Ary Chalus fait… la Dissonance

0
5997

Quoi qu’on dise, au seuil de sa seconde mandature, Ary Chalus entre de plein pied dans l’histoire politique de notre pays. Avant lui, Lucette Michaux Chevry et Victorin Lurel ont chacun eu leur « moment » de gloire. Outre la présidence de Région, ils ont été députés, ministres français puis… politiquement dépités.
Dans le contexte actuel Chalus, sait qu’il ne sera sans doute jamais ministrable, car la politique-love avec le président français semble s’être achevée.

Alors Chalus a décidé de changer de « partition ». Il a choisi une autre « kadans ».

En intronisant, Jean-Marie Hubert (JMH) nationaliste confirmé, (qui a eu comme Luc Reinette son époque « radicale ») au poste de « 1er ministre » de son nouveau « gouvernement ».  Chalus fait beaucoup plus qu’un coup de com. C’est de notre point de vue, un triple signal, on gro kou tanbou. Et comme on dit dans notre musique nationale : i ka boula!

1er signal : Le tout « nouveau » président de la Région conscient qu’il n’est élu que par un Guadeloupéen sur 3, il s’adresse directement aux abstentionnistes. Avec JMH à ses côtés, objectivement, il ouvre un débat sur l’avenir de notre pays. Un nationaliste à ce poste ; ce n’est sans doute pas anodin.

2ème signal : En faisant cette « dissonance », Chalus, joue dans un registre qui n’est pas forcément le sien, mais il n’en a cure. Puisque l’autonomie, la « domiciliation de la gouvernance » sont plus que jamais à l’ordre du jour au sein du GUSR, (le parti de son camarade Guy Losbar). Chalus décide donc de « gadé pli lwen ». Il démontre ainsi, qu’il demeure le véritable chef d’orchestre de la politique made in Gwadloup.

3ème signal : Et ce n’est pas le moindre, car il adresse au gouvernement français une « mélodie » qu’il devra entendre. Si par hasard, suite aux différentes « affaires » qui sont dans l’air, l’état et ses affinés en France, auraient l’intention de mettre Chalus sur « pause » (inéligibilité ?) c’est un nationaliste pur sucre qui deviendrait alors le nouveau « chef d’orchestre », byen joué Jouwa

Au-delà de ces signaux majeurs d’autres moins percutants peuvent être décryptés : Hypothèse d’école. Imaginons une seconde (pas d’avantage!) que le groupe des socialistes orchestré par Lurel avait réussi à gagner, n’ayant aucun nationaliste « à bord », il n’y aurait pas eu de « vice-président » patriote.

Autre signal, dans l’air du temps, celui donné par l’irruption de L’ANG comme 3ème force politique du pays. Même si Chalus, n‘admet pas en « live » que ce « ti kout tanbou » a tout de même résonné, et a eu un bon écho médiatique, il ne peut pas n’en avoir pas tenu compte. Répondè réponn !

Pour le reste, il faut l’admettre avec JMH sur un podium qui était « logiquement » espéré, attendu, souhaité, par Marie-Luce Penchard, il fait « Dissonance » dans son propre camp, mais c’est aussi ça Chalus, arriver là où il n’est pas attendu.

Cette mandature qui débute sur le signe du nationalisme et d’un contrat de gouvernance avec l’autre assemblée dirigée par Guy Losbar, suffira-t-elle à résoudre les problèmes majeurs de notre pays ? On se doit de s’interroger.

Ainsi sur la question encore très sensible de l’eau, on a bien compris que le gouvernement français, ne semble pas vouloir trop se mouiller au plan financier. Le rapport de la commission d’enquête qui sortira bientôt, bien que conduite avec la fougue et la tonalité en do majeur de Mathilde Panot, la députée de La France Insoumise, suffira-t-il à faire bouger les lignes ? Chalus qui avait annoncé jadis, une « aide » de 400 millions de l’état colonial sait sans doute que le gouvernement Macron, déjà en campagne pour les présidentielles françaises n‘abondera dans ce sens que si la Gwadloup se met en mouvement et en résonnance.

JMH sait aussi qu’il lui revient comme tâche primordiale et essentielle de convaincre les autres composantes du Mouvement National Gwadloupéyen à se mettre en ordre de marche.

Elie Domota, n’est plus le « boss » de l’UGTG, est-ce le hasard ? C’est depuis peu une jeune Port-Louisienne, comme JMH, Maité Hubert (tiens donc!) qui est aux commandes de l’organisation syndicale nationaliste.

Il faudra donc discuter avec les « kanmarad » de la « sent fanmi »

Avec le PCG de Felix Flemin, écarté du Konvwa ANG aux dernières régionales, sur une question port-louisienne (re tiens donc!), c’est plus délicat, il faudra aussi s’accorder.
JMH peut être désormais considéré comme la porte d’entrée de Chalus, dans le concert du courant nationaliste. En a-t-il conscience ?

Il est sûr que cette mandature, ne devrait en aucun cas se « jouer » sur le même « tempo » que la précédente. Chalus le sait, JMH le subodore. Reste à savoir si notre peuple si lourdement abstentionniste, si dubitatif, si méfiant au regard de la classe politique est prêt à écouter ce nouveau son… La dissonance chalusienne sera-t-elle convaincante ?

DZ

Réactions sur CCN Facebook

@caraibcreolenews

PS : vraiment et absolument rien à voir avec ce qui est écrit plus haut. Les 3 concerts du groupe Dissonance de Rudy Benjamin, ont été de très gros succès, le groupe qui était en silence depuis « Terre de blues » de juin 2017 a vraiment cartonné. On se demande même s’ils n’ont pas dépassé Kassav, car Dissonance exprime parfaitement et sans fausses notes la diversité de notre patrimoine musical.  Le prochain CD est déjà attendu.