pourquoi il ne semble pas avoir la force suffisante pour soutenir les nominations les plus contestées par l’opinion publique. Mais il n’y pas non plus de stratégie pour le faire. Il était facile de supposer que la désignation de Bellido, Maraví et Béjar causeraient une forte opposition mais le Pouvoir Exécutif a opté pour garder le silence face aux attaques contre ses ministres.

La démission de Béjar du ministère des Relations Extérieures est a conséquence de ce comportement. Même si son passé de guérilléro de l’Armée de Libération Nationale (ELN) l’a fait critiquer dès qu’il a été en charge de la chancellerie, le scandale qui a motivé son départ a été provoqué par des déclarations sorties de leur contexte par un média. Béjar a été accusé d’avoir rendu la Marine de Guerre responsable du début du cofnlit armé interne car, en novembre 2020, il avait déclaré que « le terrorisme, au Pérou, c’est la marine qui l’a commencé et cela peut être prouvé historiquement. Ils ont été entraînés pour cela par la CIA. » Le scandale a été énorme, au point que la Marine de Guerre, sans consulter le ministre de la Défense, a publié un communiqué déplorant ces affirmations et lui a envoyé une lettre notariée da,s laquelle elle lui demandait de rectifier ses déclarations. En réalité, Béjar faisait allusion aux attentats contre des diplomates et des amiraux qui soutenaient Juan Velasco Alvarado, survenus sous le Gouvernement Révolutionnaire des Forces Armées, dans les années 70. Des historiens ont développé ce sujet après la démission de Béjar.

L’Exécutif aurait pu résoudre ce problème mais n’a jamais fait de déclaration officielle ni organisé aucune défense du chancelier avec les membres du cabinet ministériel qui soit ont ignoré le scandale soit se sont limités à « « se détacher du terrorisme du Sentier Lumineux » en négligeant les explications de Béjar.

Après son départ, Béjar Rivera a déclaré à certains médias que le premier ministre Bellido lui avait demandé de démissionner. Il était prêt à accepter l’invitation du Parlement à apporter des éclaircissements sur ses déclarations mais l’Exécutif ne lui en a pas donné l’occasion. A sa place a été nommé Óscar Maúrtua, un diplomate de carrière qui avait été chancelier dans le Gouvernement d’Alejandro Toledo. Sa désignation a causé des bagarres internes dans le Gouvernement et le rejet total de la gauche péruvienne car Maúrtua est considéré comme le représentant de la continuité de la politique étrangère.

« Le nouveau chancelier, Óscar Maúrtua De Romaña, ne représente pas le sentiment de Pérou Libre. Notre parti est une entité d’intégration et de souveraineté, il parie sur une Amérique Latine unie, indépendante et rejette toute politique d’ingérence ou servile, » a écrit sur son compte Twitter le secrétaire général de Pérou Libre, Vladimir Cerrón, quand il a appris la nouvelle.

La décision du Gouvernement de retirer Béjar de la chancellerie a probablement été sa plus grosse erreur. Il a ainsi montré sa faiblesse et ses conflits internes et il a permis à la Marine de faire pression bien que ce soit uen entité non délibérante et bien que les faits qu’elle a imputés à Béjar ne soient pas prouvés. De plus , il a perdu l’un des ministres qui avait l’ordre du njour le plus complet : Béjar avaitplacé dans ses priorités les problèmes environnementaux et les problèmes concernant la communauté LGBTI+. Avec son départ, un secteur de la gauche s’est senti blessé.

Le conflit à Chumbivilcas

Quelques jours avant le changement de président, encore sous le mandat de Francisco Sagasti, les communautés paysannes de Chumbivilcas, à Cuzco, ont commencé une grève illimitée contre le gouvernement et l’entreprise minière MMG Las Bambas suite à un conflit environnemental qui avait débuté en 2018.

Dans la province du sud, 96,458% des habitants ont voté pour Castillo. Devant les médias présents, les membres de la communauté ont manifesté l’espoir que leurs revendications seraient entendues avec l’arrivée de Castillo Terrones à laprésidence.

Seulement 5 jours plus tard, le premier ministre Bellido s’est rendu à Chumbivilcas avec le ministre de l’agriculture et celui de l’Energie et des mines pour discuter avec la population de la zone. Avec un discours simple, passant du castillan au quechua, Bellido a obtenu que les 5 communautés lèvent les mesures de protestation après s’être engagé à résoudre le problème dans les 60 jours. Cela a été considéré comme une grande victoire du Gouvernement. Dans des interviews, Bellido disait que le Gouvernement aborderait les conflits sociaux différemment, avec la population.

2 semaines plus tard, la reprise de la grève a surpris tout le monde. Le Front Unique de Défense des Intérêts de la Province de Chumbivilcas a fait une déclaration dans laquelle il fait savoir,e ntre autres choses, que le président du Conseil des Ministres n’avait pas installé la table de dialogue destinée à entendre leurs revendications et n’avait même pas répondu à leurs appels ni à leurs documents officiels.

