” manglous ka chanjé pwel, I pa ka chanjé po”

0
639
Pawol Lib (Libre Propos) est une nouvelle rubrique de CCN. Notre rédaction propose donc à tous les progressistes qui le souhaitent un espace de communication, une tribune dont le but principal est de porter une contribution au débat d’idées qui fait cruellement défaut dans notre pays. Les points de vue exprimés dans « Pawol Iib » n’engageront pas nécessairement la ligne éditoriale de CCN mais il nous semble indispensable que les intellectuels, la société civile aient la possibilité de pouvoir très librement opiner dans nos colonnes. Cette fois, c’est Jean Marie Nol, économiste qui nous soumet son billet.

Certaines personnes ont beau jeu de se féliciter de la soit disant belle victoire enregistrée par le gusr et du recul des socialistes à l’occasion des dernières élections régionales et départementales , le résultat ne trompe personne. Il faut admettre que c’est une claque et même une énorme claque pour toutes les formations politiques de la Guadeloupe . Il va falloir se réveiller et trouver autre chose que des éléments de langage pour dire que c’est une réussite électorale , parce que nous avons un taux d’abstention record . Nous ne pouvons pas rester dans le déni, car seul environ 18 % des guadeloupéens ont voté pour les deux présidents des collectivités majeures que sont la région et le département. La classe politique devait réconcilier les guadeloupéens avec la politique, l’abstention a explosé. C’est un échec sur toute la ligne et pas seulement pour le PS qui a péché par une mauvaise appréciation du rapport politique de force actuel et d’une vision erronée de la stature politique des personnalités présentes sur la liste peyi Guadeloupe  !
Reste que le Parti socialiste doit reconstruire une relation avec les électeurs pour être à nouveau en phase avec la société. Le travail de refondation commence après la défaite . Il faut déjà retrouver un leader, la survie commence là !
 
Pour le reste, posons nous la question de savoir où est le changement d’avenir quand on sait que seul trois guadeloupéens sur dix se sont déplacés pour aller voter ?
Reste aujourd’hui  uniquement deux forces politiques en Guadeloupe qui comptent à savoir le gusr et alliés et le parti socialiste. Donc dire que le parti socialiste est en voie de disparition est une sottise.
Dans les prochaines années, une autre force risque d’émerger en Guadeloupe c’est l’ANG et son pendant sur le plan électoral la liste nou, mais c’est un pari sur l’avenir. Tout dépendra du succès de leur implantation sur le terrain électoral des communes de Guadeloupe.Si l’idée nationaliste n’est pas a priori absurde pour une fraction du peuple , elle est sans espoir sans conquête du pouvoir local.
Le prochain grand débat se fera autour de la loi 4D. C’est la seule loi en passe de s’appliquer prochainement en Guadeloupe . On verra bien ce qu’il en ressortira de cette loi. Attendons le débat et on verra bien le positionnement des uns et des autres
Oui, mais en attendant,  c’est bien un revers pour la démocratie et un succès de l’opportunisme à bon compte de nos élus. L’exemple le plus criant c’est Carabin qui était tantôt de droite avec michaux chevry, ensuite avec les socialistes et maintenant une fervente soutien du gusr chantre de l’autonomie . Mine de rien cela contribue à désorienter le peuple et booster l’abstention. 
La classe politique en Guadeloupe n’a aucune envergure morale et encore moins de dignité. 
C’est le populisme qui triomphe en Guadeloupe et c’est tout !
Attendons les prochaines législatives, moi je subodore encore des retournements de vestes, car la demande d’Etat et de protection est toujours très forte en Guadeloupe , c’est reconnu d’un bout à l’autre du spectre politique. L’important aujourd’hui, c’est de retenir le proverbe créole : ” *manglous ka chanjé  pwel, I pa ka chanjé po”.*
 
Jean marie Nol économiste