Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
MENU
VOS COMMENTAIRES SUR L'ARTICLE
anakaona
18 / 8 / 2012
les larbins se rebiffent§§§§§§§!!
Ce Romamna est le prototype mème de l'opportunniste.
Pendant un temps il jouait au nègre docile et intégré à Sarcelles en léchant le cul de DSK. Il aidait à l'intégration des domiens en servant de nègre à blanc à Dsk.
Pas un mot sur le mépris de Dsk envers les noirs et son soutien inconditionnel envers cet état raciste et colonialiste qui veut exterminer les palestiniens
( Israel).
Comment un descendant d'esclave peut se comporter ainsi?
La lettre de romana montre son agacement parce que est dans la collaboration avec l'ennenmi, la vigilance des anutres lui pose problème.
Il est violent agressif et raciste, il emploi l'argument des blancs envers les nègres non-soummis désaléinés et décoloniaux.

Traités les autres de tontons-macoutes est classique chez les blancs en mode panique. Moi je réponds à ces chiens que je suis d'acord avec eux. Oui les noirs, les arabes sont des criminels en puissance, voyez(Staline, napoléon,hitler.)

De plus le travail de romana ne fait pas de lui un historien, son prpos sur la france et les noirs est le mème que les députés racistes qui ont voté la loi de 2005 ,non abolie d'ailleurs.
Les travaux historiques sur la france coloniale sont le fait d'université anglosaxonne.

Romana est comme karam il surfent sur le suivisme et une certaine ignorance et un certain larbinisme des domiens et négropolitains.Quand les nègres "français" et autres comprendront que les blancs français vivent depuis 4 siècle sur notre dos de tels imposteurs seront renvoyés à leur médiocrité.

Il importe que les noirs instruits ne fassent plus les larbins, qu'ils ouvrent les yeux des autres noirs, c'est difficile les dominants sont nombreux et ont de leur coté l'argent et les armes.
Mais je constate que quand je discute de manière rigoureuse avec un gentil blanc et que celui-ci se rend compte que vous n'ètes pas dans la vénération de sainte france ou l'aceptation de l'occident bienfaiteur de l'humanité, il change de ton , devient vindicatif comme romana. Ce genre est courant mais une bonne chose, c'est comme cela qu'ils nous respecteront, ils ont vécu et continuent de vivre sur notre dos , pas le contraire. La compagnie de ces personnes est nuisible, il est temps de prendre nos responsabilités envers nos ancètres et nos descedants, eux en valent la peine.
REPONDRE
Raphaël
19 / 8 / 2012
Peau noire et haine blanche
Danik,
Pourquoi tant de haine dans vos propos, Vous êtes-vous une seule fois demandé si vos propos au sujet de ceux que vous qualifiez de "Franco-Guadeloumentura" avec tant de mépris et de haine pourraient être profondémént les blesser. Je suis triste que vous confirmiez par ces propos le sentiment de ne pas être accepté en tant que e Guadeloupéen lors de mes multiples visite en Guadeloupe. Etre recu comme un étranger dans son propre pays ça ne le fait pas.
La haine du blanc vous aveugle et vous empêche de réfléchir et de bien poser le problème qui vous permettra de trouver la meilleure solution pour le devenir de la Guadeloupe. Il y a d'après moi plus urgent que de se morfondre dans le passé. Il faut plutôt essayer de résoudre les problèmes d'aujourd'hui, comme par exemple la question de la drogue des jeunes Guadeloupéens. Il est urgent de sauver ce qui le peut encore. On s'en fout de savoir à qui la faute ... l'esclavage... la France colonialiste ... ON S'EN FOUT ... Brulons notre énergie à trouver une réponse efficace pour les épineux et multiples problèmes contemporains de la GUADELOUPE et arrêtons de pleurer sur notre sort de fils et de filles d'eclaves.
Par ailleurs, nous avons tous ou presque tous un ancêtre caraïbe, indien et/ou blanc, pourquoi privilégier l'ancêtre noir plus les autres? Pourquoi créer tant de déchirures et rester dans une telle souffrance ? Pourquoi ne faisons-nous pas la paix avec nous-mêmes afin que nos ancêtres noirs, blancs, caraïbes, indiens reposent enfin en paix?
REPONDRE
anakaona
19 / 8 / 2012
Ou sont vos arguments?
Le propos ici est politique, évitons le pathos.

De plus votre discours sur le ressassement à d'autres, les histoires nationales comme celles de la france sont une glorification mensongère du passé et c'est pour cela que l'on inculque aux petits nègres la haine d'eux mèmes, en niant leur histoire.

"si vous prenez pas garde les journaux finiront par vous faire hair les opprimes et adorer les oppresseurs"...Malcom X



L’Homme blanc a élevé à des hauteurs jamais atteintes la Civilisation du mensonge. »
Jean-Charles Angrand


L'esclavage à permis à l'europe de s'enricir et cela continue.

Vous voulez continuer à vivre dans le déni libre à vous, mais le passé vous ratrappe toujours.Les blancs vous disent d'oublier ,vous oublier, un juif ne tiendra jamais ces propos seule les nègres aliénés parlent ainsi.


"Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper." - Aldous Huxley (Le meilleur des mondes)

Dans cette histoire il y à des bourreaux qui sont blancs et des victimes noirs, ces victimes ont des descendants qui demandent réparation, c'est légitime.

Jomo Kenyatta : "Lorsque les blancs sont venus en Afrique, nous avions les terres et ils avaient la Bible. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés : lorsque nous les avons ouverts, les blancs avaient la terre et nous la Bible..."

Vos connaissances en histoires sont fausses, lisez nathan watchel etItamar y Gomez et ensuite vous pourrrez parler de l'histoire.
Vous énoncez l'histoire pour les petits blancs ignorants ( si nombreux) qui se croient au centre du monde.


L'une des solutions pour que la jeunesse de guadeloupe aille mieux, c'est de vivre dans un pays non soumis au système colonialo-capitaliste qui est porteur de violence, inégalité et racisme.
La jeunesse est assassinée par des adultes làches, courbant le dos sous la férule de cette douce dictature appeléé société de consommation.
cette indolence empèche de livrer le combat vital face à ces descendants d'esclavagistes qui ont été dédomagés de la perte des esclaves que vous voulez faire disparaitre de nos mèmoires.
Ces esclaves- résistants qui ont patienmment tenu dans la douleur tenu face aux nazis escavagistes?
Ces esclaves-résistants que ,nos enfants doivent connaitre afin de se construire en ayant une image sociale positive d'eux-mèmes.

Ces esclaves-résistants qui sont la preuve de cette indéfinissable férocité blanche.

Ces esclaves-résistants qui sont à nos cotés quand les blancs débarqués aux antilles trouvent que les noirs sont fénéants, nuisibles et devraient retourner en Afrique.

Ces esclaves-résistants qui donnent la force de dire que les blancs cadres ne sont pas plus compétents que les noirs plus diplonmés au chomage.

C'est merveilleux ces odes au pseudo métissage mais à quel prix?




Romana est vraiment un opportuniste qui se sert de la diversité pour arriver à ses fins., D'ou sa phraséologie inepte.

"L’ambition souvent fait accepter les fonctions les plus basses ; c’est ainsi que l’on grimpe dans la même posture que l’on rampe".
Jonathan Swift

La vérité des dominants devient celle de tous. Pierre Bourdieu

REPONDRE
KevinD
19 / 8 / 2012
Lutter n'est pas avancer.
Que de polémiques inutiles ! Ce qui intéresse les guadeloupéens, c'est la réalité quotidienne, pas trop ce qui s'est passé il y a 150 ans.

Certains refusent de tourner la page de l'esclavage. Mais l'immense majorité n'y pense plus. Ils vivent leur quotidien comme des français, ce qu'ils ont toujours été, et ne renierait pour rien cette nationalité.

La prise de conscience que les nationalistes appellent de leurs voeux depuis longtemps n'aura jamais lieu, parce que l'immense majorité des guadeloupéens est loin des antagonismes que l'on veut faire renaître entre noirs et blancs, dominants et dominés, colonisateurs et colonisés. Chacun comprend qu'il vaut mieux vivre en harmonie.

Le nationalisme guadeloupéen est amené à s'éteindre car les jeunes militants gauchistes des années 60 sont amenés à disparaître avec le temps. La relève : quelques nationalistes syndicalistes qui rêvent de révolution, mais dont le peuple se détourne à cause de leur sectarisme, de leur racisme et de leur bêtise. Le LKP a été réduit en quelques années à une portion congrue après avoir drainé les foules pour 200 euros. C'est dire à quel point il est difficile de maintenir l'attention des guadeloupéens sur les problèmes soulevés par le LKP. Nouveau gouvernement : nouvelle donne. La lutte dans la rue n'aura de toute façon rien donné.

Certains militants indépendantistes évoluent. D'autres pas. Certains comprennent la marche du monde, pendant que d'autres restent accrochés aux vieilles lunes. Mais en définitive, la seule chose qui compte, c'est le bien du peuple. Voilà pourquoi on a choisi la départementalisation en 1946. Et pourquoi on continue de vouloir rester français. Parce que lutter, n'est pas nécessairement avancer.
REPONDRE
ArYbLaK97.1
20 / 8 / 2012
le larbin de service de ccn se rebiffe !
Un comportement que le colonisateur et l'esclavagiste a savament inculqué à de millions de noirs et sur des générations. Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme.

Si les Antillais veulent intervenir sur leurs propres affaires, il est évident qu’il faut d’abord prendre conscience d’une question: «Qui sommes nous ?» Il y a trois questions fondamentales. – Ce n’est pas moi, c’est Kant qui l’a inventé; et même dans Saint Augustin vous trouvez cela. – La première question que je me pose: «Qui suis-je ?» Cela vous paraît évident non ! Eh oui ! «Qui suis-je ?» Eh bien je m’excuse, je ne sais pas comment vous faites, mais quand je me suis demandé «qui suis-je ?» je me suis dit, ça y est, il ne faut pas aller bien loin: «Je suis un nègre.» La société me l’indique, l’Histoire me l’indique. La deuxième question: «Que dois-je faire ?» Et la troisième question: «Que m’est-il permis d’espérer ?» Il n’a pas dit «qu’est ce que j’espère ?» mais que m’est-il permis d’espérer ?» Ces trois questions me paraissent tout à fait valables. Je ne vois pas ce qu’un Antillais peut faire s’il ne se pose pas la première question qui me paraît fondamentale. Et bien entendu, pourquoi elle est fondamentale ? Parce que c’est en grande partie de la réponse qu’on apportera à cette question que dépendra l’avis du peuple.

Eh bien, je dis que tourner le dos à l’identité, c’est nous y ramener et c’est se livrer sans défense à un mot qui a encore sa valeur ; c’est se livrer à l’aliénation.

On peut renoncer au patrimoine, on peut renoncer à l’héritage, certes, mais a-t-on le droit de renoncer à la lutte ?

Aimé CESAIRE
REPONDRE
KevinD
20 / 8 / 2012
Une bonne psychanalyse ne serait pas du luxe pour certains.
Mouais ! On a bien vu où l'héroïsme des haïtiens les a mené. Jusqu'à ce jour, ils le paient encore...

Pour ceux qui ont des problèmes d'identité, qu'ils sachent qu'il y a de très bons psychologues en Guadeloupe et même à Strasbourg.

Au cas où certains n'auraient pas remarqué, on a changé de siècle. Le monde a changé. Les problématiques de Césaire ne sont plus vraiment d'actualité. Et ceux qui se voient comme des noirs avant de se voir comme des hommes ont un sérieux problème.
REPONDRE
Shaka Zulu
20 / 8 / 2012
Qui a dit?
"Les races sont de valeur différente, et à la race blanche, d'essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance".

Qui a dit ça? Le fameux Pierre de Coubertin, le père de l'olympisme moderne (sic).

Le problème, c'est qu'en 2012, il y en a qui continuent de penser ainsi dans ce bas-monde. Donc à travers le geste de Teddy Riner, il y a une sorte d'allégeance à cette "race" dite supérieure. Bien sûr, Teddy Riner n'a pas embrassé la chaussure d'or de son entraineur pour faire allégeance mais c'est le symbole qu'il faut retenir. Malheureusement le champion olympique n'a pas pris conscience d'un tel geste. Moi pour ce qui le concerne, je met ce geste sur le compte de l'ignorance. Sauf si je me trompe, je reste persuader que si Teddy Riner avait eu une connaissance plus approndies des luttes qu'ont menées les Noirs à travers l'histoire et le monde pour leur liberté, leur diginité d'homme et leur émancipation, il n'aurait jamais fait ce geste-là.

Serge Romana quant à lui fait un amalgame entre les USA, la Jamaïque et la Guadeloupe. Personnellement j'associerais les USA avec l'Afrique du Sud et la Jamaïque avec la Guadeloupe. La différence est que les USA tout comme l'Afrique du Sud étaient déjà bien longtemps des Etats souverains. Les Noirs ne se battaient pas pour l'indépendance des USA mais pour leur dignité d'homme dans cette société américaine. Idem pour l'Afrique du Sud.
La Jamaïque quant à elle était encore colonie anglaise à l'époque des "maroons". Par conséquent comme leur frères haïtiens, ils avaient deux combats à mener : casser les chaines de l'esclavage et l'émancipation de la Jamaïque. Nous en Guadeloupe, notre combat est plus à rapprocher des caribéens que des américains. Car nos ancêtres ont mené la lutte contre l'esclavage et nous nous continuons encore aujourd'hui à mener la lutte pour l'émancipation complète de la Guadeloupe.

Des guadeloupéens, martiniquais, guyanais, sénégalais ou maliens qui ont décidé de faire leur vie en France, de s'intégrer à la société française, il est à la limite normal qu'ils se sentent également français. Par contre nous qui sommes en Guadeloupe, nous qui vivons continuellement dans cette Guadeloupe, il est évident que nous ayons une autre vision. La Guadeloupe est éloignée géographiquement de la France. Cette France qui n'assurera jamais une égalité entre elle et nous, il est donc tout à fait normal que nous qui sommes en Guadeloupe envisagions d'autres rapports entre nous et la France.

SHAKA (Gwakafwika)
-----------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
ArYbLaK97.1
20 / 8 / 2012
je vous dérange parce que je pense différemment, vous me dérangez parce que vous pensez tous pareils !
Il est nécessaire de souligner que NOU avons changés d'époque pour les problématiques de Aimé Césaire et non pour l'héroîsme des Haîtiens (1803 - 2012 ).
Si quelqu'un l'ignore mon spy de Strasbourg n'est pas assez compétent pour soigner le Larbin-KévinD, on le soigne sur place, car en Guadeloupe aussi il y a de bons psys.

QUOI QUE L'ON FASSE...
Puisque dans nos têtes nous sommes des français
nous cherchons à compléter cette identité comme nous pouvons
Le problème est que quoi que nous fassions
nous serons toujours des africains
Même en changeant de noms
nous serons toujours africains
Même en changeant de nationalité
nous serons toujours africains
Même en changeant d’accent
nous serons toujours africains
Même en utilisant le plus puissant des défrisant
nous serons toujours africains
Même en nous blanchissant la peau
nous serons toujours africains
Même en disant que nous ne sommes pas africains
nous serons toujours africains
Même en critiquant l’Afrique devant d’autres qui ne nous ont rien demandé
nous serons toujours africains
Quand vous dites que l’Afrique est pauvre, sale, désorganisée, pas civilisé
c’est vous-même que vous qualifiez de pauvre, sale, désorganisé, pas civilisé
Bref, quoi que nous fassions
nous serons toujours associés à ces maux qui minent le continent.

nègARY...
REPONDRE
ArYbLaK97.1
20 / 8 / 2012
97.1 - 97.2 - AFRIQUE - 97.3 - 97.4 ...
Le problème est que dans cette fuite éperdue de nous-mêmes, nous perdons tout. Si j’avais toujours compris que les Noirs partout où ils sont ont les mêmes problèmes, l’étude de l’histoire m’a fait facilement comprendre que notre premier problème est un problème identitaire.

nègARY...
REPONDRE
abu mashar
21 / 8 / 2012
Qui sont ces natifs qui ont choisi de se couper de leur pays et qui se croient encore détenteurs d’une vérité et se posent en donneurs de leçons?
Eben bon.
Nous voilà repartis pour un grand et gigantesque bon en arrière. Cette remarque dénote une intolérance certaine de la part de l'auteur. Elle est surtout révélatrice de la difficulté à accepter le débat.

Cette pathologie vient vraisemblablement des conditions dans lesquelles s'est forgée l'entité Guadeloupe.
Pour autant, votre remarque d'intellectuel avancé condamne les alter-mondialistes occidentaux.
Ceux-ci ne résidant pas en Afrique, ou sur le continent américain ne sauraient se prononcer sur le sort de leurs peuples.

Plus grave encore, elle vous interdit de faire quel qu'analyse que se soit des évènements en Syrie ou d'ailleurs.
Comme je l'ai écrit dans le passé, ces propos émanant d'un intellectuel-journaliste-patriote-anticolonialiste-altermondialiste augure d'un avenir bien sombre pour la Guadeloupe.
Ce d'autant que l'intolérance est également le li des autres mouvements politiques, culturels et cultuels de Gwada.

Profitant de l'exceptionnelle occasion de pouvoir encore aujourd'hui donner une opinion différente. Je vous dis, merci, Monsieur le guadeloupéen avancé, d'annoncer à l'avance ce qui risquerais de se produire si jamais vous ou un quelconque autre mouvement politique obtenais l'autonomie ou l'indépendance de Notre Gwada.
REPONDRE
abu mashar
21 / 8 / 2012
Peau noire, masque blanc?
Constatant que les CNN des 16 et 18 courant sont jumeaux, n'ayant abordé qu'un aspect de l'échange "Franco-guadeloupéennomentura exilé à la peau noire et au masque blanc" /Guadeloupéen avancé-patriote jusqu'à la mort et fier de l'être car n'ayant une once de sang blanc ou indien d'inde ou amérindien ou syro-libanais ou chinois:nègre pur descendant d'esclave" (je reprends in extenso les termes de l'auteur les rendant plus explicite car étant moins avancé).

S'il est vrai, fondé et reconnaissable de constater la part des originaires du continent africain dans la constitution de l'entité Guadeloupe. Il est également sain de constater la consubstantialité de cette présence à la présence des européens. En outres, l'apport des populations du sous-continent indien est également fondamental dans la constitution de cette entité Guadeloupe. Pour s'en convaincre il n'y aurait lieu que de questionner le Gwo ka tant du point de vue de l'instrument tambour que des rythmes qui nous sont parvenus.

En second lieu, réduire le statut politique actuel de la Guadeloupe au rapport psycho-social peau noire/masque blanc est quelque sommaire voire simpliste.
S'il est vrai que la structuration économique, sociale et politique de l'entité Guadeloupe est le résultat du couple colonie/commerce triangulaire, il est également admis de noter que le triptyque colonie/département-école/enseignement supérieur-ouverture aux mondes a favorisé une ré-appropriation de l'homo-guadeloupéénus à son univers historique. Dès lors, c'est en conscience que l'homo-guadeloupéénus se prononce quant à ses rapports avec lui même, avec l'Afrique, avec la France, avec Le monde y compris la caraïbe et les autres pays de notre continent.
C'est ainsi que de plus en plus de guadeloupéen parte aux Etats-Unis, au Canada, en Grande Bretagne, en Allemagne, aux Brésil voire même en Chine et en Corée du sud. Ainsi, la dimension sociologique ou psycho-social si elle permet d'apprécier certains moteurs de la société guadeloupéenne n'est pas suffisante pour embrasser la dite société.

En effet, les mouvements de fonds qui traversent notre société sont les mêmes qui aujourd'hui parcourent le monde. Ces mouvements prennent leurs origines dans une modification substantielle des vecteurs économiques, technologiques et scientifiques. En d'autres termes les modifications des rapports entre les états résultant de l'émergence de nouvelles puissances en lien avec l'effondrement du mur de Berlin ont favorisé la constitution d'un monde multi-polaire dans lequel l'ingénierie scientifique et technique constitue le vecteur fondamental de la création de valeur et en corollaire de la création de richesse sociale. Cette mutation crée des frictions appelée crise. Il s'ensuit une perte substantielle de puissance pour certains pays de l'ancien monde (L'Europe) et un déplacement du pôle de développement mondial. En clair, nous sommes en train de vivre le passage du pôle continental Europe-Amérique au pôle Asie-Amérique + Afrique du sud (auquel il faudrait ajouter le Nigeria si ce dernier parvient à poser les bonnes questions s'agissant notamment des ressources du pays, également des conflits religieux et inter-ethniques. Ces points concerne par ailleurs la quasi totalité des pays du continent africain, Afrique du nord compris.

Commme on le voit réduire la question du devenir de la Guadeloupe à peau noire/masque blanc: Nou pa Fwansé Nou sé Gwadloupéyen est sujet à caution.
Cette constatation amène dès lors à s'interroger en profondeur sur l'homo-guadeloupéanus. Vous comprendrez sans doute aucun que l'humour de l'expression utilisé renvoie à la pratique de l'exercice du pouvoir dans notre Gwada.
Ainsi, avons nous le sens de l'intérêt commun ou général. Choisissons nous les membres et les cadres de nos organisations en fonction de critères objectifs fondés sur la compétence ou privilégions nous des valeurs claniques.
Sommes nous ouverts à confronter nos valeurs à d'autres provenant de membres de notre communauté voire de l'étranger. Le terme étranger est entendu ici au sens de hors le territoire national français et de l'Union Européenne.

Par ailleurs, avons nous une réelle perception du rôle moteur et fondamental des sciences de l'ingénieur dans la création de valeur et donc de l'urgente nécessité de mettre en place les conditions d'émergence des écoles d'ingénieurs, des instituts technologiques.

Cette question peut paraître futile au non initié mais elle est d'importance pour les responsables politiques et de l'éducation. De ce point de vue, des voyages au Qatar, au Koweit,au sultanat d'oman, au Brésil, en Corée du sud, à Taïwan, au Brésil voire à Cuba ou en Inde faciliterais la compréhension de ce vecteur. Pour terminer sur ce point, nos dirigeants actuels et les futurs n'ont qu'à analyser les débats que ce sujet suscite en France continentale de la part tant des forces politiques que sociales (gouvernement, présidence de la république, partis politiques, syndicats, entreprises, universitaires, associations, etc).

Enfin, pour clore ce chapitre du syndrome peau noire/masque blanc-patriote nègre vert de gris /negzagonal, le peuple n'a t-il pas toujours raison.
Il était une fois dans le pays de Gwada, au sein de la nacelle des hommes "daplon", le bon peuple sentant bien avant l'heure les changements qu'induiraient une autodétermination statutaire, a toujours préféré donner sa préférence aux partisans de la Guadeloupe française. Cela fait maintenant plus de 50 ans que les partisans du changement agissent et rien n'y fait LOL.

Voulant un débat intelligent, force est de reconnaître que la tâche de ces militants ne fut pas facilité. Les mouvements sociaux et politiques se sont toujours vu opposés une police, une gendarmerie, une justice, féroces et sanguinaires.
Le dernier épisode en date est le LKP et la mort d'un syndicaliste, tué cette fois ci par des délinquants.
Une intermède dans la lutte des pantis face à ce qu'ils appellent les forces obscurantistes.

Toutefois l'obscurantisme ne consiste t-il pas quelque part à se considérer plus guadeloupéen qu'un autre vivant depuis plusieurs années en France continentale.

l'obscurantisme ne consiste-t-il pas à voir dans le geste de T RINER vis-à-vis de son entraineur une pathologie de renonciation à la dignité et une manifestation du oui bwana.

L'obscurantisme ne consiste-t-il pas à proférer des propos méprisants vis-à-vis d'un individu qui ferait part de son analyse de la critique du geste de T RINER par le journaliste.

L'obscurantisme n'est-il pas de prétendre interdire à un individu né en Guadeloupe de parent guadeloupéen ou pas ayant vécu la majeure partie de sa vie ou pas en Guadeloupe de donner son avis sur un article insultant un guadeloupéen victorieux d'une compétition sportive internationale, ou ayant remporté un prix littéraire, ou un prix scientifique, ou ayant obtenu une distinction en relation avec son parcours professionnel (journalisme, politique, musique etc).

L'obscurantisme n'est-il pas Zandwo d'insulter un compagnon d'arme. Car quel que soit le chemein emprunté la grandeur d'un homme se mesure à sa capacité à assumer ses choix avec force et vigueur. Et en l'espèce ils (Romana et Riner) l'assument avec talent et comme le dit Abu Mashar, Qu'on se le dise.
REPONDRE
Shaka Zulu
21 / 8 / 2012
Le bon peuple a le dernier mot?
Sur le volet politique, il faudrait éviter d'être aussi catégorique car les choses sont en train d'évoluer pour ce qui concerne l'évolution politique de la Guadeloupe et de la Martinique par la même occasion. Il n'y a qu'à voir comment Victorin Lurel et Serge Letchimy jouent au chef d'Etat dans la Caraïbe. Hé oui, ce sont justement les partisans de la Guadeloupe (et de la Martinique) française qui se verraient bien président de leur pays indépendant ou indépendant-associé. Il n'y à qu'à voir le destin de Félix Houphouët-Boigny pour la Côte d'Ivoire en Afrique.
Hé oui, on fait toujours croire au bon peuple qu'il a toujours le dernier mot alors que la plupart du temps, il est manipulé par des politiciens beaucoup plus soucieux de leur carrière!

SHAKA (Gwakafwika)
-----------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
ArYbLaK97.1
22 / 8 / 2012
ne réfléchis pas, regarde la télé, travaille, consomme et paye tes impôts, ne réfléchis pas !
ETRE NOIR ce n’est pas l’être de peau ;
Ce n’est pas le clamer très haut,
Car la peau et la voix sont changeantes
Comme au vent la girouette virevoltante.

ETRE NOIR ce n’est pas vivre en Afrique,
Ni même en avoir l’aspect physique,
Latitude et plastique ne font pas l’affaire,
Seul compte le sacrifice à la Patrie-Mère.

ETRE NOIR c’est d’abord aimer sa peau,
Sans la parer de ces vilains oripeaux
Que la civilisation occidentale fanée
Fait gentiment miroiter sous notre nez.

ETRE NOIR c’est enseigner à nos enfants
La belle Histoire de l’Afrique aux éléphants,
Et non plus les hauts faits des « Maîtres »
Dont le colon abreuva nos ancêtres.(D.S.D)

JE VOUS DERANGE PARCE QUE JE PENSE DIFFERAMMENT, VOUS ME DERANGEZ PARCE QUE VOUS PENSEZ TOUS PAREILS !!!
REPONDRE
ArYbLaK97.1
22 / 8 / 2012
ne réfléchis pas, regarde la télé, travaille, consomme et paye tes impôts, ne réfléchis pas !
N’est-il pas temps pour les colonisés que vous êtes-tout comme nous les autres guadeloupéens de revisiter notre propre histoire et la démystifier dans tout ce qu’elle comporte d’assimilation et d’aliénation ( mépris, déni de nous mêmes et adulation de ceux qui nous dominent..) afin de vivre enfin fiers et debout ?
La première démarche de l'Etat colonial Français serait alors de réparer le tort fait aux Afro-Descendants en NOU désolidarisant publiquement du chapitre relatif à leur stigmatisation dans le rapport de synthèse de leur Congrès.

TANT QUE LES ANTILLAIS ET LES AFRICAINS NE SE CONSIDERERONT PAS COMME FAISANT PARTIE D'UN MEME PEUPLE ET NE TRAVAILLERONT PAS MAIN DANS LA MAIN POUR LE RETABLISSEMENT DE L'AFRIQUE ALORS NOTRE COMBAT NE FERA QUE COMMENCER...

JE VOUS DERANGE PARCE QUE JE PENSE DIFFERAMMENT, VOUS ME DERANGEZ PARCE QUE VOUS PENSEZ TOUS PAREILS !!! ...nègARY
REPONDRE
fouyaya
23 / 8 / 2012
NOIRISME A TOUS LES ETAGES
Danik Zandwonis père la morale

Je ne comprends pas comment un type comme vous en 2012 qui organise une revue de presse pour debattre des problèmes du pays puisse être aussi manichéen quand il s’agit de parler des antillais je suis triste de voir que vous et beaucoup d’autres qui se veulent leader d’opinion ou alors simple volaille qui fait l’opinion soient incapables de voir les antilles comme elles sont multiples et considerer les antillais comme des cons . et non comme des hommes et femmes .
C’est une obsession chez vous que de parler de l’esclavage de traiter ceux qui ne pensent pas comme vous de révisionnistes , d’aliénés , de vendus etc .. si vous voulez debattre il faut du calme la population de la GPE est multiple sur le plan social, ethnique et chaque individu a son ADN selon vous l’enfer c’est l’autre , vous vous contenter de ressasser , ressasser les mêmes fadaises sur l’esclavage , le colonialisme , comme d’autres nationalistes vous ne responsabiliser la population nul besoin de citer FANON qui disait qu’il ne faut pas être esclave de l’esclavage soyez un peu plus genereux dans le choix de vos sujets et surtout de vos arguments vous êtes dans ce pays une bande de syndicalistes , intellectruels , politiciens , menbres d’associations qu’on retrouvent partout vous saturer à la longue « je suis partout » je note qu’à aucun moment vous n’inciter la population à s’engager sur le plan economique de l’investissement comme l’ont fait des salariés à bouillante . est il necessaire de faire un si long papier sur quelqu’un qui lutte à sa façon beneficiez vous d’aide de la region ?
Ne pensez vous pas qu’il eût été plus judicieux de créer une entité pour donner du boulot à des jeunes plutôt que de lancer cette « connerie » de carte d’identité guadeloupéenne , c’est sûr ce document nous permettra d’aller en afrique en HAITI où on ne reconnait pas la double nationalité ( coucou mr le pdt MARTELY) . sincerement je ne vous crois pas aussi naïf ou de mauvaise foi est ce pour faire du clientelisme comme les politiciens et autres anarco-syndicalistes qui ont fait profil bas à GARDEL que vous aavancez de tels arguments on est en 2012 reveillez vous tous les antillais ne sont pas formatés de la même façon .
Le problème de la GPE c’est le chômage créons une structure sur la base d’un actionnariat populaire (20 ou 50 euros ) pour embaucher des jeunes

Les jeunes vous refuser comme les politiciens et autres syndicalistes de reconnaître que le VAGABONDAGE SEXUEL est à l’origine de l’echec , de l’errance de ces jeunes sans education sans formation , illettrés OUI c’est un sujet TABOU AUX ANTILLES des enfants qui font des enfants
. il est hors de question pour vous de responsabiliser la population dans son comportement social et économique ( berline allemande à 60 000 € ) chaussures à 200 /300 € . villa à 200 m2 ,champagne , croisière etc .. vous n’etes pas sans savoir qu’en chine communiste il y a près de 150 milliardaires $ et un million de millionaires $ mais aussi de 400 millions de pauvres
Même les grêcs reconnaissent qu’ils sont responsables de leur situation .
Plus grave vous developper dans l’ opinion l’ideologie de « l’arrogance de l’ethnie majoritaire « cela fait des ravages dans la partie de la population la moins favorisée sur le plan des etudes vous les enfermez dans un ghetto où seul le creole a droit de cite on va bien loin avec martinique , M/GTE .
C’est votre droit de vous exprimer mais soyez un peu modeste à vouloir trop prouver on ne prouve rien , cela ne rime à rien que de vouloir faire la morale à tout le monde vous vous noyer dans le NOIRISME

REPONDRE
Tibou
24 / 8 / 2012
La cohérence totale existe-t-elle ?
Question préliminaires :
1) Pourquoi CARIBCREOLENEWS et pas un nom en créole ?
2) Pourquoi le logo de la région Guadeloupe et le lien de son site Internet sont repris en haut de CARIBCREOLENEWS ? La région n'est-elle pas une division administrative du pays colonisateur ? Il faut signaler que le ministre des colonies présidait jusqu'à récemment cette annexe du colonisateur !
S'agissant du débat ouvert sur le geste du judoka d'origine guadeloupéenne, pas grand chose à ajouter mais la question est de savoir s'il faut tout interpréter. Je me suis également posé la question suivante : Si un judoka blanc avait baisé le pied d'un entraineur guadeloupéen noir pour le remercier, comment aurait-il fallu nationalement (au sens de la Nation Guadeloupe) interpréter ce geste ? Qu'en pensez vous ?
Par ailleurs, quand on se demande si la Guadeloupe est encore une terre de champion, il y a un collègue auvergnat qui m'a demandé comment faisait la Guadeloupe pour avoir autant de sportifs de haut niveau proportionnellement à sa population, comparée aux autres départements français. Peut-on en conclure que tout est relatif ?
REPONDRE
Agostino.
24 / 8 / 2012
Quelle histoire!
Dans son échange fraternel avec D. Zandwonis , S. Romana nous invite à analyser ce qu'il appelle un "paradoxe". Nous apprenons que :

« La Royauté française a fabriqué les esclaves de la Guadeloupe. Puis la République française a émancipé ces esclaves et a transformé leurs descendants en citoyens français. »

« Sans la France, à la différence des Algériens, Vietnamiens, des peuples africains, tu n’existerais pas en tant que Guadeloupéen. Et c’est paradoxe-là qu’il te faut, qu’il nous faut analyser, mais surtout assumer et gérer. »

Faisons ici abstraction du fait que, de balancer entre « République » et dire «Danik, c’est mon peuple, c’est nous» (...) «Mais notre peuple retiendra qu’un de ses enfants...» est déjà un paradoxe en lui-même, la République étant « une et indivisible»? Sé sa ki maté adan konstitisyion'la! Mè, lè nou paré pou wouvè zèl annou ti tak, ki moun ké pé baré van annou? Kant a kaskod on jou...mi bab mi!

La question est de savoir en quoi ce fraternel échange avec ses raccourcis éclaire notre chemin ?

Le travail d’histoire aidant, nous avons aujourd’hui une meilleure connaissance de l’odieux système mis en place sous la royauté - système auquel la République mettra un terme en 1848. Cet acte, selon nombre d’historiens, fut le résultat d’une convergence des luttes, des révoltes et d’actes humanistes. Si cette histoire en cours nous donne un droit d’inventaire, il est peu probable qu’il nous accorde le droit à simplification.

- "… aucun courant anti-esclavagiste occidental n'apparut hors d'un contexte de résistance des esclaves eux-mêmes, que ce soit par la rébellion, le marronnage, la résistance au quotidien, le refus du travail, le sabotage, l'empoisonnement du bétail, du commandeur ou des maîtres de plantations.", nous dit l’historienne Nelly Schmidt.

