Guadeloupe. Syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement : un outil pertinent

0
39

Basse-Terre. Capitale. Mercredi 1 septembre 2021. CCN. Le président de Région, Ary Chalus, salue la mise en place, ce mercredi 1er septembre 2021, du syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG). Il félicite également le conseiller régional Jean-Louis Francisque élu président du SMGEAG.

Parce que le Syndicat mixte ouvert (SMO) associe les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) compétentes dans le domaine de l’eau et de l’assainissement mais également les assemblées majeures (Région, Département), qui sont les principaux financeurs des plans d’urgence, avec sa forme souple le SMO consolide l’ambitieux programme d’investissement nécessaire à l’amélioration de la situation pour tous les Guadeloupéens.

Créé par une loi, le SMO il faut le rappeler, résulte surtout de la volonté politique forte des élus locaux. Un souhait exprimé et mis en oeuvre par la Conférence Territoriale de l’Action Publique (CTAP).

A ce titre, le président de Région salue la méthode car la CTAP est le lieu idoine pour débattre et évoquer des sujets majeurs du pays. Le syndicat mixte ouvert est quand à lui, l’outil pertinent pour améliorer la qualité du service public offert aux citoyens-usagers.

Les enjeux et la situation nécessitaient ceUe coordination, dans laquelle tous les niveaux de collectivités se doivent d’œuvrer ensemble dans le but de rendre les services publics plus efficaces.

Cela souligne aussi la volonté forte des élus, d’une mutualisation des compétences, des services et des moyens, pour permettre ainsi des synergies et des économies d’échelle.

Il faudra sans nul doute, revenir à cette méthode de travail et à ses outils pour favoriser la co-producCon sur d’autres politiques publiques.

L’opportunité offerte par la loi d’élargir en son sein les associations d’usagers est également une avancée notable qui vise à renouer le fil de la confiance entre les élus et les citoyens.

Emprunter le chemin de la transparence de la vie publique, améliorer la qualité du service public de l’eau et de l’assainissement est un défi qui commence aujourd’hui, avec le SMGEAG.

C’est dans le même esprit, qu’il faudra poursuivre, en usant le même schéma, utiliser un cadre juridique similaire pour nos politiques publiques stratégiques; la valorisation des déchets, la mobilité durable et équitable, pour un archipel moderne, durable, responsable et solidaire.