Nicaragua : Daniel Ortega est un “bourgeois stalinien”

0
587

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Lucha Internacionalista – Prensa,  qui nous soumet son billet de Miguel Sorans, Membre de la direction de l’UIT-QI.

On apprend qu’au Nicaragua, le président Ortega a mené un raid répressif contre des personnalités politiques qui sont des pré-candidats à la présidence de l’opposition et des secteurs dissidents du sandinisme, dont beaucoup sont des dirigeants historiques de la révolution de 1979 qui a renversé le dictateur Somoza.

L’argument d’Ortega est qu’ils seraient des “agents de l’impérialisme yankee” qui tenteraient de “revenir à un “avril 2018”. En « avril 2018 », il y a eu une rébellion populaire de jeunes travailleurs, ouvriers, paysans, chômeurs, et des femmes face à une réforme des retraites conseillée par le FMI à Daniel Ortega. Le résultat a été la chute de cette réforme, mais aussi plus de 300 morts à cause de la répression criminelle d’Ortega, qui l’a justifiée par un soi- disant “coup d’État” avec “ingérence yankee”. Maintenant, il répète le même mensonge.

Ortega réprime à nouveau, car il craint de perdre les élections de novembre. Avec les dirigeants sandinistes dissidents, nous pouvons avoir des différences d’approche de la gauche révolutionnaire, mais ce qui ne peut être accepté c’est de les définir comme des “agents de l’impérialisme”.

Ortega a emprisonné Dora María Téllez, considérée par beaucoup comme une héroïne de la révolution de 1979, parce qu’en 1978, elle a dirigé la prise du Palais national à Managua en tant que “Comandante Deux”, accompagnant le Comandante “Zéro” Edén Pastora. Plus tard, Dora Téllez a dirigé l’insurrection à León et a été vice-ministre de la santé dans le gouvernement sandiniste. Il a également emprisonné Hugo Torres, un autre héros de la guérilla de la révolution. En 1974, Hugo Torres a mené une saisie immobilière qui a servi à négocier rien de moins que la libération de Daniel Ortega, qui était en prison depuis sept ans. Torres était général dans l’armée après la prise de pouvoir. Luis Carrión, l’un des neuf commandants de la révolution, a dû fuir le pays. Tous font partie de l’ancien Mouvement de rénovation sandiniste (MRS).

Ils ont également détenu Cristiana Chamorro, pré-candidate à la présidence, qui est la fille de Violeta Chamorro, ainsi que d’autres candidats qui sont des opposants bourgeois pro-yankees. Ils ne les détiennent pas parce qu’ils organisent un coup d’État, puisque l’armée et la police sont sous le contrôle d’Ortega, mais parce qu’ils peuvent gagner les élections.

Nous, la gauche, devons répudier cette nouvelle répression. C’est un débat important parce qu’il y a encore des secteurs de la gauche et du centre-gauche mondial qui restent silencieux, ou qui continuent à défendre Ortega comme s’il s’agissait d’un gouvernement socialiste ou anti-impérialiste. Alors que nous sommes confrontés à une dictature capitaliste et à une farce d'”anti-impérialisme”.

Les méthodes de Staline pour défendre un Nicaragua capitaliste

Daniel Ortega et son gouvernement correspondent à la définition du stalinisme bourgeois. Ortega utilise les mêmes méthodes de calomnie, de mensonge et de diffamation que Joseph Staline, à la tête de la bureaucratie de l’ex-URSS, utilisait pour persécuter et assassiner ses ennemis politiques. Les accusant d'”agents de l’impérialisme” ou de “traîtres” à la révolution socialiste, en commençant par Léon Trotsky et tous les révolutionnaires, puis par toute l’opposition de gauche et les intellectuels qui s’y sont opposés.

C’est Nahuel Moreno qui a élaboré cette définition des “régimes staliniens bourgeois”, en étudiant les triomphes anticoloniaux des guérillas en Angola et au Mozambique[1].  Il faisait référence aux gouvernements dirigés par un parti ou un mouvement qui, se prétendant “révolutionnaires” ou “marxistes”, gouvernent de manière dictatoriale, mais ne progressent pas vers le socialisme.  Au lieu d’exproprier la bourgeoisie, ils gouvernent pour elle et les multinationales.

C’est ce que fait Ortega, il gouverne avec les méthodes du stalinisme, avec un faux langage “anti-impérialiste”, pour profiter aux grands groupes économiques et affamer son peuple, en maintenant le capitalisme.

Le pacte d’Ortega avec les grandes entreprises et l’Église

Il suffit de voir les relations qu’entretient Ortega pour confirmer qu’il s’agit d’une dictature capitaliste. Dans l’un des pays les plus misérables du monde, avec les plus grandes inégalités, le pays compte trois multimillionnaires nicaraguayens qui figurent sur la liste du magazine Forbes. Il y a le groupe de Carlos Pellas, qui est un grand oligarque du sucre, qui a des intérêts dans le secteur bancaire, le tourisme, les concessions automobiles, etc. L’autre est le groupe Pro America, dirigé par Ramiro Ortiz, avec un fort investissement dans le système financier du pays, qui est présent dans neuf pays. Un autre est le groupe de Roberto Zamora, avec d’importants intérêts financiers. Ortega a repris le pouvoir en 2006, après avoir conclu un pacte avec l’ancien président de droite Arnoldo Aleman, avec ces groupes économiques, qui forment le Conseil supérieur de l’entreprise privée COSEP, et avec l’Église. C’est pourquoi Ortega a annulé le droit à l’avortement thérapeutique. Le Nicaragua est le pays le plus pauvre après Haïti avec 79,9% de la population vivant avec 3 dollars par jour, 27% de malnutrition et 1,7% de ses presque 6 millions d’habitants n’ont pas accès à l’électricité[2].

Retour aux bannières de la révolution de 1979

Le désastre social et répressif auquel a conduit le gouvernement Ortega-Rosa Murillo fait partie des échecs de tous les gouvernements du faux “socialisme du XXIème siècle” ou “national et populaire” de Chávez et Maduro, de Lula-Dilma, d’Evo Morales ou du péronisme kirchnériste.

La cause profonde de l’échec du sandinisme d’hier et d’aujourd’hui est à rechercher dans son origine. Après le triomphe de la révolution de 1979, ils n’ont pas voulu rompre avec la bourgeoisie et l’impérialisme. Ils ne voulaient pas avancer vers le socialisme, avec les conseils infâmes de Fidel Castro et de la direction du PC cubain.

Pour cette raison, en août 1979, ils ont expulsé les combattants de la Brigade Simon Bolívar[3]. C’était la première répression d’Ortega. Notre courant trotskyste promouvait une autre politique, cherchant à avancer avec des mesures de rupture avec la bourgeoisie et pour le socialisme. De manière frappante, nous avons été les premiers à dénoncer le fait que Violeta Chamorro, qui était alors membre du gouvernement avec Ortega, était conservatrice et pro-nord-américaine.

Maintenant, depuis l’UIT-QI, nous ne sommes pas d’accord avec la détention de Cristina Chamorro ou des autres prisonniers politiques.  Nous ne pensons pas que ce soit la solution pour le peuple nicaraguayen. Nous devons construire une vraie gauche au Nicaragua.

Il n’y a pas d’autre moyen que de reprendre la rébellion d’avril 2018 pour toutes ces revendications démocratiques et sociales, pour que cette dictature prenne fin et afin de revenir aux bannières pour lesquelles a été faite la révolution de 1979, dans la perspective d’une solution ouvrière et socialiste à la crise du Nicaragua.

Miguel Sorans

Membre de la direction de Izquierda Socialista/UIT-QI et membre de la Brigade Simon Bolivar.

[1]Voir Nahuel Moreno. Las revoluciones del siglo XX. www.nahuelmoremo.org

[2]   Indice de développement humain des Nations unies

[3]   Les combattants de la Brigade Simon Bolivar ont combattu sur le front sud, avec de nombreux blessés et trois morts au combat. Sur la côte atlantique, la brigade, en unité avec un commandement sandiniste indépendant, a pris la ville de Bluefields. Voir l’édition du livre El Socialista.