Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

France. Le ministère de la Culture s'oppose à toute promotion des musiques ultramarines

24 Mar 2016
2272 fois

Paris. Jeudi 24 mars 2016. CCN. La Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale a été célébrée en France le 21 mars dernier. Le ministère de la Culture a tenu à y apporter une contribution assez originale. En effet, il a fait retirer du projet de loi sur la création, l'architecture et le patrimoine trois amendements qui auraient permis grandement de lutter contre les discriminations que subissent les musiques ultramarines et régionales.

Ces amendements avaient pour but d'instaurer un quota dans le quota. En effet, les chaînes de radio et télévisions ont l'obligation de diffuser dans leur playlist au moins 40 % de musique francophone. Il s'agissait de proposer que 10 % de ce quota (soit 4 % au total) soit consacrés à ces musiques ultramarines et régionales. Ces amendements avaient été proposés par l'Or des Îles et le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) qui avaient sollicité à cet effet plusieurs députés dont Razzy Hammadi (PS, Seine-Saint-Denis), Olivier Faure (PS, Seine-et-Marne), Victorin Lurel (PS-Guadeloupe), Monique Orphé (PS, Réunion), Christophe Premat (PS, Français de l'Etranger), Marie-Anne Chapdelaine (PS, Ille et Vilaine), Régine Povéda (PS, Lot et Garonne), Annie Le Houérou (PS, Côtes d'Armor), Pascal Demarthe (PS, Somme) et Chantal Guittet (PS, Finistère). Pendant l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale, le ministère de la Culture et la Commission des  affaires culturelles se sont vigoureusement opposés à cette avancée sous prétexte que les musiques domiennes et régionales sont déjà comprises dans le quota de 40 % de musique francophone.

« C'est confondre ce qui est et ce qui devrait être », a déclaré Guillaume Delenclos, président de l'association l'Or des Îles. « La vérité, c'est que nos responsables politiques se sont couchés face aux grands médias et aux majors, opposés à toute avancée dans le domaine. » a-t-il asséné. « Que le ministère s'oppose à ces amendements, qui plus est lors de la Journée pour l'élimination de la discrimination raciale, est une insulte à la culture et à l'intelligence », a ajouté Eléonore Bassop, vice-présidente du Cran chargée des diasporas.

 « Nos musiques nègres sont nées de l'esclavage. À l'époque elles étaient interdites et il y a encore aujourd'hui des gens qui font tout pour les mettre sous le boisseau. Nous avons dans quelques jours un rendez-vous avec le ministère. Ce sera l'occasion d'exprimer notre colère et de demander des explications », a conclu Louis-Georges Tin, président du Cran.

 Par ailleurs, le Cran et l'Or des Îles exhortent les pouvoirs publics à constituer une commission d'enquête parlementaire pour mettre en lumière les discriminations que subissent les cultures ultramarines et régionales et pour y remédier par des mesures énergiques.

Source : le Cran

 

 

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires