Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
MENU
VOS COMMENTAIRES SUR L'ARTICLE
Shaka Zulu
22 / 6 / 2012
S'il y a une chose que nous devons combattre, c'est l'assimilation, ça c'est sûr!
"L'Etat français qui s'annonce solidaire aura-t-il les moyens de sa politiques?" selon CCN.

Bien sûr que non, seuls les naïfs croiront à "papa nwèl". J'ai écouté ce midi un débat sur "France-Inter" (car il faut toujours s'informer sur le camps d'en face de temps en temps). Hé ben, on disait que pour l'année 2012, la France a un trou budgétaire de 10 milliards d'euros. Un trou que cette France cherche à combler. Donc même les socialistes seront obligés de poursuivre la politique d'austérité de l'UMP. Les socialistes changeront dans la manière de procéder mais dans le fond ils feront pareil. Nous avons donc là, la confirmation de ce que nous disons sur CCN : la fin de l'Etat français providence!

Zandwonis nous parle d'un transfert de l'assimilation de la droite vers la gauche. Assurément à première vue mais n'oubliez pas que c'est la politique qui se joue là. Victorin Lurel a joué au "plus français que moi tu meurs" pour ses intérêts personnels (présidence de la Région, député et maintenant ministre français), bref c'est en réalité surtout un assimilationniste par calcul.
Le GUSR de Jacques Gillot est-il aussi assimilationniste que le PS en Guadeloupe? Je ne le crois pas car au sein du GUSR, nous trouvons davantage de progressistes qu'au PS.
Par contre PS ou GUSR, c'est assurément revendiquer la présence coloniale de la France même avec un statut d'autonomie puisque l'autonomie n'étant pas l'indépendance. Et encore même avec l'indépendance, il faudra éviter une néo-colonisation à l'africaine.

Mais ne soyons pas trop chaud ou trop pressé! L'indépendance viendra en son temps, certains d'entre nous ne la verront peut-être pas mais elle viendra, ça c'est sûr! Donc ne soyons pas trop pressé.

Par contre aujourd'hui en 2012, s'il y a une chose que nous devons combattre coûte que coûte dans ce pays, c'est l'assimilation. Mais en réalité, de quelle assimilation s'agit-il? L'assimilation culturelle? L'assimilation politique? Un peu des deux! Même si du point de vue culturel, beaucoup de progrès ont été réalisés!

SHAKA (Gwakafwika)
------------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
Agostino
1 / 7 / 2012
"L'assimilation, forme suprême du colonialisme"
A propos de l'assimilation, Paul Niger publia en avril 1962 dans le Revue Esprit, un article intitulé :"L'Assimilation, forme suprême du colonialisme".

Les Extraits reproduits ci-après sont avec l'aimable autorisation de la Revue Esprit:

"L'ancienneté du fait colonial

Les entreprises humaines sont habiles à se couvrir de mots aussi imagés que faux. L'étiquette "départements d'outre-mer" laisse entrevoir je ne sais quelle palpitation physique de morceaux de chair métropolitaine prospérant sous d'autres cieux avec une perpétuelle nostalgie du ventre originel; elle recouvre en réalité une entreprise très concrète, très comptable, très commerciale qui, au cours des siècles, ne s'est pas embarrassée d'inutiles scrupules, même si, par moments, elle s'est revêtue d'oripeaux engageants et de masques trompeurs. "L'assimilation" fut un de ces merveilleux trucs politiques créé pour les besoins du maître passé en mode et accepté comme vérité par ceux-là mêmes qu'il eut en charge d'endormir, de ligoter, d'anéantir. [...]

[...] Or, l'assimilation est un procédé de colonisation commode et efficace. Elle s'appuie sur un système de références idéologiques et historiques d'accès et de maniement faciles. Une certaine paresse d'esprit y pousse. Son utilisation est d'une technique à portée de la main. Il suffit de transposer lois et règlements, organisation, structures économiques. Plus besoin d'approfondir les conditions naturelles, les moeurs des habitants, de se mettre à la place des autres. On considère comme démontrée une fois pour toutes la supériorité de sa propre organisation, de sa civilisation, de sa culture, de sa religion.

Et son efficacité vient de ce qu'elle double les moyens classiques de domination pure: forces militaires et policières, écrasement économique, d'une série de mystifications, politique, culturelle, social, psychologique. S'il prend la précaution de créer des alliés dans toutes les couches de la société et à toutes les périodes de l'histoire, le colonisateur prolonge indéfiniment son emprise".

http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=22260

C'est un article qui à mon avis, est susceptible d'éclairer et de nourrir le débat qui nous occupe en ce moment. A cet égard, Paul Niger était un visionnaire. Son analyse d'un demi siècle est tout à fait d'actualité.