- "L'identité n'est pas née de l'esclavage, elle est née contre l'esclavage. C'est donc la RESISTANCE à l'esclavage qui a fondé les identités caribéennes dans toutes leurs composantes culturelles." Selon Daniel Maximin

L’esclave n’aurait donc pas attendu la mansuétude de la République pour dire son humanité. (Voir : chronologie des révoltes aux Caraïbes-Amériques du XVIe au XIXe siècle, Site du CPMHE)

Si « la colonisation bienfaitrice » nous est parfaitement bien contée …

Loi n° 2005-158 du 23 février 2005, ne stipulait-elle pas dans son article 4, que « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ». Controverses, et l’abrogation du deuxième alinéa de cet article vint faire taire cet « audace » (Décret n° 2006-160 du 15 février 2006)

Un instant d’inattention et la parole de A. Césaire passait sous silence : « On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, des cultures piétinées, d'institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaire possibilités supprimées. On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemins de fer. Moi, je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure où j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan. Je parle de millions d'hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la danse, à la sagesse. Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme. » (Discours sur le colonialisme)

Si « la colonisation bienfaitrice » nous est parfaitement bien contée …

… l’action des « colonisés bienfaiteurs » en faveur de la République, l’est moins.

Il ait des historiens sérieux pour dire que sa devise - Liberté, Egalité, Fraternité - prend tout son sens avec la révolution à Haïti. Contraint par la menace Anglaise et Espagnole d’envahissement de la colonie de Saint-Domingue, l’envoyé de la jeune 1ere République acta en 1793, l’auto-libération des esclaves de la partie française. Cette décision sera officialisée par l’Assemblée Nationale le 4 février 1794. [Liberté – Egalité]. Restait la « Fraternité ».

L'écrivain Alain Foix, dans un article de libération du 27 janvier 2010 rapporte comment le terme fut adjoint à la devise de la République « .. il est aujourd’hui fondamental de rappeler que le mot fraternité qui frappe notre emblème, nous le devons à Haïti, notamment à l’intervention d’un certain Belley, député noir haïtien envoyé en 1794 à l’Assemblée nationale par Toussaint Louverture, dans une délégation symbolique de trois députés, un blanc, un mulâtre et un noir. Le mot fraternité qu’il prononça, repris par l’abbé Grégoire et par l’Assemblée, ornera définitivement notre emblème à partir de 1795, venant rejoindre le couple liberté-égalité jusque-là sans enfant, et renforçant le lien dans une trinité indéfectible. »

L’histoire a de ces retournements…

En guise de remerciement, le 1er Consul de la République (qui il est vrai n’était plus dans ses principes) Bonaparte, rétablira l’esclavage en 1802. Nul autre document que « Sonjé 1802, la guerre et les massacres de 1802, à la Guadeloupe - CD du CM98 », ne restitue au mieux ce que fut cette expédition punitive en ce qui concerne la Guadeloupe : 10% de la population massacrée.

Si « la colonisation bienfaitrice » nous est parfaitement bien contée …

… l’action des « colonisés bienfaiteurs » en faveur de la France, l’est encore moins.

Descendants d’esclaves ou non, ils n’hésiteront pas à aller jusqu’aux Dardanelles pour défendre la "Mère Patrie" (1ere guerre mondiale - 1914/1918)

Descendants d’esclaves ou non, ils n'hésiteront pas à faire Dissidence pour contribuer au combat contre le nazisme ; pour libérer la France du régime de Vichy et rétablir la République « abolie » par Pétain.

« sans la France »,

Notre histoire ne mérite-t-elle pas mieux, que des simplifications ou des propos aux relents d’assujettissement.

Parce que complexe, triste, riche, comme toute histoire humaine, elle nous autorise un droit d’inventaire pour : comprendre ce que nous avons été, ce que nous sommes, ce que nous ne voulons plus être ; elle nous fait obligation de lucidité pour nous projeter dans l’avenir, définir notre positionnement au monde ; un monde avec la France, mais pas seulement.

« Les bateaux négriers français, partis des ports de Nantes, Bordeaux, La Rochelle ou encore Le Havre, ont charrié de 1625 à 1848, plus de deux millions d’Africains." (CM98-site web) Il s'agissait d'une déportation. Ces hommes et ces femmes ont eu des enfants qui en ont eu d'autres...et nous sommes leurs descendants! Cela s'appelle la filiation.

« Sans la France » avez-vous dit !



REPONDRE
Shaka Zulu
24 / 8 / 2012
Eclairer le peuple
Merci pour la leçon d'histoire Agostino car je crois que certains de nos compatriotes méritent vraiment d'être éclairés.

La France humaniste? Hum, hum! Le jour où bon nombre de nos compatriotes comprendront que la France ne défend que ses intérêts partout où elle passe, ils regarderont la France d'un autre oeil et finiront enfin par se dire que cette situation de sujétion a assez duré!

SHAKA (Gwakafwika)
------------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
Connectez-vous pour commenter !
REACTIONS AUTRES ARTICLES
ARTICLES POPULAIRES (10 Derniers jours)
Politique | 25/7/2014 | CCN
Guadeloupe. L'urgence de s'appartenir

Edito | 25/7/2014 | Danik I.Zandwonis
Nous sommes tous des Palestiniens ?

Débat | 28/7/2014 | Frantz Succab
Le Débat. Nous sommes tous des Guadeloupéens !

Edito | 30/7/2014 | Jean-Claude Rodes
115.000 cas de chikungunya !*

Environnement | 25/7/2014 | Karyma Baltimore
Caraïbe. Un développement durable basé sur l’agriculture


© CARIB 4 MEDIAS - Tous droits réservés - ©CARIB CREOLE NEWS, Toute l'actualité de la Guadeloupe et des nations créoles