Guadeloupe. Mesures de soutien au secteur tourisme Outre-mer

0
208

Gosier. Vendredi 7 mai 2021. CCN. L’UMIH Confédérale dont nous sommes la représentation Régionale, a rencontré le 3 mai 2021 les ministres :

  • Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance,
  • Élisabeth Borne, Ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion, et
  • Alain Griset, Ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises,

    Afin de travailler à la définition du meilleur accompagnement économique possible dès la première phase de réouverture le 19 mai.

    Les quatre dispositifs d’aides aux entreprises de notre secteur touristique, en vigueur actuellement, ont été évoqués :

  • Fonds de solidarité,
  • Exonération des cotisations patronales,
  • Crédit de cotisation salariales et
  • Activité partielle.

    L’UMIH nous a confirmé que tous ces dispositifs seront maintenus après la réouverture du 19 mai.
    Les organisations professionnelles et le Gouvernement travaillent ensemble, précise l’UMIH, à la meilleure articulation possible entre dégressivité calendaire et dégressivité en raison de la perte du chiffre d’affaires afin de pas compromettre la survie des entreprises à l’occasion d’une reprise d’activité qui sera disparate selon les établissements et les destinations.

    Nous notons avec intérêt la prise en compte envisagée des destinations.

    Cela étant posé, qu’est-il envisagé spécifiquement pour les Outre-mer ?

    Les Outre-mer, comme la montagne, travaillent en contre saison. Pour nous, la haute saison touristique 2020-2021, terminée maintenant, a été perdue. Les raisons sont connues sans qu’il soit besoin d’y revenir.

    Cependant il y a lieu d’insister sur la nécessité de maintenir les mesures actuelles pour l’Outre-mer, au moins jusqu’en fin d’année 2021, car il ne faut pas se leurrer, nous n’aurons pas de reprise d’activité notable d’ici là.

    Pour l’instant, nos entreprises sont à l’arrêt, sous perfusion, et arrêter inconsidérément les mesures actuelles viendrait à les débrancher et à les condamner.

Cela provoquerait un cataclysme économique et social.