L'assimilation politique et statut quo ne vont-ils pas de pair, ne marchent-ils pas du même pas boiteux et ne conduisent-ils pas à une impasse? L'exemple du changement d'horaire est à ce titre édifiant. A trop vouloir ressembler à autrui, on court le risque de perdre son âme jusqu' à faire fi des fuseaux horaires, de l'environnement naturel. A ce rythme-là ils auraient réussi l'exploit de faire tomber de la neige artificielle en plein carême. Quand on y pense, on se dit tout de même que c'était une vaste lubie, une extravagance, une folie pure. Mais aussi grave fut le mensonge historique (nos ancêtres les gaulois) qui était "enseigné" dans les écoles en Guadeloupe. L'assimilation revêt un relief particulier c'est quand elle investit le champ du langage, du vocabulaire. C'est ainsi que le mot "été" est employé comme si c'était un saison de la Guadeloupe alors que nous avons deux saisons qui sont le carême et l'hivernage, mais l'ignorent-ils?. En faisant un petit tour sur la toile, de page en page on peut tomber sur choses surprenantes, édifiantes. Il suffit de taper dans un moteur de recherche "l'été en Guadeloupe" pour s'étonner, se moquer de l'impudence de certains.
REPONDRE
ArYbLaK97.1
22 / 6 / 2012
tous pourris - c'est un fait avéré !
Les politiques-véreux manipulent en criminalisant
ceux qui n'adhèrent pas à leur clan
Apparaissent souvent à l'écran
avec un air de chien battu
juste après commis l'irréparable
en versant des larmes de crocodile
C'est une logique de mafieux de manigançer
pour préserver l'oligarchie
Alternent entre mensonges et désinformations
en cherchant à diaboliser le syndicalisme
Tenant les rênes, ils sont hélas capable de tout
pour pérenniser leur occupation
Et la domination ainsi que l'asservissement des peuples
qui habitent les colonies en sont les preuves

Nos cols blancs appliquent sans broncher la politique qu'impose l'élysée
Tapent pas du bec lors des séminaires de la mafia
ça confirme leur complicité de chanter les mêmes refrains
En s'étonnant de l'ampleur d'une nouvelle hausse ... !
Leur priorité reste avant tout de faire du pickpocket dans les poches des Guadeloupéens
Dilapider l'argent public, de fourberies, d'aveugler, en méprisant les maux des nègres

- Nos assimilationnistes, le gouverneur, le ministre des colonies éviteront-ils encore lontemps sur le LKP sur le terrain social ?

- Quand reconnaîtront t-ils le fait syndical ?

* Ils ont choisi de répondre par le mépris, la répression face aux travailleurs et au peuple de Guadeloupe...qui vivra, verra !

...ary x...
REPONDRE
ArYbLaK97.1
22 / 6 / 2012
LES PROMESSES N'ENGAGENT que CEUX qui Y CROIENT !!!
Nos assimilasionnistes à col blanc
promettent monts et merveilles dans leurs propagandes
En faisant croire au peuple assimilé et aveugle
qu'ils mettront du beurre dans leurs épinards
Ces larbins appliquent sans rechigner la politique élyséenne
se pardonnerai jamais de remettre en cause le système colonial
Et de mettre en péril l'autorité politicienne vis à vis du peuple en appliquant
la pleine et entière Accord BINO du 26 février et le protocole du 4 Mars 2009
S'en moquent de la domination, l'oppression et de l'asservissement du peuple
en récupérant les miettes qu'aurait laissé le clan mafieux qui vivent dans le mal
Restent avec leur pouvoir de pacotille en s'étonnant d'une nouvelle hausse
Font du pickpocket dans les poches des Guadeloupéens en méprisant les maux des nègres
Restent sans douter des experts en aplaventrisme qui songent d'abord à leur carrière
En restant au service de l'état colonial français qui leur garantit une part du gateau
Ils savent bien comment nou maintenir dans l'ignorance et la mendicité
En nou aveuglons avec toutes sortes de distractions et de flonfons
De droite comme de gauche c'est du pareil au même - bonnet blanc blanc bonnet
C'est de la poudre aux yeux - du saupoudrage - des effets d'annonces - du cinéma
Pire, le peuple pense métamorphosé sa vie grâce à l'élection d'un pourri sorti du cirque électoral
Et avec un bulletin de vote qui lui promet depuis l'occupation française de gagner en démocratie !

la traditionnelle propagande électorale veut qu'ils viennent quémander nos suffrages
en nous demandant de leurs accorder notre confiance afin de défendre nos intérêts...

...ary x...
REPONDRE
Shaka Zulu
22 / 6 / 2012
22 juin 1962-22 juin 2012, 50 ans déjà!
Surprenant que CCN ait passé sous "silence" cette date dramatique pour quatre pays au moins : la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et le Venezuela. Oui en ce jour du 22 juin 1962, un avion de la compagnie "Air France" surnommé "Château de Chantilly" s'écrasait au morne Piton dans la commune de Deshaies faisant 113 morts et un seul survivant. Parmi les victimes se trouvaient donc des ressortissants de Guadeloupe, Martinique, Guyane et Venezuela. Et surtout se trouvaient deux grands hommes qui allaient selon nous redresser leur pays, le guadeloupéen Albert Béville et le guyanais Justin Catayé. Tous deux étaient militants anti-colonialistes. Au moment des décolonisations, la France ne voulaient pas perdre ce qui lui reste de confettis. Alors accident ou attentat? Nous avons notre idée là-dessus!