Même si le gouvernement a agi rapidement et a obtenu que les membres de la communauté lèvent la mesure de force après s’être mis d’accord avec eux pour mettre en place une table de dialogue, ce qui s’est passé à Chumbivilcas est important pour comprendre la complexité des bases dures du Gouvernement. Et c’est l’un des plus grands défis de Castillo, en ces premiers mois, de gérer les attentes de ses électeurs qui ne sont pas fidèles inconditionnellement et qui manifestent une déception à fleur de peau.

La victoire de Castillo aux élections n’est pas un exemple de construction d’une organisation de parti. Le soutien massif dont il jouit est dû à l’identification de son électorat (« il est humble comme nous ») et à sa promesse de changement (option anti-système) dans un pays où 55% de la population est perçue comme « perdante » dans la croissance économique de ces 30 dernières années. Dans cette situation, redonner confiance à ses bases est essentiel puisque ce sont les seuls qui le défendraient contre une tentative de coup d’Etat.

L’opposition

Le politologue Carlos Meléndez a déclaré que les élections pour la période 2016-2021 ont mis à jour 2 phénomènes politiques. Le premier, c’est la prédominance de la droite au Pérou et le second, la bifurcation de celle-ci en 2 tendances : la tendance technocratique-libérale et la tendance populiste-conservatrice représentées respectivement par Pedro Pablo Kuczynski et son parti Péruviens pour le Chamgement (PPK) et par Keiko Fujimori et Force Populaire. En effet, depuis que Kuczynski est devenu président et que Force Populaire a obtenu la majorité au Parlement, une période de polarisation et de confrontation entre les 2 pouvoirs de l’Etat a débutée.

L’arrivée de Pérou Libre sur la scène politique a unifié ces 2 tendances de droite qui, à présent, ont pour objectif commun de qu’ils appellent « la lutte contre le communisme. » Même s’il est vrai qu’en peu de temps, il y a eu plusieurs conflits internes au parlement qui ont fini par la démission de certains membres du Congrès des groupes pour lesquels ils avaient été élus, ces cofnlits ne changent pas grand-chose à l’attitude hostile envers Pérou Libre car les brèches les plus importantes se trouvent aujourd’hui dans l’axe gauche-droite et le vote contre les initiatives du parti au pouvoir se maintient.

La presse et les leaders d’opinion les plus progressistes qui tendent à parier sur la gouvernabilité ont pris comme un affront du Gouvernement la composition du cabinet. C’est pourquoi, actuellement, ils se prononcent pour la destitution du président. C’est l’un des coups les plus importants pour le Gouvernement puisque le discours des médias devient de plus en plus homogène contre lui et pourrait justifier l’opposition.

Ce secteur signale également en permanence la soi-disant ingérence du secrétaire général de Pérou Libre dans les décisions du gouvernement. Cette accusation a été lancée par Force Populaire pendant le second tour des élections présidentielles et c’est un poids que le président n’a pas pu écarter. Et Vladimir Cerrón, un médecin formé à Cuba qui n’a pas peur de se reconnaître socialiste, est une cible facile pour la campagne anti-communiste. La réalité a été mise en lumière pendant ces derniers jours : les relations entre le président et le chef de Pérou Libre sont tendues. Il a transpiré que, avant le vote de confiance, Castillo avait décidé de remplacer Bellido et la moitié de son cabinet malgré la désapprobation de Cerrón. La chef de Nouveau Pérou, Verónika Mendoza, a dû intervenir pour l’éviter.

Il faut dire que le Congrès, à majorité d’opposition, n’est pas populaire parmi la population : son taux de satisfaction est de seulement 31% mais la récit qu’il impose, qui rend le nouveau Gouvernement responsable de facteurs qui échappent à son contrôle comme l’inflation dont souffrent aussi d’autres économies latino-américaines et le retard dans l’arrivée des vaccins en provenance de Chine qui a aussi causé des problèmes à l’Equateur, crée un espace favorable à l’apparition d’un dirigeant d’opposition qui n’a pas encore de visage.

Dans cette situation, on peut se demander si le programme de gouvernement de Castillo a une quelconque possibilité de réussir. La réponse est incertaine. Castillo doit trouver un équilibre qui lui permette de satisfaire ses bases et en même temps qui génère un climat de gouvernabilité politique qui lui permette de réunir les conditions minimales pour avancer dans son ordre du jour de changement. La confiance accordée au cabinet est une bouffée d’oxygène. La première tâche à accomplir est de récupérer le soutien des secteurs progressistes qui ont pris position en sa faveur pendant la période où le fujimorisme et ses alliés cherchaient à ne pas reconnaître les résultats des élections. En pensant à moyen terme, cela peut s’obtenir en plaçant des cadres de gauche avec un profil technique dans des secteurs stratégiques. Le large soutien à la nomination de Pedro Francke au ministère de l’Econoie est un exemple évident du fait que cela fonctionne.

Castillo et son cabinet devront ensuite penser à une stratégie. La possibilité de gouverner ne doit pas signifeir se rapprocher du centre ou se mettre en « pilotage automatique » parce que, comme se l’est déjà demandé le politologue Alberto Vergara, « est-ce que le fait de se modérer a rapporté quelque chose à Ollanta Humala ? »

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos