Lettre ouverte au Préfet de la Guadeloupe Alexandre Rochatte

0
291

Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Lib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Luc Reinette pour les organisations signataires qui nous soumet son billet.Le mercredi 30 juin 2021, à l’appel de la CIMADE, s’est tenue une manifestation devant la Sous-Préfecture de Pointe-à-Pitre. Elle visait à dénoncer la situation inhumaine qu’engendre la « Dématérialisation » dans  l’accès aux démarches de régularisation pour les personnes étrangères.

A cette manifestation ont répondu de nombreuses personnes désespérant de la régularisation de leur situation, ainsi que des Organisations Politiques ou Syndicales et l’Association TET KOLE, représentant les Haïtiens en Guadeloupe.

Les témoignages venant principalement de ressortissants caribéens sur la condition qui leur est faite par votre administration sont accablants : brimades, mépris et indifférence au regard des drames qu’ils vivent au quotidien. Sans papiers ou sans renouvellement de leurs titres de séjour, ils sont privés de tous droits sociaux ou économiques et exposés à tout moment à une expulsion se trouvant dans une illégalité voulue et organisée par un système sourd et aveugle.

Avant la ‘’Dématérialisation’’, les démarches entreprises par ces personnes pour obtenir un titre de séjour ou pour mettre à jour leurs titre de séjour relevaient déjà d’une course d’obstacles, les obligeant souvent à dormir à même le sol pour obtenir une hypothétique réception par les agents de la Sous-Préfecture. Ces conditions inhumaines et attentatoires à la dignité  ont été dénoncées dans le passé par plusieurs Organisations signataires de la présente Lettre Ouverte.

La fameuse ‘’Dématérialisation’’ a été le prétexte à l’exclusion de milliers de personnes qui sont dans l’incapacité d’accéder à une prise de rendez-vous par internet, personnes qui sont parfois rançonnées par des individus malhonnêtes qui leur extirpent jusqu’à  200 € pour obtenir un rendez-vous. Rendez-vous qui le plus souvent n’aboutit à aucun résultat, les fonctionnaires de la Sous-Préfecture trouvant toujours qu’il manque un papier ou contestant un document lorsqu’il est fourni par le Gouvernement haïtien.

Au soir de cette manifestation du 30 juin 2021, les téléspectateurs guadeloupéens ont  été choqués d’entendre  le Sous-Préfet de Pointe-à-Pitre-sans aucun mot de compassion pour des familles qui vivent dans la précarité et la peur au ventre– accuser ces personnes dans le désespoir d’être responsables  de leurs malheurs. Selon lui c’est la prise de rendez-vous multiples qui bloquerait le système. Quel cynisme, lorsque l’on sait que des spécialistes (webmasters) ne parviennent même pas à obtenir un rendez-vous par internet ! Il semblerait pourtant que la loi française permette une prise de rendez-vous traditionnelle en présentiel, dispositif jamais accessible pour ces personnes !

L’arrogance et le mépris doivent cesser dans notre Pays ! Nous refusons d’être les complices silencieux d’un tel déni des Droits de l’Homme venant d’un Pays qui déshumanise les personnes étrangères chez nous et qui pourtant donne au quotidien des leçons de démocratie à nombre de Pays à travers le  Monde.

Pour trouver une solution pérenne et conforme à la dignité humaine, les signataires de la présente lettre ouvertevous demandent dans l’URGENCE un entretien en Préfecture, entretien  auquel pourra participer la CIMADE (qui a déjà accepté le principe de sa présence dans la délégation) à l’origine de la dénonciation de traitements iniques imposés à des êtres humains, qui en majorité partagent avec nous une histoire douloureuse non apaisée, marquée par l’infamie et le sceau de l’Esclavage.

Monsieur le Préfet, nous restons donc dans l’attente de votre réponse..

Salutations Guadeloupéennes

Pour Les Organisations ci-dessous signataires de la présente Lettre Ouverte

Luc REINETTE

Les Organisations Signataires

ANG – CGTG – CIPN – COMBAT OUVRIER –FKNG- TET KOLE- UPLG