SHAKA (Gwakafwika)
------------------
Karibéyen nou yé, karibéyen nou ké rété!
REPONDRE
manglous
23 / 6 / 2012
L'assimilation est génétiquement lié à la personnalité du guadeloupéen aussi nous pouvons parler d'atavisme assimilationiste !
NON , l'assimilation ne mourra jamais en guadeloupe , car de droite ou de gauche ,ellle peut se prévaloir de 4 siécles de présence au cours desquels elle a faconné l'âme guadeloupéenne .Ce n'est pas l'assimilation qui est en voie de disparition mais l'état providence comme nous avons été le premier à le dire et l'écrire sur CCN.
Dans un monde en profonde mutation, les Guadeloupéens, comme le montrent une enquête récente, restent majoritairement confiants dans leur avenir avec la France et dans leurs capacités personnelles de réussite dans le systéme actuel de droit commun.

Cependant, les guadeloupéens affichent trop souvent un certain pessimisme quant à l'avenir de leur progéniture et de leur pays, et pour certains une réelle défiance vis-à-vis des institutions .

Accélération de la pression fiscale, réduction des dépenses de santé, moindre revalorisation des prestations sociales... À elles seules, ces trois mesures éclairent le sens profond de «l'assainissement des finances publiques» :sous la pression de la crise de la dette , le probable démantèlement de l'État-Providence qui a permis dans le passé le progrès économique et social de la Guadeloupe .
« C’est l’histoire d’un aveuglement qui s'est joué avec la crise LKP de 2009. D’une évolution dont les élites politiques refusent de prendre acte, mais que les principaux intéressés (la majorité des Guadeloupéens !) subissent et ressentent dans leur chair.

Le déni de la paupérisation des classes moyennes

Notre pacte social avait fait la part belle aux classes moyennes depuis la départementalisation. On imagine encore que l’essentiel de la population doit travailler dans la fonction publique quelle soit d'Etat ou Territoriale, et peut, année après année, bénéficier de rémunérations de plus en plus élevées. On doit pouvoir accéder au crédit, s’acheter une voiture, puis un logement. Commençons par un appartement et puis ensuite, pourquoi pas, nous déménagerons pour une maison.

On travaille, on progresse, quand on est malade, la sécu rembourse, et le versement des retraites est assuré. On ressemble peu ou prou à ses voisins, à ses cousins, à ses anciens camarades d’école : on ne se refuse pas grand-chose, on râle contre le niveau trop élevé des impôts ou des prix ,du coût de la rentrée scolaire et universitaire,mais on pense aux vacances plusieurs mois à l’avance.

Eh bien, braves gens, préparez-vous à entendre ce que vous ne voulez pas entendre. Attendez-vous dés le 3 juillet 2012 à vous voir asséner la dure vérité des faits et des chiffres : ce modèle est mort. »

« La classe moyenne, ciment du lien social, se désespére de l'avenir de ses enfants. »

Au-delà du constat, la réalité du chômage des jeunes nous donne les clés pour affronter ce nouveau moment de l’histoire économique et sociale de la Guadeloupe. Si les entreprises et l’État ont un rôle évident à jouer, c’est dans l’éducation que se construit notre avenir,et non dans le déni de la future paupérisation de la classe moyenne en Guadeloupe .



REPONDRE
manglous
23 / 6 / 2012
L'assimilation est un fait génétique incontournable en guadeloupe car elle est consubstantielle à la personnalité du guadeloupéen
QU'il se revendique de droite , de gauche ou encore du nationalisme , le guadeloupéen est un profond assimilé dans son subconscient qu'il le veuille ou non !
Ainsi pourrait-on croire qu’au regard des événements récents de 2009, rien n’aurait changé depuis plus de soixante ans sur ces terres françaises de la Caraïbe appelées « DOM » (départements d’outre-mer) ou « DFA » (départements français d’Amérique). Or il n’en est rien. Avec respectivement le quatrième et le premier PIB (Produit Intérieur Brut, par habitant, en dollars) de la Caraïbe, la Guadeloupe et la Martinique d’aujourd’hui ne sont plus les sociétés rurales issues du monde agraire des plantations. L’économie des deux îles est essentiellement de type tertiaire (services, commerce, artisanat, etc.). C’est indéniable, dans le contexte économique mondial, trop souvent oublié des Trente Glorieuses, en permettant l’accès élargi à la santé, à la protection sociale, à l’éducation, aux infrastructures matérielles (routes, transports, complexes de loisirs, etc.), la départementalisation a fait disparaître une misère économique et sociale qui trouvait son lit dans le vieux monde de la canne hérité du systéme esclavagiste , et de fait imposer à tous une assimilation génétique ancré au plus profond de l'inconscient antillais.
C’est en effet dans les colonies antillaises, fondées sur le système esclavagiste, qu’on observe la première politisation de la question de l’assimilation en ce sens qu’elle est associée à la notion d’égalité.
L’histoire de l’assimilation juridico-politique des Antilles françaises à la France continue encore d’être interprétée en termes mentalistes, voire psycho-affectifs comme on a pu le constater lors des derniéres présidentielles ou les guadeloupéens ont voté Hollande à plus de 70%.

En 1889, Alexandre Isaac (1845-1899), sénateur « de couleur » de Guadeloupe, intervient contre les sceptiques de la politique d’assimilation au Congrès colonial international51 en faisant référence à l’édit de Louis XIII sur les colonies françaises de mars 1642. Celui-ci stipule :

Cité par A. Dessalles, Histoire générale des Antilles, Paris, Libraire-éditeur, 1847, p. 95. Je so (...)

"Nous voulons et entendons que les descendants des Français habitués esdites [sic] îles, et même les sauvages qui sont convertis à la foi chrétienne, et en feront profession, seront censés et réputés naturels français, capables de toutes charges, honneurs, successions et donations, ainsi que les originaires et régnicoles, sans être tenus de prendre lettres de déclaration ou de naturalité."
En effet, on retrouve la notion d’assimilation dans le discours colonial antillais qui la redéfinit en fonction des catégorisations raciales propres au système esclavagiste. Elle apparaît particulièrement dans les décisions des autorités coloniales au moment où s’accroît le poids politique, économique et social des « mulâtres » ou « gens de couleur » libres.
Ainsi, les discours coloniaux identifient, pour la condamner, « assimilation » et « égalité des droits ». Ce n’est donc pas un hasard si l’assimilation devient une revendication politique pour les gens de couleur et les esclaves des Antilles françaises. En ce sens, le discours égalitariste de l’assimilation est essentiellement un « contre-discours ».
« c’est parce que l’assimilation a atteint son but qu’elle a atteint son caractére intemporel et consubstanciel du patrimoine génétique des guadeloupéens. »




REPONDRE
ArYbLaK97.1
24 / 6 / 2012
MANGLOUS un garçon impoli !
fè pa nou blamé on kontrariété
misyé ni dé sirkonstans aténuant
édikasyon-ay mal fèt
é i toujou si lanpriz a lalkòl
pou pa di misyé toujou sou

nou ja las di-y si pa sa bwè pa bwè
mé misyé wòs...

ka jiré a tou va tou sa ki pa dakò avé-y
lé jou i désidé sòti an tou-ay pou dénigré nèg
avè dé mò maké an kréyòl ki évidaman enkonpréhansib

ou ka vwè i pa sa ékri kréyol ka fè on fòt a chak mo
sa maléré sa vrèman dézolan pou on ti-misyé
ki ka prézanté-y kon on Gwadloupéyen ki enmé péyi-la

misyé sé avantou on malélivé malédiké
an plis ronm-la ka rann li sèvis

asiré pa pétèt jou nou vwè-y parèt sé padavwa i vwè ni on awtik
si mèt a mannyok Domota ouben si zouti byen filé LKP

i konèt tout biten myé ki nenpòt moun
pa janmé dakò avè pèsonn
ka rakonté tout sòt dè diabésékòn
mé misyé pa konèt an mèd !

pa kenbé-y tèt ni kontrèdi-y
i ké fè-w pasé pon on tèbègè

i pa janmé oblijé sinnyé post-ay lé CCNòt konèt stil-ay
palé pawol initil, dénigré é jiré sé biten a ti-misyé-lasa

pli fò-la - i pli mové ki sa i ka méprizé...

...ary x...
REPONDRE
manglous
24 / 6 / 2012
ary blak un insignifiant qui veut exister et qu'on se doit d'ignorer sur CCN
Que répondre à un tel extrémiste , sinon que tout ce qui est excessif est insignifiant !
REPONDRE
ArYbLaK97.1
25 / 6 / 2012
moi extrémiste tu plaisantes ou quoi ?
Nou ja byen konpwann entélèktyèl kòwòsol a CCN ni dé fas. Kon pyès lajan menm. Pèsonn pa étoné misyé pa ni valè. Tanto i sou, i ka jiré tout moun, on lòt jou i janti i ka ni dwa mannyé owdinatè-la si-y pwomèt yenki poliyé san jiré ni konté mépri.

"qu'on se doit d'ignorer sur CCN" tala pli bèl...a komansé pa vou, ki kon fanm an ba marché ka vann pwason, sa ké rèd ba-w pa vin bay on kout lang...fo kwè ou enmé sa, rakonté pawòl initil - tout sòt dè dyabésékòn !
"faire l'avocat du diable"- " toujours mentir pour tenir la dragée haute"...

