Guadeloupe. Réponse de Luc Reinette au procureur de la république française

0
399

Baie-Mahault. Mardi 20 avril 2021. CCN. Monsieur le Procureur de la République française, Madame le Procureur Général Monsieur le Préfet de Guadeloupe. De retour au Pays, j’accuse réception de votre lettre recommandée datée du 30 mars 2021 par laquelle vous me notifiez un rappel à la ’’Loi ’’ suite à ma convocation -à votre initiative et à celle de Madame le Procureur général près de la Cour d’Appel de Basse-Terre-le jeudi 18  février 2021 à la Gendarmerie de Pointe-à-Pitre. Mon crime était d’avoir adressé un ’Message à la Jeunesse Guadeloupéenne’’…

Le Peuple guadeloupéen a répondu avant moi, vous infligeant un cinglant désaveu, de même que d’autres peuples frères. Mais je me devais de vous répondre, car un pareil courrier si singulier ne pouvait demeurer sans réponse..

J’observe tout d’abord que sur l‘un des griefs qui m’étaient opposés par les gendarmes de Miquel, vous reconnaissez que mes propos relatifs à la France étaient conformes à l‘Histoire et à la vérité, lorsque j’affirmais que cette puissance coloniale avait  bâti sa richesse sur le meurtre, l‘assassinat, le viol, la mise en esclavage, la torture et le travail forcé. Vous dites en substance que convoquant l‘Histoire j’exerce pleinement ma liberté d’expression.

Par contre lorsque j’affirme que les français sont des étrangers qui considèrent notre Pays comme leur bien, leur possession, oubliant la continuité historique de notre condition d’hommes et de femmes dominés et dépossédés de leur Pays, vous prétendez me faire taire en évoquant l’article 24 de votre loi du 29 juillet 1881 condamnant ceux qui provoquent à la discrimination ou à la haine. Votre loi aurait dû s’imposer en tout premier lieu à ceux qui la font, tels Jules Ferry qui 4 ans après sa promulgation, en 1885, tint ce propos haineux à la Chambre des Députés : ‘’ Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures, qu’elles ont le devoir de coloniser et de civiliser’’.Personne n’a pensé à critiquer et encore moins à condamner Jules Ferry qui tombait sous le coup de la Loi, parce que c’était un français parlant à d’autres français avides d’empires coloniaux..

Si nous restons dans votre logique du temps présent, nos ancêtres africains razziés, déportés et mis en esclavage n’auraient pas dû résister ni se révolter, au motif que le Roi de France Louis XIII, père de Louis XIV, aura adopté un texte en 1642 autorisant et légalisant le commerce des Africains. Les Kalinas, qui peuplaient la Guadeloupe depuis des siècles n’auraient pas non plus eu le droit de résister en 1635 au Général  De l’Olive, venu avec instruction de les liquider physiquement aux fins d’occuper et de coloniser leur Pays ?

Enfin, comprenez que la Loi française qui sert les intérêts de la France n’est pas la Loi universelle, et que c’est bien par une loi inique que Napoléon Bonaparte dont votre Président va célébrer en grande pompe le bicentenaire de la mort ce 5 mai 2021, a rétabli en 1802 l’Esclavage dont mes grands-parents ont été les victimes.

C’est également par une disposition légale contemporaine et coloniale que l’Etat français a prorogé l’utilisation dans notre Pays de la Chlordécone qui empoisonne nos corps et nos terres pour plusieurs siècles encore avec les conséquences désastreuses que nul ne peut nier aujourd’hui.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, stipule en son article 19 que :’’Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit à ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.’’

Pour avoir toujours combattu le racisme et les racistes, je ne peux moi-même être raciste..  les Résistants français ne combattaient pas les forces d’occupation allemandes en raison de leur race, mais bien en raison d’une idéologie mortifère, bien que le concept d’une race ‘’aryenne’’ supérieure ait été partagé par certains..

Monsieur le Procureur de la République française, Madame le Procureur Général, monsieur le Préfet, j’affirme ici que la Guadeloupe demeure une Colonie de la France et qu’il n’y jamais eu de rupture dans le processus colonial. Le Décret du 27 avril 1848 n’a pas fait de nous des Hommes et des Femmes libres, mais simplement des Affranchisgouvernés par les mêmes et qui ont la prétention de penser à notre place..C’est cette démonstration que mes avocats, de Guadeloupe et d’ailleurs tenaient à faire lors du procès que j’avais appelé de mes voeux et auquel vous n’avez pas donné suite..

Pour clore ma réponse à votre courrier qui constitue en soi un morceau d’anthologie, je vais évoquer ici deux évènements qui devraient donner à méditer  à tous les français et en particulier leurs anciens et actuel Présidents :

Le premier c’est l’adoption historique par le Congrès américain, le 14 avril 2021, d’un Projet de Loi portant le principe de réparations financières en faveur des Africains-Américains dont les parents ont été réduits en esclavage. La France, qui a réduit sans état d’âme la Loi Taubira en une Loi ‘’mémorielle’’ devrait s’interroger sur sa devise promettant à tous  liberté, égalité et fraternité…Tout cela n’est que pure hypocrisie..

Le second, c’est la condamnation par le Tribunal de Minneapolis ce jour, 20 avril 2021, du policier Derek CHAUVIN qui a assassiné George FLOYD le 25 mai 2020, condamnation qui n’aurait pas été imaginable en France en faveur d’un Afro-descendant, dans des tribunaux toujours hantés par le spectre du Code Noir, jamais abrogé à ce jour.. Ce 20 avril 2021 constitue un jour de joie et d’espoir pour tous les Peuples constituant le Monde Noir, qui se souviennent également que le Président MACRON, contrairement à la plupart des Chefs d’Etat occidentaux, n’a pas eu un mot de compassion pour Georges FLOYD..Pas davantage pour Adama TRAORE..

Or suite à la décision de la Cour de Cassation en date du 14 avril 2021 renonçant de  faire le procès du meurtrier de Sarah HALIMI (déjà jugé irresponsable en décembre 2019 par la Cour d’Appel de Paris) et de l’émoi suscité par cette décision dans certains milieux et certains Pays, ce même Président MACRON s’est empressé de déclarer qu’il envisageait de CHANGER LA LOI…

N’est-ce pas monsieur François MITTERRAND, alors Président de la France qui le 16 décembre 1984 affirmait son refus d’accroitre l’injustice, de soumettre les populations par la force, par l’oppression et par la force injuste de la Loi ?

Mon présent écrit constitue tout simplement un Rappel au Droit des Colonisés d’être libres et de revendiquer des Réparations politiques, matérielles et morales.

Que vous le vouliez ou non, tant que le contentieux historique qui nous oppose ne sera pas réglé, les mémoires ne seront pas apaisées et notre jeunesse aujourd’hui sacrifiée ne sera pas sauvée.. 

Recevez, Madame, Messieurs, mes salutations distinguées.

Luc REINETTE