Covid. Le nouveau crime des colonialistes – sanitaires contre le peuple Guadeloupéen.

0
8490

C’est une vérité sur laquelle nous ne pouvons pas faire silence. Ce qui se passe actuellement en Guadeloupe et en Martinique, semble être le résultat d’un calcul machiavélique des colonialistes franco-français, car rien n’a été laissé au hasard.

L’accusation que nous portons est terrible, car elle dépasse la querelle des pros et anti-vax.

1/ Nous disons ici que les colonialistes ont mis en œuvre un plan destiné à faire de nos pays, des exemples concrets et négatifs à l’attention des franco français qui refusent l’obligation vaccinale. Certains de nos compatriotes syndicalistes qui ’avaient compris toute l’inhumanité du plan colonial parlaient de nous comme des “cobayes” mais, cela va beaucoup plus loin. Les dizaines de Guadeloupéens et de Martiniquais qui emplissent les morgues et les cimetières sont à la fois les victimes de graves négligences et le résultat d’une attitude criminelle rappelant le crime du chlordécone.

2/ Quand en France, au mois de mars 2021 le gouvernement français, a été informé par son “conseil scientifique” qu’une 3ème vague du virus était déjà en marche, on se souvient que Macron, a aussitôt fait une intervention télévisée (31 mars) pour annoncer que les mesures sanitaires déjà en vigueur dans 19 départements français allaient être étendues pendant un mois à la France. Le président des Français a aussi annoncé la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées pendant trois semaines.

4/ Au même moment en Guadeloupe le bulletin du 1er avril de l’ARS est loin d’être aussi alarmant,

“Les indicateurs de surveillance virologique” fluctuaient au cours des trois dernières semaines à un niveau élevé. Globalement, une tendance stable de l’ensemble des indicateurs de surveillance était observée au cours des cinq dernières semaines. Le taux d’incidence était supérieur au seuil d’alerte et le taux de positivité au seuil de vigilance. Nombre de cas positifs : 378 cas en semaine 2021-12

Surveillance de la mortalité : en semaine 2021-12, 6 nouveaux décès survenus au CHU et concernant 5 résidents de Guadeloupe et 1 résident de Saint-Martin (4 en semaine 2021-11). Aucun excès de mortalité, tous âges et toutes causes de décès, observé depuis mi-octobre (semaine 2020-43).

5/ A ce moment ne nous sommes pas encore dans la méga crise qui s’amorce déjà en France (le variant Delta est pourtant déjà dans les seringues) et pour laquelle Macron prévoit des mesures exceptionnelles pour préserver la santé des franco-français.

En effet, en Mars/Avril, alors que la France se prépare très activement pour affronter cette 3ème (ou 4ème) vague du virus, chez nous, tout est encore relativement “cool” on se contente des bulletins, mi-figue mi-raisin de l’ARS qui n’anticipe pas. Même attitude au CHU de Pointe à Pitre.
En d’autres termes, ce qui se passe en France (annonce d’une 3ème vague) ne semble pas le moins du monde alerter les autorités politico-sanitaires en Guadeloupe.

6/ Or depuis l’incendie de novembre 2017 au CHU, on sait parfaitement que les capacités d’accueil en réanimation sont limitées tout comme le nombre de lits. Il en est de même pour l’oxygène. Comment alors expliquer que les autorités sanitaires en France et leurs supplétifs en Guadeloupe et Martinique, n’aient pas un seul instant décidé d’anticiper ? Gouverner, c’est aussi prévoir dit-on.

7/ 5 mois après sans anticipation et prévention, sans dispositions exceptionnelles, comment s’étonner que la crise soit à son paroxysme ? Au quotidien, à Fort de France et à Pointe à Pitre, on en mesure les graves conséquences en termes de décès. Nos frères, sœurs, pères/mères, grands-parents tombent tous comme des mouches au fil des jours ;

8/ Tous ces morts auraient pu être évités, mais on se rend bien compte qu’ils servent objectivement à la propagande médiatique pour le vaccin obligatoire.

9/ il y a encore beaucoup plus grave. Voyons ce que dit le Bulletin ARS du 25 juin

Les indicateurs virologiques étaient toujours en diminution la semaine dernière. Depuis trois semaines, les taux d’incidence et de positivité étaient inférieurs respectivement au seuil d’alerte et de vigilance. En milieu hospitalier, les nouvelles admissions tous services étaient en diminution par rapport à la semaine 2021-23 tandis que le nombre de passages aux urgences était stable. Le faible nombre de RT PCR criblées (< 50) ne permettait pas de faire apparaître les proportions de variants pour la semaine 2021-24. Le R effectif des prélèvements réalisés en semaine 2021-24 était significativement inférieur à 1 : 0,69 [0,69-0,83].

10/ Faut-il s’étonner qu’au mois de juin, période des élections régionales et autres que les déclarations l’ARS soient aussi positives ? Il faut objectivement encourager le peuple à se rendre aux urnes. Sauf que plus de 70% des Guadeloupéens et des Martiniquais ont délibérément boudé ces élections : échec de la manœuvre politico-sanitaire. Mais, ils vont essayer autre chose.