Pa ni pon pwoblèm si ou ka rété poli...mé aparaman Webmaster anbarasé avè-w, li menm di ou ka lasi-y, an plis ou vilgè !

PS : an vréman kiryé dè vwè manglous-la sòti an tou-ay vin ékri an kréyòl isidan...jiré pa adan ou tann ?

dè tout lé mannyè an ké ramné a korijé-w, asiré pa pétèt, padavwa kréyòl-aw pa ka monté mòn !


...ary x...
REPONDRE
Shaka Zulu
25 / 6 / 2012
Faire la distinction entre assimilation et rapport colonial
Définition de l'assimilation

Etymologie : du latin "assimilatio", similitude, ressemblance, assimilation, comparaison venant de "similis", semblable.

L'assimilation est l'action d'assimiler de rendre ou de présenter comme semblable, de s'assimiler.

En sociologie, l'assimilation est le processus qui permet à un étranger ou à une minorité de s'intégrer à un groupe social plus large en adoptant ses caractéristiques culturelles. L'assimilation culturelle s'accompagne en général de l'adoption de la langue, de l'adhésion au système de valeurs du groupe dominant et de l'abandon de son ancienne façon de vivre. L'assimilation peut être choisie ou être le résultat d'une politique volontariste, comme dans le cas d'un pays colonisateur désirant assimiler un peuple colonisé.
Synonyme : acculturation, intégration.

Sources :
http://www.toupie.org/Dictionnaire/Assimilation.htm

Alors? Assimilation culturelle pour ce qui concerne la Guadeloupe? Ou plutôt l'assimilation administrative? La loi de 1946, il s'agissait bien d'assimilation administrative? Transformation sur papier des colonies en département comme les autres départements de France? Tout ça dans le but d'obtenir surtout une égalité sociale? C'était bien ça le but de cette loi d'assimilation, non?

Pourtant voilà ce qui se disait déjà en 1958 soit 12 ans après l'application de la loi de 1946.

"En 1958, dressant un bilan négatif d'une décennie d'assimilation, alors que Césaire reconnaît désormais "s'être trompé et avoir été trompé", Paul Valentino peut se targuer d'être le seul élu à n'avoir pas changé d'un iota ses positions clairement affirmées dès 1946 :
"Pour avoir soutenu que tôt ou tard, l'Assimilation telle qu'on la concevait conduirait à la désaffection envers la France, tout le monde me traitait de mauvais français et de séparatiste...L'Assimilation après 10 ans, a vu le pays se dresser contre elle. Son bilan est négatif mais complètement. Moi je ne fais aucune concession. Même au point de vue social, l'Assimilation ne nous absolument rien apporté".

Voilà ce que Paul Valentino déclarait à cette époque. Paul Valentino n'était pourtant pas indépendantiste, loin de là! Comme je dis toujours, on peut être opposé à l'indépendance pour diverses raisons mais opter pour l'assimilation, c'est inadmissible! On voit bien que 66 ans d'assimilation ont fait plus de mal que de bien à la Guadeloupe. L'Etat français lui-même aujourd'hui est obligé de reconnaitre que cette situation d'assimilation administrative a montré ses limites. D'autant plus que la France n'est plus en état d'assurer "l'Etat providence". Même nos élus locaux (à qui la France force la main) l'ont déjà compris, d'où le projet guadeloupéen de société qui a cours actuellement au pays.
Oui l'assimilation politique a montré ses limites, nous sommes actuellement en train de changer nos rapports (au moins du point de vue administratif) avec la France.

Mais bien entendu, nous parlons d'assimilation mais non de rapport coloniale. Par conséquent, je crois que nous devons faire la distinction entre rapport coloniale et assimilation. Pourquoi? Parce que lorsque vous prenez des pays d'Afrique comme le Gabon, la Côte d'Ivoire, le Tchad, le Togo ou Djibouti, les rapports coloniaux avec la France ont-ils réellement disparu? Non puisque dans ces pays parait-il indépendants, l'armée française y a encore ses bases!

SHAKA (Gwakafwika)
------------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
manglous
25 / 6 / 2012
L'esclavage ou la naissance d'une revendication pour l'assimilation dont l'aboutissement sera 1946
A partir de la Révolution française, l’assimilation devait se présenter comme la réponse des « Gens de couleur » à l’autonomisme ségrégationniste et oppressif des colons. Ils ne faisaient là que pousser dans ses ultimes conséquences l’idéologie universaliste de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » d’août 1789, même si la Révolution, curieusement conservatrice par certains aspects, tarda à concrétiser les espoirs qu’elle avait pu susciter. Par delà les régressions induites par l’Empire et la Restauration, les bouleversements de la période révolutionnaire en Métropole avaient marqué, aux Antilles, le début d’une phase de lutte politique décisive qui devait déboucher sur l’abolition définitive de l’esclavage en 1848. Et c’est, d’une certaine manière, le même processus assimilationniste qui trouvera son ultime prolongement dans la transformation, par la loi du 19 mars 1946, des « quatre vieilles » colonies qu’avaient été jusque-là la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane ainsi que la Réunion, en départements français au même titre que les départements métropolitains.

La vie politique antillaise depuis 1848, date de l’abolition de l’esclavage, a été essentiellement rythmée par les enjeux construits depuis la Métropole. À l’inverse de ce qui a pu se produire en Algérie, en Indochine ou en Afrique, les Antilles n’ont pas connu de grosses flambées nationalistes. On trouvera l’explication à la continuité coloniale dans la gestion de ces territoires à l'appui du concept d'assimilation et dans l’absence de sociétés constituées préalablement à la conquête. Issues de la colonisation, ces sociétés y puisent leurs repères existentiels et leurs rapports au pouvoir.
Nous n'en avons peut être pas conscience, mais nous sommes en train d’écrire une page nouvelle de l’Histoire de La Guadeloupe avec l'aide et l'appui encore timide de nos jeunes diplomés éparpillés dans le monde entier qui ne sont plus nourries comme dans les années 70 avec l'AGEG à la mamelle idéologique de la lutte anti colonialiste et anti capitaliste.

Un développement économique en marche et à consolider

La Guadeloupe s’est dotée d’une économie moderne, fortement tournée vers le tertiaire. La croissance économique est dynamique sur longue période et dépasse les moyennes nationales. Ainsi, entre 2000 et 2008, la croissance s’élève à 3,5 % par an en moyenne (en éliminant les effets dus à l’inflation), contre 1,3 % en France. Pour autant, l’économie locale reste fragile avec la crise LKP de 2009 et en retard par rapport à la métropole : le PIB par habitant n'atteint que 60 % du PIB français. Malgré une forte croissance de l’emploi, la part des personnes qui travaillent (74 %) n’augmente quasiment pas depuis dix ans.

Des conditions de vie qui s’améliorent nettement

En quelques décennies, les conditions de vie ont évolué très positivement. Santé, éducation, logement se rapprochent des normes européennes. Toutefois, ce rattrapage doit se poursuivre. Pour l’instant, la santé des Guadeloupéens reste plus fragile qu’en métropole : mortalité infantile plus élevée, risques accrus de décès avant 65 ans et personnes âgées plus dépendantes.

En matière d’éducation, le système scolaire est identique à celui de métropole et le niveau de qualification augmente. De nombreux jeunes quittent néanmoins l’école à partir de 16 ans sans
diplôme compromettant leur intégration tant professionnelle que sociale.

La pauvreté monétaire touche 49 % de la population contre 13 % en France métropolitaine. Elle est source d’exclusion au regard des droits fondamentaux que sont la santé, le logement, la
formation et l’emploi.

Il y va de l’histoire des sociétés comme de celle des hommes, il y a un moment où elles basculent. Ces basculements ne sont pas fréquents, ils ne surgissent jamais de rien et quand ils se produisent, on mesure rarement sur le moment leur portée. C’est aux spécialistes de fournir, souvent après que ces basculements aient eu lieu, leurs causes, rarement uniques, leur déroulement et surtout leurs conséquences. Ce qui ne doit pas empêcher les intéressés, les témoins ou les contemporains de s’interroger et de chercher à les comprendre.

1946

Quand on regarde l’histoire contemporaine de La Guadeloupe, une première date s’impose. C’est celle "1946", avec la transformation d’une "vieille colonie" en département français.

De nombreux travaux ont cherché à comprendre cet événement majeur, à mesurer à l’épreuve du temps sa portée, ses conséquences. Ce travail n’est pas que celui des spécialistes, la mémoire elle-même fournit son lot d’éléments, aidant par la comparaison à comprendre ce qui a été rendu possible par cet événement.
Sociologiquement au début des années 1960, les espoirs de la départementalisation sont toujours attendus et la situation de l’Ile de la guadeloupe n’a pas beaucoup évolué depuis 1946. C’est d’ailleurs ce qui sert principalement de base à la propagande du Parti Communisme pour justifier son mot d’ordre d’autonomie.

Economiquement le développement du jeune département se fait attendre à la fois par absence de stratégie, manque de volonté et peur de l’avenir.
Le 7 décembre 2003, les Guadeloupéens et les Martiniquais désavouaient la classe politique dans sa majorité en répondant non à la consultation organisée par le gouvernement sur l’évolution institutionnelle de ces départements français d’Amérique. Pourtant, la plupart des partis et les hommes politiques s’étaient prononcés pour un changement : sans remettre en cause l’appartenance à la République et à l’Union européenne, celui-ci permettait la mise en place d’institutions différenciées (par rapport à la France métropolitaine) et renforçait le pouvoir local par le biais d’une autonomie encadrée. Or ce fut un non massif en Guadeloupe (près de 75 % des suffrages exprimés) et relatif en Martinique (environ 51 % des suffrages exprimés).