11/ il faut ici rappeler que le variant Delta (ex variant Indien) jugé plus contagieux, plus mortel etc… a été identifié en 2020 en Inde, il atteint la France (dans les Landes) fin juin. Cela signifie qu’en France, Veran-Macron et leur conseil scientifique sont bien informés de sa dangerosité et sa viralité. En Guadeloupe ? rien.

12/ Ainsi donc pendant plusieurs semaines, dès le mois de mai, au vu des déclarations rassurantes de l’ARS, des milliers de touristes Français mais aussi des Guadeloupéens exilés en France, débarquent à Pole caraïbes. Ils ont dans leur bagage, le virus.

La Guadeloupe et la Martinique sont dès lors ciblées et atteintes. A qui la faute ?

13/ Le 9 Juillet 2021, l’ARS est toujours optimiste, et Jacob Desvarieux pas encore mort. Ainsi, le nombre de personnes testées au cours des sept jours (et parmi elles les personnes testées positives) est mécaniquement plus faible que pour une période de sept jours ne comprenant pas de jour férié. Les taux d’incidence et de dépistage sont donc plus faibles et la baisse observée, qui s’explique par une activité moindre, peut laisser penser à tort à un ralentissement voire à une diminution du nombre d’infections ou de dépistage.”

14/ les plages sont bondées, les hôtels et les loueurs de voitures commencent à afficher complet : Tout va bien donc !

15/ Mais le 23 juillet à l’ARS on commence enfin à réaliser que la situation est en train de changer : “une augmentation des indicateurs virologiques a été observée en semaine 2021-28. Pour la première fois depuis la semaine 2021-21, le taux d’incidence corrigé a dépassé le seuil d’alerte. En milieu hospitalier, le nombre de passages aux urgences ainsi que les nouvelles admissions, tous services, étaient en augmentation par rapport à la semaine précédente”.

16/ La crise est donc là, et bien installée. Jacob Desvarieux pourtant doublement vacciné est (officiellement) décédé le 30 juillet.

17/ Une fois le variant identifié, le plan de communication est mis en place. Il démarre pour la première fois dans notre histoire récente, Tous les médias audiovisuels franco-français : TFI, France 2 LCI, BFM Cnews, RTL, France Inter, Europe 1 etc. font pendant plusieurs jours leur Une avec la situation sanitaire catastrophique des Antilles “. Ils s’adressent en priorité aux franco-français”. Tous les dérapages volontaires sont alors permis et diffusés en direct. Il s’agit de montrer images et reportages souvent très durs. C’est le moment choisi, par la DG de l’ARS qui est médecin d’affirmer sur RTL que le refus du vaccin est lié à des “pratiques magico-religieuses”. Un autre médecin français parlera de “vaudou” etc... Ça fait le Bad buzz en dénigrant notre culture : mais qu’importe, les colonialistes sanitaires n’ont rien à foutre.

18/ Les Ministres des colonies françaises (Lecornu) et de la Santé (Veran) débarquent dans nos pays avec leur cohorte de journalistes français et viennent pour enfoncer le clou du vaccin et du pass vaccinal obligatoires.

Les médias pro vaccin se déchaînent et continuent à faire pression pour que le “vaccinage”, continue, alors que de part et d’autre, on commence à le savoir, ce vaccin ne guérit de rien et, n’empêche ni la contamination, ni la transmission du virus. La crise s’accentue. Faute de moyens hospitaliers et de traitements autre que le vaccin, la mortalité augmente…

Ce que nous redoutions se concrétise. Les CHU, de la Guadeloupe et de la Martinique ainsi que le CHBT de Basse Terre pas organisés pour une telle crise, sont vite saturés. DS, le nombre décès a singulièrement augmenté, aucune transparence possible sur les causes. Tous ces morts sont “attribués” au covid, car il s’agit aussi de continuer ainsi à créer médiatiquement une ambiance anxiogène susceptible de favoriser le “vaccinage”.

19/ Les méthodes thérapeutiques, les plantes médicinales, et les spécialistes guadeloupéens (chercheurs) qui en ont eu l’audace de vouloir en conseiller l’utilisation sont soit vilipendés soit mis au ban. Le Dr Henry Joseph et son virapic sont ostracisés, des fakes news circulent… Il en a été de même pour le Dr Suzy Zozio, (Biochimie) qui s’est dite “piégée” dans un ( faux ) débat organisé sur la chaîne publique.

20/ Au final, cette crise sanitaire, hyper médiatisée, “organisée”, politisée à outrance aura donc servi d’épouvantail aux franco- français qui refusent le pass et le vaccin obligatoire.
Cette crise a aussi, une fois de plus démontré que la classe politique de la Guadeloupe a n’été qu’un spectateur passif face à tous ces événements. Une classe politique qui venait donc de se prendre une belle gifle, – on palaviré- car il y a peine 2 mois, plus de 72% d’électeurs ont refusé la participation au vote.

Nos politiques qui totalisent ainsi deux doses de” vaccins” (abstention massive, et absence de réactivité face aux colonialistes sanitaires) ont-ils conscience qu’ils sont politiquement comme immunodépressifs ?

@Danik Zandwonis