Dans le même temps, une floraison d’écrivains et d’artistes expriment aux quatre coins du globe les richesses de la culture créole. Comment interpréter ce décalage entre une identité culturelle chaque jour plus affirmée et le refus, somme toute clair, d’une identité politique orientée vers la responsabilité ? Cette consultation exprime, on ne peut mieux, le paradoxe de ces îles à la fois frondeuses et frileuses. Ce paradoxe s’inscrit parfaitement dans une démarche singulière qui se traduit par la construction d’une identité sécurisée par l'assimilation.
C’est en même temps la victoire de l’assimilation, qui a su à temps se dégager des dogmes de l’unicité pour distiller un différentialisme soluble dans la République. Cette victoire de l’assimilationniste est très certainement due à l’errance culturelle qui fait passer la Guadeloupe d’une société coloniale violente et castratrice à une dépendance consentie. Dès lors, la question identitaire se trouve déconnectée de toute revendication politique pour constituer l’une des cordes sur lesquelles se joue la partition de la sécurité, et ce même si
économiquement le développement du département se fait attendre au niveau de la prduction à la fois par absence de stratégie, manque de volonté et peur de l’avenir.

Dans un tel contexte, bien plus que le décollage économique, éducatif, social et culturel que va permettre la venue de l'assimilation , et des critiques légitimes qui pourraient être portées contre telle ou telle de ses actions ou de son œuvre réductrice , il y avait avant tout et prioritairement le progrés social , l'égalité des droits ,l’assainissement des mœurs politiques avec une cohérence, un projet et une conduite publique, par un leadership que la droite a occupé pendant plusieurs décennies et à qui a été vital pour le développement de la guadeloupe .

Ce qui ne signifie pas que l’œuvre assimilationiste de la France doive être idolâtrée, mais il faut avoir conscience que l’œuvre d’aucun homme politique, que ce soit jules Ferry ou de Gaulle pour ne parler que d’eux, n’est entièrement positive et peut toujours porter à critique sur l'une ou l'autre de ses facettes.

Comme toujours, quand on porte un jugement sur un homme, politique ou pas, il faut gommer les aspérités et ne retenir que les grandes lignes. Et de ce point de vue, nul ne peut contester l'immense bond en avant qu'à connu la Guadeloupe sous le régime de l'assimilation. Même Aimée Césaire l'a récemment reconnu avant sa mort , c'est dire...


REPONDRE
Shaka Zulu
25 / 6 / 2012
Quelle assimilation?
L'assimilation a été un bon en avant pour la Guadeloupe? A quel niveau? Pour le social? Oui mais par rapport à la France, la Guadeloupe est toujours derrière. Jugez plutôt! Un taux de chômage en Guadeloupe largement supérieur à celui de la France! Un niveau de vie largement inférieur à celui de la France! C'est ça le bon en avant de l'assimilation? D'autant plus que cette assimilation a détruit le système de production en Guadeloupe. Cette assimilation ou départementalisation faisant passer le Guadeloupe d'une société de production vers celle de la consommation.
Je n'ai pas souvenir d'avoir lu et entendu feu Aimé Césaire déclarer en 2008 que l'assimilation avait été un bonne chose. D'autant plus que comme je l'ai mentionné dans mon post précédent, Aimé Césaire avait déclaré en 1958 s'être trompé et avoir été trompé! Je rappelle qu'Aimé Césaire est membre fondateur du Parti Progressiste Martiniquais qui prône l'autonomie, non?

Encore une fois, il faut différencier l'assimilation politico-administrative avec l'assimilation culturelle!

Pour revenir sur un prétendu bon en avant social grâce au statut départemental, en Polynésie ou en Kanaky, pays disposant du plus fort degré d'autonomie, il n'y a pas eu d'amélioration sociale aussi dans ces pays? Il n'existe de pas de protections sociales dans ces deux pays?

Régime polynésien de sécurité sociale :

Pour les salariés et les non-salariés :
-Maladie
-Maternité
-Invalidité
-Accident de travail et maladie professionnelle
-Retraite
-Prestation familiale

Le régime calédonien de sécurité sociale :
-Régime Unifié d'Assurance Maladie Maternité (RUAMM)
*Pension d'invalidité
*Assurance décès
-Assurance vieillesse
-Accident du travail, maladie professionnelle
-Prestations familiales
*Allocations familiales
*Complément familial
*Allocations prénatales
*Allocations maternités
*Allocation rentrée de scolaire
*Allocation de solidarité
-Assurance chômage

Seul le Revenu de Solidarité Active (RSA) qui remplace le RMI n'est pas appliqué dans ces deux pays. Normal puisque le RMI n'existait pas là-bas! Par contre à Saint-Martin et à Saint-Barthélémy devenus autonomes, on continue de percevoir le RSA! Mais une chose est sûre, ce n'est pas avec le RSA qu'un individu pourra se construire un projet de vie!

Alors force est de constater que le statut départemental n'est pas la condition sine qua non pour obtenir des avantages sociaux! La Kanaky et la Polyénsie qui disposent du plus fort degré d'autonomie, nous prouvent le contraire! Par conséquent, le projet guadeloupéen de société qui doit normalement amener la Guadeloupe a plus de responsabilités locales, ne remettra pas en cause les acquis sociaux. Donc un changement de statut politique (en dehors de l'indépendance car l'indépendance c'est un autre combat) ne menacera en aucun cas ces acquis tirés de la départementalisation. Quant au rattrapage avec la France, seuls les naïfs continueront de rêver!

SHAKA (Gwakafwika)
------------------
Gwadloup, i adan lèmond, i pa an Fwans!
REPONDRE
ArYbLaK97.1
26 / 6 / 2012
léta fwansé pa yenki on éta kriminèl sé osi on éta ka fè-w bwè dlo mousach pou lèt !
On a pour preuve de la grève du 14 Février 1952 dans la commune du Moule. Est organisée une grève par les ouvriers de l'usine Gardel pour une hausse de leurs salaires. Les CRS tirent sur la foule désarmée. 4 Guadeloupéens sont tués : Constance Dulac, Capitulin Justinien, François Serdot et Édouard Dernon. 14 autres Guadeloupéens sont blessés. Certaines victimes n'avaient pas de liens avec les manifestants - Des barrages avaient été érigés par les grévistes sur le piquet de grève. Les forces de maintien de l'ordre française sur place reçurent l'ordre de tirer sur la foule, le bilan est de 4 morts et 14 blessés. Ces événements sont connus à la Guadeloupe sous le nom de massacre de la Saint-Valentin - Le mouvement a commencé en novembre 1951 dans le nord Grande-Terre. Les revendications concernent alors la rémunération de la journée de travail et l’allègement des tâches sur les champs des békés.

Les grévistes demandent leurs salaires soient similaires à ceux des Français.
Ils évoquent la loi du 16 mars 1946 qui faisait des colonies des Antilles des départements Français.
Départements déguisés ?

S'en ai suivi les évènements de Mayotte ( é yo pòkò fin pléré), de la Réunion...

Puis les revendications s'étendent à une augmentation du prix de la tonne de la canne à sucre. Au début de l'année 1952, les grévistes reçoivent le soutien des fonctionnaires qui réclament la revalorisation
de leurs salaires. Un appel à la grève générale est lancée sur l'ensemble de la Guadeloupe.L'ensemble des sites de production de la canne sont touchés : Petit-Bourg, Capesterre, Comté, Beauport, Bonne Mère...

SONJE osi justin CATAYE é albert BEVILLE ( paul Niger) ki ké désidé viré an péyi a yo, apré kè misyé andré Malraux-la préfé a lépòk té pwomèt Catayé...yo té désidé mèt an wout o séryé si lé okipan.Avè évidaman on pwojé dotonomi ki té ka fè léta fwansé pè. Yo pa touvé ayen dòt pou fè..."une pierre deux coups". Yo fété 50tyème lanné a asasina a dé gwan nonm-lasa lè 22 jen (1962-2012).
Adan émisyon "gwan kozé" a Géra si RTB, émésyon-la té konsakré a mémwa a yo dimanch.
Apré tousa an tann, tout témwannaj a lé ansyen ( ki ka viv toujou) asi "aksidan- lasa an pa kwè sé té on "crash" kon yo vlé fè moun kwè !

Tini twop a pèd adan lé koloni pou léta kolonyal fwansé pé pewmèt li ba kèlkèswa tala otonomi...

a pli fòt rézon endépandans...souvrènté ? wi, mé an fasad sé toujou yo ka tiré lé fisèl...gadé vwè adan sé péyi afwiken-la...é si ou pa dakò, vi-aw an danjé !

Pou conclure avè gwan fwansé a yo nou ké di, qu'ils embrigadent ces pays, ces colonies, ce qui empêche leur développement.

..ary x...
REPONDRE
Connectez-vous pour commenter !
REACTIONS AUTRES ARTICLES
ARTICLES POPULAIRES (10 Derniers jours)
Edito | 21/7/2014 | Danik I.Zandwonis
Mémorial Acte : Mémorielle polémique acte 1

Politique | 25/7/2014 | CCN
Guadeloupe. L'urgence de s'appartenir

Edito | 25/7/2014 | Danik I.Zandwonis
Nous sommes tous des Palestiniens ?

Politique | 21/7/2014 | CCN
Cuba. Raúl Castro rentre du Brésil

Débat | 28/7/2014 | Frantz Succab
Le Débat. Nous sommes tous des Guadeloupéens !


© CARIB 4 MEDIAS - Tous droits réservés - ©CARIB CREOLE NEWS, Toute l'actualité de la Guadeloupe et des nations créoles